Archives par mot-clé : Platon

La politique est-elle un métier ? (4) Platon, le philosophe au pouvoir

Émission de radio de France Culture « Les Nouveaux chemins de la connaissance », animée par Adèle Van Reeth et diffusée du 08 juin 2017 (10h à 10h52).

Le philosophe est-il le mieux placé pour gouverner ? Platon répondrait oui, car selon lui, le savoir est la condition même d’une politique à la fois bonne et véritable. Et c’est justement parce que le philosophe ne souhaite pas le pouvoir qu’il est le mieux placé pour gouverner, car il ne fera pas passer l’intérêt particulier au dessus de l’intérêt général.

Avec l’intervention de Dimitri El Murr, maître de conférences en Histoire de la philosophie antique à l’Université Paris I Sorbonne, et Membre junior de l’Institut universitaire de France.

Pour écouter l’émission.

Crédits image : allégorie de la caverne. © Jan Saenredam.

Atelier Clisthène sur la pensée et les pratiques des anciens Grecs d’Homère à Platon

Date / lieu : 30 – 31 mars 2017 / Besançon, UFR SLHS – Sciences du langage, de l’homme et de la société (Grand salon)

Nommé en hommage au livre publié en 1964 par Pierre Lévèque et Pierre Vidal-Naquet, cet atelier accueille des contributions en français, anglais, allemand, espagnol et italien consacrées à l’étude de la pensée et des pratiques en Grèce ancienne, d’Homère à Platon, par delà les frontières de la littérature, de l’histoire, de la philosophie, des sciences et des techniques.

→ Source : Université de Franche-Comté.

 Crédits image : buste de Platon. © Marie-Lan Nguyen.

 

Les émotions chez Platon

Date / lieu : 17 mars 2017 / Paris, Université Paris Nanterre

Les émotions sont devenues un champ d’exploration important dans les études anciennes, croisant des approches historiques, anthropologiques, littéraires et philosophiques. L’intérêt porté aux émotions dans le corpus philosophique antique est pourtant inégalement réparti, et les études sur la nature, le nombre et les fonctions des émotions chez Platon demeurent encore peu nombreuses, probablement du fait que le modèle platonicien des affections nous est plus difficile à comprendre avec nos catégories contemporaines.

→ Source : Zetesis.

Crédits image : affiche de l’évènement.

Actualités : journée d’agrégation « Dialogue et rhétorique, autour de Platon, Quintilien et Lucien »

Date / lieu : 12 février 2016 / Paris, Collège Sévigné

Journée organisée en partenariat avec le Collège Sévigné et La Vie des Classiques – Les Belles Lettres

Définir le dialogue comme l’enfant de la philosophie est une construction historiographique courante dans l’Antiquité. Le Syrien, personnage-masque de Lucien de Samosate, dans La double accusation, est justement accusé par Rhétorique de l’avoir abandonnée pour Dialogue, « ce barbu, cet homme au manteau » et d’avoir restreint la liberté des discours pour s’enfermer dans des « questions brèves et hachées », créant un tissu de « courtes phrases », ne parlant que « par syllabes », recueillant pour finir de l’auditoire non des applaudissements mais un hochement de tête, un salut, un sourire. Ces quelques traits identifient sans ambiguïté Dialogue avec le dialogue socratique, dans sa version platonicienne la plus familière et la plus stéréotypée.

Pour en savoir plus…

Télécharger le programme de la journée.

Crédits image : affiche de l’événement, site internet des organisateurs.