Archives par mot-clé : Gaule

Vivre à Koenigshoffen à l’époque romaine. Ier-IVe siècle après J.-C.

Date / lieu : du 30 juin au 31 août 2017 / Strasbourg, Musée archéologique-Palais Rohan

La naissance de l’agglomération antique de Koenigshoffen est étroitement liée à la présence de l’armée romaine à Strasbourg- Argentorate dès le début du Ier siècle après J.-C. Les fouilles réalisées en 2014-2015 dans le cadre du projet « Porte des Romains » (P. Flotté / Archéologie Alsace) ont permis d’étudier de façon détaillée et sur une vaste superficie de 7 500 m² l’évolution d’un quartier du vicus durant plusieurs siècles. Une occasion toute trouvée pour proposer un bilan actualisé des connaissances sur le passé antique de Koenigshoffen.

→ Source : Musées de la ville de Strasbourg.

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Journal de Livia, fille de Sextius

La sortie du troisième tome du Journal de Livia, Romaine ou Gauloise ? (août 2016) est l’occasion de se plonger dans ce roman de Frédérique Banzet. Le premier volume laisse une impression mitigée. Le prétexte du journal intime, pour commencer, ne tient pas. Très rapidement, les souvenirs quotidiens et les notes prises sur le vif par Livia laissent place à de longs chapitres narratifs, maladroitement rattachés à la structure du journal. Il aurait été tout aussi efficace et plus réaliste de choisir une narration à la première personne. De plus, le cumul d’autres locuteurs, au début du premier volume, distingués notamment par des types de police (copie de lettres envoyées ou reçues, copie d’un récit historiographique…), crée une confusion au début même du roman et rend l’entrée dans la lecture difficile. Le choix d’en faire des annexes dans les volumes suivants semble plus judicieux. L’artificialité du journal est enfin clairement mise en évidence à la fin de chaque tome quand la narratrice prend le temps d’écrire « au secours, je vais me faire capturer » au lieu de se sauver.

Continuer la lecture de Journal de Livia, fille de Sextius

Vaison et son territoire dans l’Antiquité

Date / lieu : 14 avril 2017 / Grenoble, Université de Grenoble

Ce 5e séminaire du programme des « Inscriptions latines de Narbonnaise, Corpus de Vaison » présente, en introduction, le bilan du Programme Collectif de Recherche 2014-2016. La journée comporte deux parties : des synthèses et réflexions en cours sur la signification du nom des Voconces et sur les inscriptions-bandeaux funéraires ; des relectures d’inscriptions (le dossier de Sainte- Jalle) et la présentation d’inédits fragmentaires (fouilles du forum).

Télécharger le programme.

→ Source : Université de Grenoble.

Crédits image : affiche de la journée d’étude, voir le site des organisateurs.

Donnant donnant. Voeux et dons aux dieux en Gaule romaine

Date / lieu : du 2 février au 29 août 2017 / Bavay, Forum antique de Bavay

Dans les religions antiques, offrir aux dieux des objets ou des aliments fait partie des principales pratiques rituelles. L’exposition vous propose ainsi d’entrer dans l’univers des croyances des hommes et des femmes de l’Antiquité. A travers des objets archéologiques étonnants, elle dévoile des rituels et révèle les vœux formulés. Désir d’enfant, besoin d’argent, guérison sont autant de souhaits qui promettent une offrande à la divinité. C’est donnant-donnant !

→ Source : Forum antique de Bavay.

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Actualités : émission de radio Le Salon noir « Ces Gaulois vendus à Rome »

Émission de radio de France Culture « Le Salon noir », animée par  Vincent Charpentier et diffusée le 4 juin 2016.

Chaque semaine, l’actualité de l’archéologie, les avancées de la recherche française et internationale. Plus de 200 émissions diffusées depuis 2007 à écouter, réécouter ou podcaster. Le Salon noir, le magazine d’archéologie de France Culture, est désormais diffusé tous les samedis de 19h30 à 20h.

« La première trahison est irréparable », disait Milan Kundera. Depuis peu, les archéologues entrevoient ces soldats vendus à Rome, et montrent que la trahison était omniprésente pendant la guerre des Gaules.

Face à l’ancienne fureur guerrière, le sac de Rome en 390, la prise de Delphes en 279, la société gauloise se serait-elle ramollie dans les années 60 avant notre ère ?

Vercingétorix devant ses troupes l’aurait dit « la Gaule unie, formant une seule nation, animée d’un même esprit, peut défier l’univers »… Certes, mais l’esprit n’y était déjà plus ! Le discours savant, évoque souvent une Gaule prête à rentrer dans l’histoire, peut-on, tout au contraire, envisager des élites gauloises livrant leur pays à César ?

Omniprésente, la trahison se pratique de toute part dans la Guerre des Gaules, à l’image de Litaviccos, parjure frère de Rome. Triomphe de l’impérialisme romain, Alésia peut-elle être vue comme la victoire des élites « collaborationnistes » gauloises ?

Depuis peu, les archéologues entrevoient ces soldats vendus à Rome, un cavalier gaulois à Paris, la solde de soldats auxiliaires de Rome à Basing en Moselle…

Avec Laurent Olivier, conservateur en chef du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Pour écouter l’émission.

Crédits image : Monnaie de Litaviccos.  © Antoine Maillier / Bibracte.