Auguste, les ambiguïtés du pouvoir

Hurlet (F.), Auguste, les ambiguïtés du pouvoir. –  Paris : Dunod (coll. Ekho), 2020. – 368p. – ISBN : 9782100813766

Crédit image . Première de couverture – Dunod Editions

Les éditions Dunod republient en format de poche la biographie d’Auguste, premier empereur de Rome, qu’a rédigée Frédéric Hurlet, un des spécialistes actuels de la période augustéenne. D’un format agréable (à l’exception du cahier de photo dans lequel la taille des monnaies les rend presque illisibles), l’ouvrage est écrit dans un style extrêmement fluide et mêle à un récit de la vie de l’empereur des analyses historiographiques qui conduisent le lecteur dans les débats qui ont animé et animent encore la communauté des savants et des chercheurs sur la nature du pouvoir d’Auguste, sur les fondements de l’Empire comme régime et sur les intentions du personnage. F. H. annonce d’emblée qu’il mène cette biographie « par les deux bouts de la chaîne chronologique », c’est à dire entre 63 a.C., date de la naissance d’Auguste (en réalité il considère aussi rapidement les décennies précédentes pour mieux évaluer la position de la famille du jeune Octave) et 2014, date des célébrations du bimillénaire de la mort de l’empereur (la bibliographie de cette seconde édition de la biographie a été actualisée pour mentionner les ouvrages les plus récents sur la période). Ce choix explique l’importance de la dernière partie de l’ouvrage, consacrée, comme c’est habituel désormais dans les biographies, à « l’après-vie » du personnage, pour étudier la fabrique de la mémoire qui se cristallise autour d’un personnage historique et le réinterprète au gré des circonstances, des écoles historiques et des sensibilités politiques. F. H. ne néglige pourtant pas la partie purement biographique en donnant une orientation politique, présente dès le titre, à son étude. C’est ainsi que, en lisant cet ouvrage, l’on croise, César, Marc Antoine, Agrippa, Livie, Tibère, Trajan, Constantin, Charlemagne, Montesquieu, Louis de Beaufort, Mommsen, Carcopino, Sir Ronald Syme, Béranger, Nicolet, le général de Gaulle et bien d’autres…

L’introduction annonce que l’ouvrage s’inscrira en faux contre l’idée d’un Auguste (ou derrière lui, d’un régime impérial) qui serait une « nécessité historique » s’étant imposée face à une république moribonde et incapable de plus diriger Rome et son empire territorial devenu gigantesque. Sans céder à la facilité d’interprétation que serait le repérage des ruptures et continuités, F. H. inscrit Auguste dans la lignée de ceux qui l’ont précédé. En établissant dans son introduction un parallèle entre l’échec de César et la réussite indéniable d’Auguste, comment la création de l’Empire fut un processus de long terme (et Auguste eut la chance de sa longévité) qui sut remarquablement s’adapter aux circonstances « du temps » en s’appuyant sur les événements contingents pour renforcer la définition des pouvoirs du prince, mais aussi les pratiques d’exercice de ce pouvoir.

L’ouvrage se développe en trois parties qui correspondent à ce que F. H. appelle les trois métamorphoses d’Auguste. La première partie est consacrée à « la (longue) marche vers le pouvoir » de cet homme issu d’une famille qui n’était pas de premier plan sur la scène politique romaine, et qui fonda un régime qui lui survécut plusieurs siècles et servit de modèle (ou de repoussoir) à de nombreux régimes politiques ou à la réflexion politique sur le pouvoir jusqu’à nos jours. La deuxième est consacrée à la fondation de l’Empire comme régime, c’est à dire à l’établissement des pouvoirs du premier empereur, à ses rapports avec les institutions dont il hérita, et à la manière dont il transmit sa position à la tête de l’État à ses successeurs. La troisième enfin, est consacrée à l’image, sans cesse reformulée, de l’empereur depuis sa mort, jusqu’au XXIe siècle : empereur modèle pour les fondateurs de dynastie, empereur instrument de la providence parce que son règne fut marqué par la coïncidence chronologique avec la naissance du Christ, monarque trop respectueux de la façade républicaine pour les monarchies absolues de l’époque classique, repoussoir absolu pour les philosophes des Lumières, modèle des dictatures européennes du XXe siècle. Ce sont ces images et leur traitement par les savants et historiens que F.H. étudie de manière très éclairante sans jamais tomber dans le pointillisme historiographique qui pourrait lasser le lecteur de cette biographie. L’appareil des notes et la bibliographie, qui présentent les grands travaux essentiels, satisferont par ailleurs ceux qui voudraient en savoir plus.

Tout en parcourant la vie et l’après-vie d’Auguste, F. H. brosse un tableau des grandes écoles historiques qui ont élaborés les modèles qui nous servent aujourd’hui à comprendre le régime fondé par Auguste et dont on pourrait dire – au prix d’une simplification excessive cependant – qu’elles se résument, sur bien des aspects, à trois grands courants. Le premier serait fondé sur une lecture juridique et institutionnelle, le second au contraire sur une lecture uniquement sociale, tandis que le troisième serait une voie intermédiaire entre ces deux propositions de lecture. Ce schéma, trop simpliste pour rendre compte des subtilités des recherches sur le principat d’Auguste, fournit une grille de lecture à bien des débats historiographiques dont F.H. sait rendre la teneur avec simplicité sans sacrifier à la simplification grossière et auxquels il introduit le lecteur avec une grande pédagogie. C’est par exemple le cas autour de la notion de « restauration de la République », autour de la notion historique de « consensus » formée autour de l’empereur et du régime, autour de la question de l’administration du territoire de l’empire…

Cette biographie d’Auguste, dont F. H. souligne qu’elle constitue un exemple rarement tenté dans la tradition des études françaises, remplit ses objectifs en fournissant une vision très complète des ambiguïtés – on pourrait dire aussi de ses ambivalences ou de leur caractère polymorphe – d’abord des pouvoirs détenus par Auguste, ensuite du régime qu’il a fondé, de l’image, enfin, laissée par le premier empereur.

Clément Chillet,

Maître de conférences en Histoire romaine – Université Grenoble Alpes

Citer cet article comme : Clément Chillet, Auguste, les ambiguïtés du pouvoir, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/04/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22497.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search