Compte rendu « S.P.Q.R. »

Beard (M.), S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome. – S. Duran trad. – Paris : Éditions Perrin, 2016. -592 p. : bibliogr., fig., cartes, index. – ISBN : 978.2.2620.4871.6. 

9782262048716

Avec SPQR, c’est une lecture personnelle de l’histoire romaine que propose Mary Beard (désormais MB). Sa volonté de présenter une synthèse de plusieurs décennies de réflexions sur l’Antiquité romaine donne lieu à un ouvrage passionnant, agréable et plein d’humour, dont le succès est déjà indéniable chez les critiques et chez les libraires. Car SPQR n’est pas un livre destiné aux seuls spécialistes. Il est au contraire un parcours de (re)découverte destiné aux amoureux de la Rome antique, aux étudiants comme à ceux qui voudraient découvrir la réalité d’un empire méditerranéen maintes fois fantasmé au cinéma, au théâtre ou dans la littérature. L’ouvrage comprend d’ailleurs un choix original de nombreuses illustrations, d’excellente qualité et systématiquement légendées, qui viennent tisser le fil de ce récit plaisant.

S’il en a les qualités graphiques et littéraires, il ne faudrait pourtant pas voir dans SPQR un simple best-seller racoleur et simplificateur, sous peine d’oublier la démarche résolument historienne adoptée par l’auteure. MB délaisse en effet l’articulation d’une histoire chronologique au profit d’une écriture narrative qui construit son propos sur l’étude de la micro-histoire, d’analyses de mouvements de fond, de documents archéologiques et iconographiques, enfin de débats historiographiques qui font entrer le lecteur dans les coulisses d’une histoire ancienne en perpétuelle (re)construction. L’enquête s’étend également au souvenir laissé par l’histoire de Rome jusqu’à aujourd’hui et MB prend soin de pourfendre les erreurs, croyances et stéréotypes qui altèrent ou modifient la réalité romaine telle qu’elle peut être reconstituée par la stricte lecture des sources anciennes, dont l’auteure possède une connaissance approfondie.

Le chapitre I est consacré à la conjuration de Catilina, duel politique (63 av. J.-C.) remporté par Cicéron dont l’étude offre l’occasion d’introduire plusieurs problèmes fondamentaux pour la suite du propos, comme l’apogée littéraire de Rome au Ier siècle av. J.-C. (lors duquel les Romains ont construit l’essentiel de l’histoire de leurs origines) ou le rôle des institutions romaines et notamment leurs limites face à une menace révolutionnaire. La dimension mémorielle de la conjuration de Catilina retient l’attention de l’auteure, qui rappelle que c’est aussi la « fabrication » des événements par Cicéron puis par Salluste, suivie d’un engouement rarement démenti pour l’affaire durant les siècles suivants, qui portent jusqu’à aujourd’hui la geste politique de Catilina. Après ce chapitre introductif, la chronologie prend ses droits et les chapitres II et III plongent dans les origines de Rome et dans la période royale. L’articulation efficace entre récits mythiques, recomposés après coup par les Romains dans des buts esthétiques et politiques, et découvertes archéologiques permet d’avoir une vision claire des premiers temps des Romains : cette histoire faite de batailles héroïques et de grandes institutions est ramenée à une réalité plus proche d’un monde de razzias de pasteurs, de chefs de guerre itinérants. La dimension locale du passé romain éclate lorsque Rome, après un « grand bond en avant » (chap. IV) étend son empire sur « un monde plus vaste » (chap. V). MB déconstruit dans ces chapitres plusieurs mythes discutés dès le prologue et rappelle par exemple que les Romains n’étaient pas plus belliqueux que leurs voisins, que la conquête n’était pas, pour ce peuple sans carte, un projet construit, enfin que la domination romaine sur le monde méditerranéen ne relevait pas d’un empire coercitif d’annexion, mais plutôt d’un empire d’allégeance et intégrateur (p. 195). L’idée même de « romanité » telle qu’elle apparait souvent – austère, pragmatique et conservatrice – est le résultat d’un affrontement culturel précisément lié à cette expansion de l’empire, lorsque l’afflux d’étrangers, l’apparition de nouvelles citoyennetés en Italie et au-delà entrainèrent une redéfinition de « l’être romain ». L’auteure offre, dans ces pages, un récit parfois surprenant, comme lorsqu’elle propose une estimation minute par minute du nombre de morts à la bataille de Cannes (p. 182) ou rappelle au lecteur que la pollution produite par l’exploitation romaine des mines d’argent espagnoles est encore décelable aujourd’hui dans les échantillons extraits de la calotte glaciaire du Groenland (p. 198-199).

