Archives de catégorie : Recherches en Sciences de l’Antiquité

Mangae Romae (1/3) : « Ad Astra »

Kagano M., Ad Astra. – Scipion l’Africain et Hannibal Barca, 10 volumes parus, série en cours. – Paris : Ki-oon, depuis 2014 pour la traduction française.

Lire et étudier des bandes dessinées sur l’Antiquité est aisé tant le choix est vaste. Si l’on s’en tient dans cet article à la seule Antiquité romaine, on sera loin du compte si l’on cite seulement Alix et Alix Senator (compte rendu du tome 5 sur notre carnet de recherches), Arelate, Astérix, Cassio, Les Aigles de Rome, MurenaPour l’Empire et Roma. Il faut également ajouter des mangas, dont certains connaissent ces dernières années un succès florissant.

Continuer la lecture de Mangae Romae (1/3) : « Ad Astra »

Néron l’incendiaire

Merle (C.), Canepa (J.), Néron l’incendiaire. – Paris : Bulles de savon, 2016. – 201 p. : carte, index. – (Les détectives de l’histoire). – ISBN : 979.10.90597.53.2.  Neron-couverture

Encore une fiction autour de l’incendie de Rome sous Néron, est-on tenté de se dire, en ouvrant Néron l’incendiaire, un polar historique écrit par Claude Merle. Depuis Quo Vadis (1895), on ne compte plus les œuvres que cet épisode a inspirées, alimentées par les recherches toujours plus prolifiques autour d’un personnage hautement dramatique, qui semble fait pour nourrir la fiction (entre autres Murena, de J. Dufaux et P. Delaby, puis Theo, série en cours, ou L’incendie de Rome, de J.-F. Nahmias, 2006). La figure de Néron est depuis quelques années réhabilitée par les chercheurs (en témoigne encore le très récent documentaire diffusé par ARTE fin 2016, « Plaidoyer pour un monstre », de M. Papirowski) et l’image caricaturale s’adoucit peu à peu. Le roman de Claude Merle s’inscrit parfaitement dans cette nouvelle vague, qui enquête sur les causes de l’incendie de Rome d’un point de vue technique et sans monter un dossier à charge.

Continuer la lecture de Néron l’incendiaire

Politique et religion(s) dans l’espace urbain

Dans le cadre de la formation scientifique offerte par l’École doctorale Montaigne Humanités, une journée d’étude a été organisée mercredi 29 mars 2017 à l’Université Bordeaux Montaigne sur le thème « Politique et religion(s) dans l’espace urbain de l’Antiquité à nos jours ». L’objectif des deux organisatrices, Julie Bernini[1] et Marine Garcia[2], doctorantes respectivement en histoire grecque et en archéologie grecque, était d’inviter plusieurs spécialistes à discuter de leur manière d’appréhender l’espace urbain et la place que politique et religion(s) y tiennent. Le présent texte rend compte des interventions de la matinée, consacrée à l’Antiquité.

Continuer la lecture de Politique et religion(s) dans l’espace urbain

Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or

Surget (A.), Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or. – J. Faulques ill., Paris : Flammarion Jeunesse, 2016. – (Castor Poche 1ers romans). – ISBN : 978.2.0813.6514.8. 

« La conquête de la Toison d’or » est le septième tome d’une série de romans, « Les agents secrets de l’Olympe », écrits par Alain Surget à l’attention des enfants de huit ans et plus[1]. Dans cette série, nous suivons les aventures de l’intrépide et attentionnée Léa, fille de Zeus et d’une caresse de vent, et de son fidèle ami Lithios, un demi-dieu qui possède les propriétés de la pierre. À travers les aventures de ses deux jeunes héros, Alain Surget revisite les mythes grecs d’une manière ludique et distrayante pour les enfants.

Continuer la lecture de Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or

Journal de Livia, fille de Sextius

La sortie du troisième tome du Journal de Livia, Romaine ou Gauloise ? (août 2016) est l’occasion de se plonger dans ce roman de Frédérique Banzet. Le premier volume laisse une impression mitigée. Le prétexte du journal intime, pour commencer, ne tient pas. Très rapidement, les souvenirs quotidiens et les notes prises sur le vif par Livia laissent place à de longs chapitres narratifs, maladroitement rattachés à la structure du journal. Il aurait été tout aussi efficace et plus réaliste de choisir une narration à la première personne. De plus, le cumul d’autres locuteurs, au début du premier volume, distingués notamment par des types de police (copie de lettres envoyées ou reçues, copie d’un récit historiographique…), crée une confusion au début même du roman et rend l’entrée dans la lecture difficile. Le choix d’en faire des annexes dans les volumes suivants semble plus judicieux. L’artificialité du journal est enfin clairement mise en évidence à la fin de chaque tome quand la narratrice prend le temps d’écrire « au secours, je vais me faire capturer » au lieu de se sauver.

Continuer la lecture de Journal de Livia, fille de Sextius