Archives de catégorie : Actualités

Aqua

Date / lieu : du 8 novembre 2017 au 6 mai 2018 / Lyon, Musée gallo-romain Lyon-Fourvière

La civilisation gréco-romaine a pris naissance dans le monde méditerranéen, où l’eau est un bien rare et précieux. L’eau qui désaltère, qui irrigue et qui lave, est symbole de vie, de fertilité et de pureté. Les Romains attachaient la plus grande importance à la qualité de l’eau qu’ils buvaient et dans laquelle ils se baignaient régulièrement. Capter l’eau, la conduire, la faire jaillir dans les fontaines, signifiaient le luxe et la maîtrise technique.

A Lugdunum, quatre grands aqueducs pouvaient déverser chaque jour dizaines de milliers de m3 d’eau : par leur longueur et leur complexité, unique dans le monde romain, ils attestent des moyens considérables mis en œuvre pour conduire l’eau jusqu’aux points les plus élevés de la ville.

L’exposition AQUA – L’invention des Romains réunit une présentation d’objets archéologiques, maquettes, reconstitutions, vidéos et photographies. De la source à l’évacuation, l’exposition présente le cycle de l’eau et ses usages à l’époque romaine, confrontés à nos pratiques d’aujourd’hui. Une sélection de gravures et une exposition de photos de Philippe Schuller consacrée à l’aqueduc du Gier (Mémoire d’eau) rappellent la place que les ouvrages de l’Antiquité tiennent encore dans le paysage d’aujourd’hui.

→ Source : http://www.museegalloromain.grandlyon.com/Lyon-Fourviere/Expositions/AQUA-L-INVENTION-DES-ROMAINS-Du-8-novembre-2017-au-6-mai-2018

Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Date / lieu : 23-24 novembre 2017 / Montpellier, Université Paul-Valéry

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

→  Source : Compitum.

VIe Colloque sur l’Antiquité tardive en Gaule

Date / lieu : 6-8 décembre 2018 / Tours, Université de Tours

Date limite d’envoi : 15 novembre 2017

Ce colloque s’inscrit dans la continuité des cinq rencontres consacrées à l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule depuis 2008, dont il reprend les attendus méthodologiques de croisement entre histoire et archéologie, mais pour une aire géographique étendue à l’ensemble des provinces de Gaule et de Germanie. Cette extension du cadre territorial accompagne la transformation d’ATEG en association (L’Antiquité Tardive En Gaule). Le colloque marquera aussi les trois premières années d’activité du PCR AnTaReC (Antiquité tardive en Région Centre).

→ Source : INRAP.

Actualité des recherches archéologiques en Aquitaine romaine

Date / lieu : 2 février 2018 / Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne

Date limite d’inscription : 1er décembre 2017

Cette nouvelle rencontre scientifique, sous forme de journée d’étude, a un double objectif : présenter l’actualité des recherches archéologiques sur le territoire de l’Aquitaine romaine et réunir tous les acteurs de l’archéologie nationale et régionale s’intéressant à ce thème de recherche. En premier lieu, le cœur de cette journée sera de présenter des données inédites, c’est-à-dire des découvertes récentes qui n’ont jamais été publiées auparavant, afin d’apporter une plus grande visibilité à l’archéologie régionale. Il s’agit de présenter des études de cas ou des synthèses, soit à l’échelle d’un site (pouvant ou non inclure une étude de mobilier par exemple), soit à l’échelle micro-régionale ou de la cité (par exemple, synthèse sur les sanctuaires, sur les échanges commerciaux etc.). Si la province de l’Aquitaine romaine est privilégiée, il est possible d’examiner des territoires limitrophes (Lyonnaise, Narbonnaise, Nord de l’Espagne) pour des études portant sur de vastes échelles. La chronologie est volontairement large, puisqu’elle couvre toute l’Antiquité romaine en Aquitaine, en intégrant les périodes de transition, c’est-à-dire du second Âge du Fer à l’Antiquité tardive. L’objectif est ainsi d’analyser les mutations et les évolutions sur le temps long.

Télécharger l’appel à communication complet