Archives par mot-clé : mis-en-avant

3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Nicholls (M.), 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique. – Paris : Le Courrier du Livre, 2014.- 160 p. : index. – ISBN : 978.2.7029.1114.3.


C’est un truisme de dire que Rome a laissé des traces perceptibles encore de nos jours dans toutes les régions qui ont fait partie de l’Imperium Romanum. Des monuments le prouvent, qu’il s’agisse de restes anciens authentiques ou de constructions plus récentes influencées par le modèle romain ; en témoignent également certaines manières de penser et d’agir, principalement chez les peuples dont la langue est issue du latin (ce qui a façonné leur façon de raisonner). Les étrangers désireux de faire des affaires avec les Occidentaux l’ont bien senti ; je pense par exemple à ces nombreux Chinois qui cherchent à tout prix à comprendre notre « mode de fonctionnement » pour mieux asseoir une coopération commerciale. L’histoire, la civilisation, la littérature de la Ville Éternelle intéressent également les descendants mêmes des membres de l’Empire romain, curieux de connaître l’origine de certains de leurs monuments, de certaines de leurs institutions, de certaines de leurs expressions. Mais voilà : les années de scolarité sont loin ! Chacun a suivi sa voie et s’est spécialisé dans son domaine, et les connaissances sur Rome ont été un peu oubliées. Que faire ? Avoir recours à des ouvrages savants ? Il faudrait en lire beaucoup car chacun traite d’un sujet précis. En outre, ce sont en général de « gros pavés », assez indigestes pour qui n’en maîtrise pas le « jargon ». Et puis, on n’a pas le temps : ces gens, pourtant désireux de s’instruire, ont autre chose à faire dans la vie que de se consacrer à l’Antiquité : ils ont leurs occupations qui leur prennent l’essentiel de leurs journées.

Continuer la lecture de 3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Graffites et société en Gaule lyonnaise

Spécialiste en céramologie, Morgane Andrieu a récemment publié sa thèse aux éditions Monique Mergoil.

Reainfo : Vous venez de publier votre thèse sur les graffites en Gaule Lyonnaise aux éditions Monique Mergoil, qui a reçu les honneurs du Prix Jacques-Gabriel Bulliot[1]. Quelles marques étaient inscrites sur la vaisselle céramique romaine, votre sujet d’étude ?

Morgane Andrieu : Les marques que l’on trouve sur la vaisselle en céramique romaine sont variées. Il faut d’abord faire la distinction entre les marques manuscrites – directement gravées sur la vaisselle – et celles qui sont imprimées en série à l’aide d’un sceau comme les estampilles et les timbres (marques de potiers ou d’ateliers de potiers que l’on trouve sur la vaisselle en sigillée, les amphores et les mortiers par exemple). Pour ma part, j’ai étudié les graffites sur céramique qui sont des marques manuscrites et ne sont donc pas faites en série comme les timbres et les estampilles.

Continuer la lecture de Graffites et société en Gaule lyonnaise

Médée est-elle encore un monstre ?

Médée 1. L’Ombre d’Hécate, 2013 ; 2. Le Couteau dans la plaie, 2015 ; 3. L’Épouse barbare, 2016, Casterman. Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario).

Médée la scandaleuse, Médée la sorcière, la meurtrière.
Médée le monstre.

Voilà ce qu’on dit de moi.

Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange.

Au milieu de ces voix qui m’accablent,
il est temps que je fasse entendre la mienne ;

il est temps que je raconte mon histoire.
Pour rétablir enfin la vérité.

(4e de couverture des trois tomes parus)

Si pour Sénèque Médée représente le monstre absolu, c’est une Médée bien différente (au moins jusqu’au dernier tome paru à ce jour) que nous offre la série de Nancy Peña et de Blandine le Callet, qui débarrasse la Colchidienne de ses oripeaux merveilleux. Elle n’est pas magicienne, elle est savante, prêtresse d’Hécate, initiée dès l’adolescence à son culte, mais surtout à la connaissance des animaux, des végétaux et des minéraux. Grâce à son père, le roi Aiétès, qui pratique la dissection de corps morts pour en comprendre le fonctionnement, elle découvre l’anatomie humaine. Éprise de liberté, elle court, enfant, vêtue d’une tunique régulièrement couverte de terre, puis d’une robe sommairement remontée pour ne pas entraver ses mouvements à travers bois, lorsqu’à la puberté les normes sociales rappelées par sa nourrice l’obligent à changer d’apparence. Mais c’est de nuit et nue qu’elle court le plus souvent, à la lumière de la lune, ivre de liberté, accompagnée seulement d’un loup. Nous découvrons l’histoire de cette enfant innocente devenue une jeune fille, une amante, une épouse, mais aussi une traîtresse et une meurtrière.

Continuer la lecture de Médée est-elle encore un monstre ?