Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire

Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire. – A. Michel éd. – Bordeaux : Ausonius Éditions, 2017. – 170 p. : bibliogr., index. – (In situ). – ISBN : 978.2.3561.3208.6.

Ce livret-guide consacré à l’église Saint-Seurin de Bordeaux est le premier d’une nouvelle collection (In Situ) lancée par les éditions Ausonius, participant à la mise en valeur de grands monuments et sites archéologiques. Réalisé par des chercheurs spécialisés et destiné à un large public, il se veut à la fois guide de visite et ouvrage de synthèse sur l’histoire de la basilique. L’église Saint-Seurin, située sur les chemins de Compostelle, est en effet un des monuments les plus emblématiques de Bordeaux et son intérêt scientifique dépasse largement l’échelle locale. Elle a par ailleurs fait l’objet de recherches récentes dans le cadre de nouveaux projets de valorisation, ce qui impliquait une mise à jour des connaissances sur le site. Ce livret constitue donc aujourd’hui l’ouvrage le plus actualisé et le plus accessible concernant l’édifice bordelais.

Continuer la lecture de Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire

Public Spending in Democratic Athens: 200 Years after August Böckh

La Revue des Études Anciennes invite David Pritchard (chercheur- Institut d’études avancées de Strasbourg) pour une conférence en anglais, mercredi 23 mars 2018 à 18h (salle des thèses de la Maison de la recherche – Université Bordeaux Montaigne).

Cette conférence présente le calcul des dépenses publiques de l’Athènes antique. Les festivals, la politique et la guerre constituaient l’essentiel des activités publiques de cette démocratie directe, et le débat fait rage au sujet des sommes exactes qui y étaient engagées. Les historiens ne parviennent pas à s’accorder sur le poste budgétaire principal voté par le dēmos (« peuple ») : les festivals ou la guerre ? Ils s’interrogent sur la manière dont les Athéniens classiques finançaient leur démocratie, un débat qui remonte au premier ouvrage sur les finances publiques d’Athènes.

Continuer la lecture de Public Spending in Democratic Athens: 200 Years after August Böckh

Hospitalité et régulation sociale et politique dans l’Antiquité méditerranéenne : penser le singulier et le collectif

Date / lieu : 5-7 septembre 2018 / Lyon, École normale supérieure

Date limite d’envoi : 1er mars 2018

Présentée comme une « loi du cœur, non écrite, placée au-dessus des lois de la famille » (Albanel 2016), l’hospitalité inconditionnelle, conceptualisée par J. Derrida, interroge l’historien. Dans De l’hospitalité (1997), Derrida pointait en effet ce qui constituait de son point de vue une contradiction, voire une antinomie directe, entre les lois et la Loi de l’hospitalité. Les lois encadrent, administrent et, éventuellement, restreignent l’accueil de l’autre et de l’étranger, dans le groupe et la cité ; la Loi de l’hospitalité, a contrario, érige cet accueil en impératif catégorique universel. Toutefois, on peut se demander, avec Y.-C. Zarka, si « en voulant déconstruire les traditions dans lesquelles s’enracine l’hospitalité pour la penser à son extrême limite subversive, Derrida [ne] vide [pas] de son sens l’hospitalité en effaçant sa condition fondamentale : l’existence d’un chez soi, la distinction donc de soi et de l’autre, qui est la condition de l’accueil » (Zarka 2016, p. 8). L’étude de l’hospitalité semble donc consubstantielle de la question de la relation à l’autre, le plus souvent identifié à l’étranger, et du traitement qui lui est réservé dans le cadre de la relation hospitalière. Mais elle amène aussi à réfléchir aux échelles selon lesquelles est conçue et se développe cette forme spécifique d’accueil : à l’échelle de l’individu ? Du groupe ? De la communauté ? De l’universalité ? Et, partant, en fonction de finalités sociales ? Politiques ? « Humanistes » ? C’est dès lors au rôle de l’hospitalité en tant que vecteur ou dispositif de régulation sociale et politique – entre individu, groupe et communauté – que ce colloque entend s’intéresser pour le contexte de la Méditerranée antique, en continuant ainsi d’explorer les pistes fécondes ouvertes il y a une quinzaine d’années par le colloque Les Régulations sociales dans l’Antiquité (Angers, 23-24 mai 2003 ; Molini 2006).

Télécharger l’appel à communications.

→ Source : Sophau.

Le théâtre antique en Grèce et en Italie : créations et traditions

Date / lieu :  15-27 avril 2018 / Rome, École française de Rome

Date limite d’envoi : 20 février 2018

Du VIe siècle avant J.-C. jusqu’au IVe siècle après J.-C., le théâtre a profondément marqué la société antique et ses différents arts : littérature, musique, danse, architecture, sculpture, peinture, coroplastie et même bijouterie. Le séminaire itinérant EFA-EFR « Le théâtre antique en Grèce et en Italie : créations et traditions » sera l’occasion d’initier une douzaine d’étudiants aux différents aspects de la culture théâtrale des Grecs et des Romains en portant une attention particulière aux échanges qui se sont opérés entre eux dans ce domaine. La formation débutera à Athènes et se poursuivra à Naples à partir d’où il est prévu de se rendre à Pompéi, Herculanum, Teano et Cales. Le séminaire s’adresse à des étudiants inscrits en master 2 ou en thèse dans toutes les disciplines pouvant être concernées par le sujet (archéologie, histoire, lettres classiques, architecture, arts du spectacle…). La connaissance du grec et du latin sera appréciée.

→ Source : EFR

Les hommes, la terre et la dette en Grèce. Discussion autour du livre de Julien Zurbach

À l’invitation de la Revue des Études Anciennes, Jérôme Zurbach échangera avec différents participants sur le thème de la question foncière en Grèce ancienne, sujet central de son livre paru en 2017, Ausonius Éditions : Les hommes, la terre  et la dette en Grèce c. 1400 – c. 500 a.C.

Le livre

La question foncière attendait depuis longtemps d’être remise au cœur de l’histoire grecque des premiers temps, de l’apogée des palais mycéniens à la formation des cités-États. Ce livre présente une analyse des systèmes fonciers reposant sur un large inventaire des sources disponibles, des textes mycéniens aux traditions sur la Grèce archaïque et à l’archéologie rurale. Il vise à montrer l’importance de la période des palais mycéniens dans l’histoire économique et sociale de la Grèce, au-delà des débats schématiques entre partisans de la continuité ou de la rupture. Il aboutit à une relecture d’ensemble de l’histoire économique et sociale de ces siècles, portant aussi bien sur le système foncier que les échanges, les formes monétaires, la dette, le prélèvement. Les développements économiques doivent être placés au cœur du processus de formation des cités-États. Cela aboutit à replacer les cités grecques dans le vaste contexte méditerranéen, bien au-delà de toute idée de miracle ou d’exception grecque.

Zurbach (J.), Les hommes, la terre et la dette en Grèce. c. 1400 – c. 500 a.C. – Bordeaux : Ausonius Éditions, 2017. – 2 vol. : 895 p. – ISBN 978.2.3561.3179.9.

Continuer la lecture de Les hommes, la terre et la dette en Grèce. Discussion autour du livre de Julien Zurbach

Activités scientifiques autour de la Revue des Études Anciennes