L’histoire mouvementée de la fin de la République (entre la chute de Carthage en 146 et la mort de César en 44 av. J.-C.) occupe les chapitres VI et VII, au sein desquels MB reprend la vision classique de la désagrégation de l’État républicain, articulée autour du tournant des Gracques, des guerres civiles puis de l’inadaptation des institutions ainsi que des modes de gouvernement face à l’expansion de l’empire et à la montée en puissance des imperatores. L’auteure affiche sa sympathie pour l’œuvre réformatrice des Gracques et insiste sur la responsabilité de l’aristocratie sénatoriale, durement vilipendée, dans ce déclin. Mais son souci de nuance n’est jamais loin : l’archéologie contredit la « disparition » de la petite propriété dénoncée par Tiberius Gracchus et l’aristocratie ne fut sans doute pas aussi gangrénée par la corruption et fermée aux hommes nouveaux que ce que Salluste voulut faire croire à ses lecteurs. L’idée d’une désagrégation civique inéluctable, dûe en partie à la teneur souvent alarmiste des écrits de Cicéron, ne doit pas masquer l’existence d’une production littéraire et architecturale comme d’une réflexion sur la manière de gouverner et d’administrer un empire de plus en plus vaste. MB surprend son lecteur lorsqu’elle voit dans les Ides de Mars « le dernier en date d’une série d’assassinats visant les réformateurs populaires radicaux jugés trop puissants, et qui débuta avec le lynchage de Tiberius Gracchus en 133 » (p. 296) : si la politique menée par César dès son consulat de 59 fut indéniablement réformatrice et popularis, l’acte de ses assassins semble plutôt motivé par des ambitions personnelles que par une réaction conservatrice. Le chapitre VIII clôture la « phase républicaine » du livre et utilise la correspondance de Cicéron comme fil rouge d’une réflexion sur la société romaine au milieu du Ier siècle av. J.-C. Les questions du mariage, de la naissance et de la mort, de l’argent et de l’esclavage sont tour à tour abordées avec une hauteur de vue très profitable au lecteur. Ces pages laissent place à une analyse de l’installation du Principat, régime à propos duquel MB écrit : « à la différence de ce qui se produisit pendant toute l’histoire de la République, puis pendant que le pouvoir impérial se développait et que tous les aspects du monde romain faisaient l’objet d’une révolution, il n’y eut par la suite aucun changement fondamental dans les structures politiques, dans les institutions impériales ou la société romaine » (p. 342-343).

Cette formule provocatrice (d’ailleurs contredite dans l’épilogue (p. 535) lorsque l’édit de Caracalla de 212 ap. J.-C. est qualifié de « décision révolutionnaire ») annonce la seconde partie de l’ouvrage, consacrée cette fois à la Rome impériale. MB passe rapidement sur l’époque triumvirale pour se concentrer sur « l’énigme » Auguste, imperator victorieux qui parvint à présenter l’installation d’une autocratie comme le prolongement de la République. Ces pages présentent Auguste sous les traits d’un « prince citoyen » qui prit soin de témoigner son respect aux sénateurs et de refuser les charges excessives, mais qui n’en concentra pas moins les pouvoirs effectifs, en accumulant les magistratures ou en tenant sous sa coupe le Sénat et l’armée. MB nuance, de manière attendue, l’image élogieuse d’un principat augustéen lissé par la tradition littéraire en attirant l’attention sur ses difficultés politiques (conspirations), militaires (défaite de Varus en 9 ap. J.-C.) ou dynastiques. Ce même équilibre caractérise le chapitre X sur les empereurs des deux premiers siècles. MB rappelle notamment que le modèle augustéen ne prévoyait pas de système fondé sur la primogéniture : ce qui décidait de l’identité du futur empereur était le complot violent, la capacité à entretenir des relations politiques avec les aristocrates et avec l’armée, ou l’adoption d’un parent puis du « meilleur » des candidats à partir de Trajan (98 ap. J.-C.). L’auteure concilie ici le portrait d’une aristocratie sénatoriale martyrisée par les empereurs et celui d’un entourage de collaborateurs qui participèrent au bon fonctionnement du régime impérial : forte d’une lecture de Pline le Jeune et Tacite, elle suppose que la plupart des sénateurs du IIe siècle collaborèrent avec l’empereur, se bornant à dépeindre avec nostalgie la fin d’une République qu’on ne pouvait (et ne voulait) plus rétablir.

