Archives de catégorie : Recherches en Sciences de l’Antiquité

Graffites et société en Gaule Lyonnaise

Spécialiste en céramologie, Morgane Andrieu a récemment publié sa thèse aux éditions Monique Mergoil.

Reainfo : Vous venez de publier votre thèse sur les graffites en Gaule Lyonnaise aux éditions Monique Mergoil, qui a reçu les honneurs du Prix Jacques-Gabriel Bulliot[1]. Quelles marques étaient inscrites sur la vaisselle céramique romaine, votre sujet d’étude ?

Morgane Andrieu : Les marques que l’on trouve sur la vaisselle en céramique romaine sont variées. Il faut d’abord faire la distinction entre les marques manuscrites – directement gravées sur la vaisselle – et celles qui sont imprimées en série à l’aide d’un sceau comme les estampilles et les timbres (marques de potiers ou d’ateliers de potiers que l’on trouve sur la vaisselle en sigillée, les amphores et les mortiers par exemple). Pour ma part, j’ai étudié les graffites sur céramique qui sont des marques manuscrites et ne sont donc pas faites en série comme les timbres et les estampilles.

Continuer la lecture de Graffites et société en Gaule Lyonnaise

Cahiers Mondes Anciens 9-2017 : Le spectacle de la nature

Cahiers « Mondes Anciens ». Le spectacle de la nature. – E. Vallette, St. Wyler dir. – Paris : UMR 8210 Anthropologie et histoire des mondes antiques, 2017. – (ISSN électronique : 2107.0199 ; 9).

Le numéro 2017 des Cahiers « Mondes Anciens » livre un dossier intitulé Le spectacle de la nature. Il comprend six articles issus de deux rencontres tenues en octobre 2014 et octobre 2015 dans le cadre du programme du laboratoire AnHiMA (UMR 8210) « Anthropologie et histoire comparée du regard et des images ».

Continuer la lecture de Cahiers Mondes Anciens 9-2017 : Le spectacle de la nature

Du monument à la ville

La journée Du monument à la ville s’est tenue le 23 juin 2017 à Lyon au sein de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Organisée par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155), elle était dédiée à la présentation de travaux menés sur des monuments et des villes antiques du monde méditerranéen par des doctorants dirigés ou co-dirigés par un membre du laboratoire. La matinée était consacrée au monde grec et l’après-midi au monde romain.

Continuer la lecture de Du monument à la ville

Conte-moi Pompéi

Barbet (A.), Conte-moi Pompéi. – Bordeaux : Ausonius, 2013. – 110 p. : fig. – (Ausonius junior, ISSN : 1778.3062). – ISBN : 978.2.35613.094.5.

Présentation de l’ouvrage

« Conte moi Pompéi » est un ouvrage pour enfant, dont le contenu est dense, tant dans la quantité de texte que par les documents proposés.  Peu de petits dessins colorés et accrocheurs pour attirer les enfants mais des photos presque exclusivement et quelques dessins de reconstitution. Ainsi, l’enfant lecteur est pris au sérieux : on lui donne matière à réfléchir, à découvrir, à entrer dans la démarche historique en lui fournissant les sources. La variété et la qualité des photographies proposées me semblent le principal atout de cet ouvrage. Il satisfera également les adultes curieux ou en visite à Pompéi, à la recherche d’une lecture plaisante et facilement accessible. La lecture intégrale de l’ouvrage demande environ une heure et demie à un lecteur adulte.

Continuer la lecture de Conte-moi Pompéi

Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs

Spécialiste des questions sur l’alimentation aux époques anciennes, Alexandra Kovacs a récemment soutenu une thèse à l’Université de Franche-Comté sur la question du végétarisme.

Reainfo : Vous avez soutenu votre thèse sur le végétarisme en janvier dernier. Sur quoi portent vos recherches ?

Alexandra Kovacs : Il s’agit d’aborder la question de l’intégration civique à travers le végétarisme, autrement dit l’abstinence de viande et le rejet du sacrifice sanglant. L’historiographie envisage la consommation de viande dans un cadre uniquement religieux, à travers le sacrifice sanglant de type alimentaire. Ce sacrifice comprend deux temps : la mise à mort d’un animal et la consommation des chairs lors d’un banquet qui réunit les citoyens et qui sont tenus d’y participer. Le sacrifice, ainsi que la consommation de viande, fédèrent les citoyens et s’imposent comme la norme civico-religieuse. De fait, ceux qui refusent de participer au sacrifice et de consommer de la viande ont été qualifiés de marginaux par les historiens. Mon travail a pour but de revenir sur cette approche et de la nuancer en m’interrogeant sur la place de ces citoyens « végétariens » dans la cité. Pour cela, mon étude porte sur une large période allant du VIe siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C.

Continuer la lecture de Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs