Archives de catégorie : Colloques/journées d’étude

Privation de sépulture et dépôts humains non sépulcraux dans la Méditerranée antique

Date / lieu : 13 novembre 2017 / Rome, École française de Rome

Troisième Journée d’étude sur le Droit à la sépulture

Si la majorité des dépôts de restes humains découverts en contexte archéologique correspondent à des sépultures – c’est-à-dire qu’ils résultent d’un ensemble de gestes funéraires accomplis avec une intention positive à l’égard du défunt, tous les morts ne faisaient pas l’objet d’un traitement funéraire dans la Méditerranée antique.  La privation de sépulture comme châtiment ultime est le cas le plus souvent évoqué de devenir non sépulcral d’un cadavre, mais il arrivait également que des cadavres soient perdus ou rendus inaccessibles, interdisant l’accomplissement de gestes funéraires autour du corps (morts sans sépultures) – mais suscitant parfois la construction de cénotaphes (sépultures sans mort).

→ Source : École française de Rome.

Crédits image : affiche de la journée d’étude, voir le site des organisateurs.

Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Date / lieu : 16 et 17 novembre 2017 / Paris, INHA (salle Vasari)

Rubi antiqua est un programme de recherche qui propose de renouveler le regard porté sur l’archéologie et le collectionnisme franco-italien au XIXe siècle, à partir de l’exemple de Ruvo di Puglia, en Italie méridionale. Marquant l’aboutissement de quatre années de recherche, ayant confirmé le lien entre la petite ville italienne et Paris à travers le commerce d’antiques, cette rencontre conclusive a pour ambition de faire dialoguer chercheurs, universitaires et conservateurs de plusieurs pays. Seront abordés, sous différents angles, le phénomène du collectionnisme partant de Ruvo, la question des provenances archéologiques, celle des méthodes et des critères employés par les fouilles anciennes, à partir d’archives inédites et des nouvelles avancées de l’archéologie moderne.

Télécharger le programme du colloque.

→ Source : Rubi antiqua.

Sensualité et sexualité en numismatique

Date / lieu : 2 décembre 2017 / Paris, Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

→ Source : L’Antiquté à la Bnf.

Crédits image : Statère d’argent de Thasos (Thrace), Ve siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 1973.1.3)

Restituer les couleurs

Date / lieu : 29-30 novembre et 1er décembre 2017 / Bordeaux, Archéopôle d’Aquitaine

Tenter de retrouver l’aspect original des édifices ou des œuvres du passé présente un intérêt certain, tant en termes de recherche qu’en termes de valorisation. Si la restitution des volumes de l’architecture et de la sculpture est un champ déjà largement développé, celui de la restitution des couleurs reste en revanche encore à défricher. Il pose en effet un certain nombre de problèmes, tant méthodologiques qu’épistémologiques, qui invitent à réfléchir sur le sens et la finalité de la démarche.

Télécharger le programme.

→ Source : Virtual Retrospect.

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Titres et fonctions dans la Méditerranée antique et médiévale

Date / lieu : 30 octobre 2017 / Paris, INHA

La question des titulatures et fonctions en Islam reste encore un sujet très peu étudié par les chercheurs, et l’on mélange souvent entre des titres officiels que portaient les souverains et hauts fonctionnaires de l’État avec leurs fonctions. Cet état de fait vient essentiellement d’une vision imposée par une historiographie classique imposant une sorte de lecture figée de ces questions. Les termes de ḫalīfa, amīr, ‘āmil, sulṭān, imām, bey, dey et autres se croisent abondamment dans les sources historiques islamiques, sans que l’on sache exactement leur origine, leur signification et, surtout, leur évolution sémantique et historique. Or, ces mêmes termes se manifestent d’une manière différente dans les documents officiels issus de l’administration islamique. Monnaie, documents papyrologiques, actes de waqf permettent de renouveler notre appréciation de la question des titulatures en Islam et de mieux comprendre la nature du pouvoir et son évolution. Le format choisi pour cette journée combine recherche académique et encadrement doctoral. La matinée sera réservée aux interventions des chercheurs autour de quelques titres et fonctions problématiques, tandis que l’après-midi verra l’animation d’ateliers de travail encadrés par les chercheurs, et au cours desquels les doctorants présenteront leurs sujets de recherche.

→ Source : EPHE.

Crédits image : affiche de la journée d’étude, voir le site des organisateurs.