Archives de catégorie : Colloques/journées d’étude

L’humour verbal en Grèce ancienne : blagues, jeux de mots et calembours

Date / lieu :  29 et 30 mars 2018 / Nice

Σχολαστικὸς εὐτράπελος ἀπορῶν δαπανημάτων τὰ βιβλία αὐτοῦ ἐπίπρασκε· καὶ γράφων πρὸς τὸν πατέρα ἔλεγε· Σύγχαιρε ἡμῖν, πάτερ, ἤδη γὰρ ἡμᾶς τὰ βιβλία τρέφει.
(Philogelos 55)

C’est un intello plein l’humour qui est à court d’argent et vend sa bibliothèque. Il écrit alors à son père : “J’ai une bonne nouvelle : je commence à vivre de mes livres”

→ Source : CEPAM.

Histoires de familles antiques. Discussion entre Jérôme Wilgaux & Christophe Pébarthe

Jérôme Wilgaux et Christophe Pébarthe échangeront sur le thème de la famille en histoire ancienne, sujet au concours du CAPES/Agrégation d’histoire 2018, jeudi 14 décembre 2017 (14h/15h30), Université Bordeaux Montaigne (Amphi B 200)

Jérôme Wilgaux, maître de conférences à l’Université de Nantes, et Christophe Pébarthe, maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, parleront de la question de la famille en histoire grecque et romaine. Ce sujet entre dans le cadre de la question d’histoire ancienne au CAPES/Agrégation 2018 : « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. ». Ils échangeront en particulier sur l’intérêt comparé de recourir à l’anthropologie et à la sociologie pour étudier les familles antiques et analyseront quelques sources.

Jérôme Wilgaux

Jérôme Wilgaux est maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Nantes. Ses recherches portent essentiellement sur la parenté grecque et sur les représentations du corps dans le monde antique. Il a publié Parenté et société dans le monde grec de l’Antiquité à l’âge moderne, Ausonius Études 12, Bordeaux, 2006 (ouvrage co-dirigé par Alain Bresson, Marie-Paule Masson, Stavros Perentidis), ou bien encore Langages et métaphores du corps dans le monde antique, Presses universitaires de Rennes, 2008 (ouvrage co-dirigé par Véronique Dasen).   Il vient de publier en codirection avec V. Dasen et J.-B. Bonnard un ouvrage sur la question du concours Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C., Presses universitaires de Rennes, 2017.

Christophe Pébarthe

Christophe Pébarthe est maître de conférences en histoire grecque à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur l’histoire économique, Athènes à l’époque classique et sur le thème « comique et politique en Grèce ancienne ». Il a publié Cité, démocratie et écriture. Histoire de l’alphabétisation d’Athènes à l’époque classique, De Boccard, Paris, 2006 et Monnaie et marché à Athènes à l’époque classique, Belin, Paris, 2008.

Figure(s) du législateur : la parole de l’expert dans la rhétorique antique

Date / lieu : à partir du 23 janvier 2018 / Paris, Centre Jean Pépin

Grâce au soutien financier du GIS Humanités, le séminaire « Figure(s) du législateur : la parole de l’expert dans la rhétorique antique » se tiendra de janvier 2018 à janvier 2019. Il a pour objectif d’étudier les traditions, jusque-là inexplorées, qui s’élaborent autour des législateurs grecs et romains célèbres et d’analyser les différents processus de légitimation du discours auxquels ils participent autant que la réflexion suscitée chez les auteurs qui les citent dans des contextes très différents.

Séance 1 – 23 janvier 2018 : Introduction au séminaire

Séance 2 – 6 mars 2018 : Législateurs et historiens

Séance 3 – 24 avril 2018 : Législateurs au sein de la seconde sophistique (1)

Séance 4 -15 mai 2018 : Législateurs au sein de la seconde sophistique (2)

Séance 5 – 5 juin2018 : Les législateurs dans la rhétorique des Pères de l’Église

Télécharger le programme.

Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Date / lieu : 23-24 novembre 2017 / Montpellier, Université Paul-Valéry

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

→  Source : Compitum.