Archives par mot-clé : Scipion l’Africain

L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin

Borie (B.), L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin. – Paris : Hugues de Queyssac Éditions, 2009.  – 335 p. : fig., cartes. – (ISSN : 1951.5278). – ISBN : 978.2.35291.044.2. 

l-aigle-et-le-lion-t1-l-appel-du-destinL’appel du destin est le premier tome de la tétralogie que consacre Bertrand Borie à l’affrontement entre Rome (L’aigle) et Hannibal (Le Lion). Ce roman historique débute en 238 avant J.-C. par la victoire d’Amilcar Barca sur les Mercenaires qui se révoltèrent après la première défaite des Carthaginois contre Rome. Contemplant les cadavres, le général souhaite restaurer la grandeur de Carthage et une idée lui vint soudainement : conquérir l’Ibérie ! Deux ans plus tard, il met son projet à exécution et emmène avec lui son fils, le futur général Hannibal, seulement âgé d’une dizaine d’année. Bertrand Borie narre alors pendant près de 300 pages la transformation du jeune Hannibal, au côté de son père puis de son beau-frère Hasdrubal, en redoutable chef de guerre. Avec une écriture passionnée, l’auteur nous offre le portrait d’un homme marqué par les rêves de vengeance de son père, les exploits d’Alexandre le Grand, instruits par son précepteur grec Sosylos et les batailles qu’il observe, puis mène sur le sol ibérique. Parallèlement, l’auteur porte son regard sur Rome où les Scipions s’inquiètent de la montée en puissance du Carthaginois alors que le Sénat se préoccupe essentiellement de la situation politique en Illyrie. Le premier tome s’achève 18 ans plus tard par le départ des troupes d’Hannibal vers Sagonte où leur victoire, en 218 avant J.-C., sera l’élément déclencheur de la deuxième guerre punique.

Continuer la lecture de L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin

Mangae Romae (1/3) : « Ad Astra »

Kagano M., Ad Astra. – Scipion l’Africain et Hannibal Barca, 10 volumes parus, série en cours. – Paris : Ki-oon, depuis 2014 pour la traduction française.

Lire et étudier des bandes dessinées sur l’Antiquité est aisé tant le choix est vaste. Si l’on s’en tient dans cet article à la seule Antiquité romaine, on sera loin du compte si l’on cite seulement Alix e-le sinées ?ercori/em> e(a href="http:://feainfo.hypotheses.org/t649" sarget="_blank" rel="noopener noreferrer">., LAel=tet/em>, 1em>Alséeix//em>, 1em>ACssion/em>, 1em>ALs sAgle< de some /em>, 1em>AMre-na/em>, APur laeEmpre Aet/m>ARomeaA I fnuthétgaement daourer wes bangas/ dentecetraine contairsenticet de rnèmes qnnée. ut seuccs lforisaanct

Continuer la lecture de Langae Romae (1/3) : « Ad Astra »

!-- #montent --> /stction role="somptement ar">< Artualités /h1> div class="eentu-vellesconfainer"