Archives de catégorie : Du côté du doctorat

Du côté du doctorat : séminaire de formation de l’école doctorale de l’EfA « Épigraphie de la vie religieuse en Attique »

Date / lieu : 5 au 16 juin / Athènes

Date limite de candidature : 15 mars  2016

Ce séminaire propose une formation doctorale sur les principales thématiques propres à la recherche sur la religion grecque, en prenant comme cadre d’étude la cité d’Athènes. L’accent sera mis sur les sources épigraphiques, particulièrement abondantes en Attique, sans pour autant négliger les approches archéologiques et philologiques du sujet. Les étudiants auront ainsi l’occasion de se familiariser avec le traitement et l’analyse des sources épigraphiques, notamment par des exercices de lecture sur la pierre et de confection d’estampages.

Continuer la lecture de Du côté du doctorat : séminaire de formation de l’école doctorale de l’EfA « Épigraphie de la vie religieuse en Attique »

Du côté du doctorat : prix de l’APAHAU jeunes chercheurs

Le bureau de l’APAHAU, désireux de mettre en relief le rôle de notre association dans son soutien à la jeune recherche, est heureux d’annoncer la création d’un prix de l’APAHAU qui sera remis lors du Festival de l’Histoire de l’Art à Fontainebleau.

Le Prix APAHAU s’adresse aux doctorants/es et post-doctorants/es (thèse soutenue depuis trois ans ou moins inscrite dans une université française) en archéologie et histoire de l’art, toutes périodes et approches disciplinaires confondues, et récompense un texte inédit de 35 000 signes maximum.

Continuer la lecture de Du côté du doctorat : prix de l’APAHAU jeunes chercheurs

Du côté du doctorat : « Ma thèse en 180 secondes »

Ce concours, co-organisé par le CNRS et la conférence des présidents d’université, permet à des doctorants de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié.

Chaque participant doit donc faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et convaincant de son projet de recherche.

Continuer la lecture de Du côté du doctorat : « Ma thèse en 180 secondes »

Du côté du doctorat : étude des monnaies gauloises et romaines à partir des collections de Bibracte

Date / lieu : 22 février au 26 février 2016 / Bibracte, Centre archéologique européen

Objectifs du stage : Étude des monnaies gauloises et romaines à partir des collections de Bibracte

  • Identification des monnaies de la campagne de fouille 2015 au Mont Beuvray.
  • Élaboration d’un faciès monétaire de site à partir de travaux en cours
  • Comment faire un catalogue
  • Présentation des travaux d’étudiants, s’il y en a.

Participants : 1 responsable et 12 étudiants en archéologie

Le nombre d’étudiants que nous pouvons accueillir étant réduit, seront prises en compte les inscriptions dans l’ordre d’arrivée.

Fiche d’inscription obligatoire (et convention uniquement – si stage obligatoire dans le cursus universitaire) à demander et à retourner, de préférence par courriel à : Annick Novak : accueil@bibracte.fr

Pour en savoir plus…

Crédits image : as romain, portrait d’Auguste, Musée de Saragosse (Espagne). Jacqueline Poggi. 88x31

Du côté du doctorat : soutenance de Anaïs LAMESA « D’une Cappadoce à l’autre : problèmes historiques, géographiques et archéologiques »

Date / lieu : 19 mars 2016, 14h /  Paris, Collège de France (salle Levi-Strauss)

Soutenance de thèse de Anaïs Lamesa : « D’une Cappadoce à l’autre : problèmes historiques, géographiques et archéologiques ».

Résumé :

S’interrogeant sur l’existence d’une culture matérielle propre à la Cappadoce, X. de Planhol soulevait déjà, dans les années 1980, la contradiction entre les résultats des études cappadociennes et les sources. De fait, archéologiquement et historiquement, la Cappadoce rupestre s’inscrit dans la continuité des autres provinces anatoliennes. Dépendant d’empires plus puissants, elle ne semble pas développer des traditions architecturales et culturelles propres, si ce n’est de posséder des monuments creusés dans la roche. A contrario à l’époque médiévale, certains auteurs arabes et byzantins reconnaissent aux Cappadociens un mode de vie troglodytique qui les individualise, de facto, de leurs voisins anatoliens. Ces assertions sont d’ailleurs confirmées par le développement de la pratique rupestre à l’époque byzantine dans la zone.

Continuer la lecture de Du côté du doctorat : soutenance de Anaïs LAMESA « D’une Cappadoce à l’autre : problèmes historiques, géographiques et archéologiques »