Le chapitre XI traite de la situation socio-économique impériale et rappelle que, bien que l’essentiel des traces documentaires concerne les Romain(e)s les plus aisé(e)s, ceux-ci représentèrent moins de 300 000 personnes sur 50-60 millions d’habitants (estimation basse retenue par l’auteure) dans le monde romain (p. 448) : il faut alors tenir compte de la tendance des sources littéraires à caricaturer la situation des plus pauvres et d’une archéologie qui offre plus facilement au regard moderne une domus qu’un atelier de poterie. Soucieuse de scruter en détail les différents niveaux de pauvreté, MB affirme que les Romains de la frange supérieure de la plèbe jouissaient de conditions de vie correctes, éclairées ici par l’étude d’une fosse d’aisance d’Herculanum, qui révèle la présence d’une alimentation variée (p. 454). MB souligne également que les « chevauchements socio-culturels » entre l’élite et le reste de la cité furent plus présents que ce que les sources littéraires ne le laisse voir. L’exemple parfaitement choisi de la peinture d’une taverne d’Ostie figurant les sept sages de la Grèce accompagnés d’une légende scatologique est révélateur d’un humour populaire qui, tout en critiquant la culture des élites, nécessitait d’en maîtriser une partie des codes culturels (p. 480).

Dans le dernier chapitre, consacré à « Rome hors de Rome », MB rappelle que « les hiérarchies locales antérieures à la domination romaine se transformaient pour entrer au service de Rome, et le pouvoir des chefs locaux était exploité pour répondre aux besoins du gouvernement impérial » (p. 501). Le passage d’une République conquérante à un Empire administré et exportateur de modèles culturels s’explique par l’avènement du prince, qui avait mit fin au modèle concurrentiel entre imperatores, moteur de la conquête à l’époque républicaine. L’empire ici présenté par MB est d’abord celui de la coexistence des cultures et des systèmes socio-politiques. Toutefois, la situation centrale de Rome dans les échanges culturels et économiques, révélées par les colonnes de granit du Panthéon faites d’une pierre importée d’Égypte, n’empêchait pas les migrations entre provinces. Ce tableau d’un monde romain apaisé est nuancé par l’analyse des formes de résistances et d’oppositions armées contre Rome, puis du « problème chrétien ». Ce tour d’horizon se termine par une réflexion sur l’arrivée des provinciaux dans la cité romaine, d’hommes et de femmes « qui, bilingues et jouissant d’une double culture, et ayant à la fois Rome et leur province pour foyers, étaient capables de voir les deux faces de l’empire » (p. 531). Cette phrase est illustrée par l’étude du cas de Gaius Julius Zoilos, notable d’Aphrodisias (Turquie actuelle), dont la tombe d’époque augustéenne le représente en toge romaine, puis vêtu d’une chlamyde (p. 534).

Un ouvrage qui traite de 1000 ans d’histoire en moins de 600 pages (conclues par un épilogue qui explicite le choix de l’édit de Caracalla de 212 ap. J.-C. comme borne finale du livre) ne saurait éviter quelques maladresses. Ces imperfections occasionnelles sont toutefois peu de choses face à ce tour de force intellectuel et littéraire qui, servi par une excellente traduction française, se termine sur une bibliographie rédigée (reprenant l’ordre des chapitres) qui sera utile aux lecteurs que le format de la liste d’ouvrages pourrait décourager. Les éléments esquissés dans cette courte note font de ce SPQR un livre qui n’a pas attendu les années pour faire date, mais qu’il faudra conseiller aux étudiants et aux chercheurs plutôt qu’aux lecteurs sans connaissance préalable de l’ancienne Rome.

Romain Millot, agrégé d’histoire et doctorant contractuel à l’Université Paris 7-Diderot.

Page institutionnelle de Romain Millot.

Pascal Montlahuc, membre de l’École française de Rome, section Antiquité.

Page Academia de Pascal Montlahuc.

Citer cet article comme : Pascal Montlahuc et Romain Millot, Compte rendu « S.P.Q.R. », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/03/2017, https://reainfo.hypotheses.org/7504.

Crédits image : première de couverture. © Éditions Perrin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *