Archives de catégorie : Bases de données

Ressources : AdriAtlas

Cet atlas, lié à une base de données, a pour but de fournir un état de la recherche sur l’Adriatique antique entre le XIe s. av. J.-C. et le milieu du VIIIe s. ap. J.-C. C’est une réalisation du programme international AdriAtlas financé par l’Agence Nationale de la Recherche (partenaires : Ausonius-Bordeaux, École française de Rome, M²ISA-Paris), la Région Aquitaine et l’École française de Rome. Jusqu’à présent, seule l’Adriatique orientale a été couverte, avec la collaboration des Instituts d’archéologie de Ljubljana (Slovénie) et de Tirana (Albanie), les Universités de Trieste (Italie), de Pula et de Zadar (Croatie) et l’université catholique de Zagreb. Entre juillet et décembre 2015, les sites de l’Adriatique occidentale, connus par les sources écrites antiques, seront progressivement ajoutés par les équipes universitaires de Bari, Bologne, Chieti, Ferrare, Foggia, Lecce et Macerata.

Pour en savoir plus…

Crédits image : carte de l’atlas.

Ressources : ADOPIA Atlas Digital Onomastique de la Péninsule Ibérique antique

Les noms de personne sont une source fondamentale de l’histoire des sociétés anciennes, parce que l’onomastique est le reflet de l’identité culturelle, sociale et géographique des individus. Son apport est donc essentiel pour analyser les relations familiales et l’organisation sociale des communautés civiques provinciales et pour mesurer les transformations culturelles qu’ont connues au fil des siècles les populations de l’Empire romain.

Sur ce point, la Péninsule Ibérique a bénéficié d’une longue tradition de recherche illustrée par les travaux de grands savants comme María Lourdes Albertos Firmat et Jürgen Untermann, et, en 2003, par l’Atlas antroponímico de la Lusitania romana, publié par l’Institut Ausonius (Université Bordeaux Montaigne) et la Fundación de Estudios Romanos (Museo Nacional de Arte Romano, Mérida) et réalisé par le « Grupo Mérida », réseau de recherche international qui a réuni des chercheurs d’Espagne, du Portugal, de France et du Canada.

Continuer la lecture de Ressources : ADOPIA Atlas Digital Onomastique de la Péninsule Ibérique antique

Ressources : base de données « Icar. Iconographie et archéologie de l’Italie préromaine »

Icar est une base de données qui rassemble les objets d’Italie préromaine (cultures étrusques, italiques et italiotes du VIIIe siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque hellénistique) servant de support à une scène figurée.

En confrontant des images d’aires culturelles différentes, Icar recense une abondante documentation iconographique (descriptions, photographies, dessins, aquarelles) et bibliographique : elle s’adresse aux chercheurs et aux étudiants et a pour ambition de leur faciliter l’accès à des données dispersées. Icar réunit les informations relatives aux différentes scènes figurées en mettant l’accent sur le contexte archéologique, l’histoire des collections et celle des interprétations. Une présentation des objectifs et des enjeux de la base Icar peut être consultée sur cette page.

Continuer la lecture de Ressources : base de données « Icar. Iconographie et archéologie de l’Italie préromaine »

Ressources : base de données « Amphores. Recueil de Timbres sur Amphores Romaines »

Le site « AMPHORES, Recueil de Timbres sur Amphores Romaines » est le fruit de nombreuses années de travail des membres de l’équipe RTAR du Centre Camille Jullian, CNRS – Université de Provence. Ce site met à la disposition de la communauté scientifique un outil documentaire et de recherche concernant les timbres sur amphores romaines.

Les droits des illustrations et textes des publications d’origine restent ceux de leurs auteurs, cités dans les notices épigraphiques de RTAR. Les relectures, interprétations et commentaires complémentaires sont ceux de l’équipe RTAR. Les notices ne mentionnent pas systématiquement les auteurs de ces relectures et/ou interprétations. La comparaison entre les publications d’origine et les notices permettra au lecteur de faire la part de ce qui revient à l’auteur et à celles de l’équipe RTAR.

Crédits image : image d’entrée du site internet AMPHORES, Recueil de Timbres sur Amphores Romaines.

Ressources : base de données « Sculptures de la Gaule romaine »

Dans le domaine de la sculpture antique, Danièle Terrer (Centre Camille Jullian, CNRS, Université de Provence, http://sites.univ-provence.fr/ccj/) a répertorié l’ensemble des sculptures sur pierre de la Gaule narbonnaise et de la Lyonnaise, et fournit ce repérage sur le web. Le projet relève du CNRS, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, de l’Université de Provence et il s’enrichit des collaborations de nombreux musées du Sud de la France et de musées étrangers ; la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine a collaboré pour l’exploitation de fonds d’archives. Cette base de données est constituée en synergie avec les travaux de recherche : elle intègre la publication ancienne d’Emile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Paris 1947-1966 et sert à la gestion documentaire du programme Nouveau Recueil d’Espérandieu de l’Académie, dirigé par Henri Lavagne, qui a permis la publication des collections de sculptures de Vienne et de Lyon et la publication en cours des sculptures de l’ensemble de la Gaule romaine.

Objectifs
La base de données, à la différence des livres, ne fournit pas le raisonnement interprétatif, mais un catalogue des oeuvres. Les notices sont rédigées en français et réparties dans deux bases séparées, le nouvel inventaire (Nesp) et celui d’Espérandieu (RBR), de ce fait consultable en ligne, avec un renvoi entre les deux parties. Dans la base, l’illustration photographique est riche, exploitant tous les supports disponibles : numérisations des publications, campagnes photographiques dans les musées, plaques de verre d’Espérandieu numérisées et indexées.

Exemples de recherches d’information
L’interrogation du sujet  » Auguste  » indique 33 notices, dont par exemple deux têtes masculines, l’une trouvée et conservée à Arles, datée entre le Ier s. av. et le Ier s. ap. J.-C. et identifiée comme Octave-Auguste (F. Salviat) ou Marcellus (J.-Ch. Balty), l’autre tête découverte à Vienne, datée du Ier s. ap. J.-C. et d’un tout autre style. Ne pas oublier le bouton galerie pour consulter les images, vues d’ensemble et détails, ainsi que le bouton bibliographie. Au-delà des « représentations officielles », on trouve les statues des divinités, des héros de la mythologie, des animaux, des personnages de la vie quotidienne, comme l’athlète ou la danseuse. Les images sont exportables (clic droit de la souris sur l’image).

Projets
Cet outil est conçu pour répondre à de très nombreuses questions de spécialistes et il s’ouvre à un public d’élèves et d’étudiants en proposant des fiches pédagogiques sur les personnages et sur l’histoire de l’art. Après le rôle documentaire, le projet vise une autre perspective en collaboration avec le CEA LIST, l’aide de l’ordinateur dans l’identification des personnages, à l’aide d’algorithmes de reconnaissance des formes qui seront appliqués à des séries de portraits, disponibles en ronde bosse.

Crédits image : image d’entrée du site internet Sculptures de la Gaule romaine.