Archives de catégorie : appel à communication

Appel à communication “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monuments de l’Antiquité”. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Date / lieu : 6 octobre 2017 / Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain

Date limite d’envoi : 15 mai 2017

La journée d’étude « “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monuments de l’Antiquité”. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées » se tiendra à Louvain-la-Neuve (Université catholique de Louvain), le vendredi 6 octobre 2017.

→ Source : Compitum.

Appel à communication « Une monnaie pour le mort, des monnaies pour les vivants. L’obole à Charon : la fin d’un mythe ? »

Date Lieu : 23-24 novembre 2017 / Athènes, École belge d’Athènes/Institut hollandais d’Athènes

Date limite d’envoi : 30 avril 2017

Grâce au développement de nouvelles méthodes d’investigation, le domaine de l’archéologie funéraire s’est particulièrement illustré ces dernières années. La finesse des fouilles, la précision de l’archivage des données contextuelles et la multiplication des études pluridisciplinaires ont abouti à la mise en place d’une véritable «archéologie du rituel ». Loin du simple ramassage de mobilier auquel fut longtemps limitée la fouille de sépultures, la discipline prend désormais en compte deux données essentielles : l’anthropologie biologique et l’étude des phénomènes taphonomiques. Les objets déposés dans les tombes sont dès lors considérés comme des éléments constituant le dispositif au cœur duquel se place le défunt : en d’autres termes, ils sont à même de nous renseigner sur les gestes funéraires. 

→ Source : Compitum.

Appel à communication au 30e colloque de l’AFPMA

Date / lieu : 24-25 novembre 2017 / Arles

Date limite d’inscription : 1er mai 2017

Pour son 30e colloque, l’Association française pour la peinture murale antique aura le plaisir de se déplacer à Arles (Bouches-du-Rhône), les vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017, à l’invitation du musée départemental Arles antique. Au coeur d’Arelate, cette florissante cité de l’antique Narbonnaise, dont la ville actuelle a conservé de nombreux monuments et un important patrimoine archéologique, nos rencontres feront écho aux récentes découvertes des riches peintures du site de la Verrerie qui contribuent à mettre en lumière notre discipline, la toichographologie.

→ Source : Compitum.

Appel à communication « Le voyage d’Europe au fil des siècles : histoire et réception d’un mythe antique »

Date / lieu : 11 mai 2017 / Strasbourg, Université de Strasbourg, Collège Doctoral Européen

Date limite d’inscription : 20 mars 2017

Les premières attestations du mythe d’Europe remontent au VIIIe siècle av. J.-C., notamment dans les Poèmes Homériques et la Théogonie d’Hésiode. Ce mythe étant célèbre dès l’Antiquité, on en retrouve différentes révisions dans les productions littéraires européennes tout comme dans les milieux  artistiques, théâtrales, musicales et philosophiques. Il façonne par ailleurs de nouvelles visions, figures et images qui ont une incidence dans les théories sur l’influence de la culture gréco-romaine dans la formation de l’idée de l’Europe.

→ Source : Institut de grec.

Crédits image : Europe et le taureau. Œnochoé à figures noires (550-500 av. J.-C.). © The Cleveland Museum of Art.

Appel à communication « La polygraphie comme norme. Théories, pratiques, réceptions »

Date Lieu : 26 novembre 2017 / Rouen

Date limite d’envoi : 28 février 2017

Le terme « polygraphe », bien que couramment employé pour qualifier certains auteurs anciens, ne semble pas avoir été utilisé dans l’Antiquité dans le sens où nous l’entendons aujourd’hui. Diogène Laërce, évoquant les philosophes épicuriens (X, 26), indique qu’Épicure composa plus d’ouvrages que n’importe quel philosophe, et critique Chrysippe d’avoir voulu « l’imiter en πολυγραφία », attitude qui rend son œuvre répétitive et maladroite. La polygraphie désigne donc de façon restreinte le fait d’écrire un grand nombre de textes, et la liste des œuvres d’Épicure donnée par Diogène Laërce, ne regroupant que des ouvrages à caractère philosophique, montre que le terme n’implique nullement la diversité qui est au cœur du concept moderne de polygraphie. 

Télécharger l’appel à communication complet.

→ Source : Compitum.

Crédits image : Sénèque.