Archives de catégorie : Colloques/journées d’étude

Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Date / lieu : 23-24 novembre 2017 / Montpellier, Université Paul-Valéry

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

→  Source : Compitum.

Privation de sépulture et dépôts humains non sépulcraux dans la Méditerranée antique

Date / lieu : 13 novembre 2017 / Rome, École française de Rome

Troisième Journée d’étude sur le Droit à la sépulture

Si la majorité des dépôts de restes humains découverts en contexte archéologique correspondent à des sépultures – c’est-à-dire qu’ils résultent d’un ensemble de gestes funéraires accomplis avec une intention positive à l’égard du défunt, tous les morts ne faisaient pas l’objet d’un traitement funéraire dans la Méditerranée antique.  La privation de sépulture comme châtiment ultime est le cas le plus souvent évoqué de devenir non sépulcral d’un cadavre, mais il arrivait également que des cadavres soient perdus ou rendus inaccessibles, interdisant l’accomplissement de gestes funéraires autour du corps (morts sans sépultures) – mais suscitant parfois la construction de cénotaphes (sépultures sans mort).

→ Source : École française de Rome.

Crédits image : affiche de la journée d’étude, voir le site des organisateurs.

Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Date / lieu : 16 et 17 novembre 2017 / Paris, INHA (salle Vasari)

Rubi antiqua est un programme de recherche qui propose de renouveler le regard porté sur l’archéologie et le collectionnisme franco-italien au XIXe siècle, à partir de l’exemple de Ruvo di Puglia, en Italie méridionale. Marquant l’aboutissement de quatre années de recherche, ayant confirmé le lien entre la petite ville italienne et Paris à travers le commerce d’antiques, cette rencontre conclusive a pour ambition de faire dialoguer chercheurs, universitaires et conservateurs de plusieurs pays. Seront abordés, sous différents angles, le phénomène du collectionnisme partant de Ruvo, la question des provenances archéologiques, celle des méthodes et des critères employés par les fouilles anciennes, à partir d’archives inédites et des nouvelles avancées de l’archéologie moderne.

Télécharger le programme du colloque.

→ Source : Rubi antiqua.

Sensualité et sexualité en numismatique

Date / lieu : 2 décembre 2017 / Paris, Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

→ Source : L’Antiquté à la Bnf.

Crédits image : Statère d’argent de Thasos (Thrace), Ve siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 1973.1.3)