Archives de catégorie : Colloques/journées d’étude

Définir la transgression : des sciences sociales aux sciences de l’Antiquité

Date. Lundi 27 Mai 2019

Lieu. ENS de Lyon

Désobéir, enfreindre la loi, violer un interdit, déroger à une tradition, défier une autorité, s’affranchir d’un code, s’écarter du droit chemin, passer une frontière, dépasser l’entendement…

Les nombreuses expressions lexicales décrivant une forme de transgression soulignent la multiplicité des sens et la portée à la fois concrète et métaphorique de cette notion. Aujourd’hui, la transgression est au cœur des recherches et des réflexions, par exemple en politique, dans les études de genre, dans le courant transhumaniste ou l’art contemporain. Mais transgresser une norme signifie-t-il la même chose à toutes les époques ou dans toutes les sociétés ? Et plus précisément, l’approche contemporaine de la transgression est-elle appropriée à l’Antiquité et aux sociétés grecque et romaine ? 

C’est l’objet de cette journée d’étude qui vise à définir la transgression dans l’Antiquité grâce à la confrontation de ses champs d’application avec les travaux des sciences sociales et les théories de la déviance en sociologie.

Si la transgression dans l’Antiquité peut apparaître à la fois dans les sphères politique, législative, philosophique, morale, scientifique ou artistique, la comparaison de plusieurs pratiques durant cette journée de réflexion vise à saisir les éléments constitutifs de toute transgression. Quel est le sens particulier de ce concept par rapport à la multiplicité des pratiques « hors norme » comme la subversion, l’infraction ou l’écart ? La notion apporte-t-elle un éclairage singulier sur ces divers modes de transgression ? Peut-on la penser en-dehors d’un cadre politique ou culturel ? Que transgresse-t-on et qui décide de la norme ? Y a-t-il un espace plus propice qu’un autre à l’émergence de l’acte transgressif ? Dans quelles conditions et selon quelle temporalité l’acte se fait-il transgressif ou cesse-t-il de l’être ? Un geste est-il transgressif du fait de la figure qui l’accomplit ou est-ce le geste qui transforme son agent en figure de révolté ? Pour tenter de répondre à ces questionnements, la journée d’études réunit des sociologues et des spécialistes des mondes anciens de diverses disciplines afin d’interroger la nature, la logique temporelle et la grammaire de la transgression, aujourd’hui et dans l’Antiquité.

Programme

8h45-9h10      Accueil des participants et introduction de la journée d’étude

9h10-10h10    Conférence inaugurale

Cédric Passard(Sciences Po Lille) : « Franchir les limites du tolérable. Ce que transgresser veut dire »

10h10-10h50  Marlène Bouvet(ENS de Lyon) : « La transgression, un « fait social normal » à l’épreuve des mécanismes de domination : introduction aux théories sociologiques de la déviance »

10h50-11h10  Pause

11h10-11h50  Charles Guérin(Sorbonne Université, Paris 4) : « Usages des modèles, agression et shame culture: remarques sur les mécanismes oratoires d’imposition de la norme »

11h50-12h30  Catherine Psilakis(Université de Lyon I) : « Tous nomous parabainein: la rhétorique de la transgression chez les orateurs attiques »

12h30-14h      Pause déjeuner

14h-14h40      Arnaud Macé(Université de Franche-Comté, Besançon) : « Nature et société déterminent-elles des formes différentes de transgression en Grèce ancienne ? »

14h40-15h20  Stéphane Marchand(Université Panthéon Sorbonne, Paris 1) : « Approche sceptique de la norme et de la transgression »

15h20-16h      Pierre Ponchon(Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) : « Portrait du tyran en loup-garou : les figures de la transgression aux livres VIII et IX de la Républiquede Platon »

16h-16h30      Clôture de la journée d’étude et temps de convivialité

Contact: tantalens@gmail.com

Source. Tantale

Bien avant la sexualité

Date. Samedi 25 Mai 2019

Lieu. Centre Anima – Paris

Au moment où Michel Foucault distinguait les aphrodisia grecs de la chair chrétienne et de la « bonne sexualité » contemporaine, plusieurs spécialistes de l’Antiquité, aux États-Unis et en France, se réunissaient pour mettre au jour l’ampleur des relations, des espaces et des pratiques poétiques et iconographiques placées sous le signe d’erôs. En anthropologues du passé, les hellénistes de Before Sexuality. The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World, publié en 1990 sous la direction de David Halperin, John Winkler et Froma Zeitlin, exploraient des domaines variés de la vie des femmes et des hommes grecs et tentaient d’appréhender ce que pouvaient être l’expérience et les rapports érotiques dans une société et une culture d’« avant la sexualité ».
Presque trente ans plus tard, en écho avec la publication posthume du quatrième volume de l’Histoire de la sexualité, la traduction de cet ouvrage « bilingue »
nous offre la réédition du dialogue entre hellénistes américain-e-s et chercheur-e-s du Centre Louis Gernet sur l’érotisme grec. Publié dans la collection Les grands classiques de l’érotologie moderne (édition EPEL) avec le soutien de l’Institut Émilie du Châtelet, ce volume est le fruit d’un travail collectif qui a réuni hellénistes et psychanalystes pour une traduction linguistique et transculturelle. Les tables rondes de la journée du 25 mai accueilleront les auteur-e-s, les éditeurs, des psychanalystes et des chercheur-e-s qui ont trouvé dans cet ouvrage des pistes pour leurs propres travaux, maintenant.
Que nous réserve, au XXIe siècle, ce nouveau voyage en terre d’erôs ?

Programme en ligne

Source. Anhima

 

Se promener, déambuler, dériver dans la ville

Date. Vendredi 24 Mai 2019

Lieu. Université de Tours

Dans le cadre de son axe thématique sur la ville, le CeTHiS organise une journée d’études intitulée Se promener, déambuler, dériver dans la ville, qui explore les différentes formes de promenade urbaine de la période antique à la période contemporaine en croisant le regard de chercheurs confirmés invités et de doctorants de l’équipe.

Organisée par Robert Beck et Stéphanie Sauget, elle constitue le 3e volet du cylcle de séminaires Se perdre en ville.

Programme. ici

Source. Cethis

Prosopographie et onomastique féminines

Date. Samedi 25 Mai 2019 de 10h00 à 18h00

Lieu. INHA, salle Mariette

La prosopographie est une discipline ambitieuse qui entend ou prétend rassembler et étudier l’ensemble de la documentation disponible pour une période historique donnée afin de reconstituer la structure et l’évolution d’un groupe humain déterminé. Il est dès lors indispensable de prendre conscience des limites, des travers et des manques des sources conservées. Ces biais sont d’autant plus importants quand on s’intéresse aux femmes qui, jusqu’à une date récente, étaient davantage spectatrices qu’actrices d’une histoire écrite, occupée, incarnée par des hommes de manière souvent exclusive. L’idée d’appliquer la méthode prosopographique à un groupe spécifiquement féminin s’inscrit dans le développement plus général de l’histoire des femmes à partir des années 1970, et il faut saluer l’œuvre désormais pionnière que Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier a consacrée aux femmes de l’ordre sénatorial du Haut-Empire. Depuis les années 2000, d’autres études ont vu le jour et porté sur les femmes les mieux documentées, c’est-à-dire celles qui appartiennent à la classe dirigeante. Dames du Moyen Empire égyptien, entourage féminin des diadoques d’Alexandre le Grand, femmes évergètes du monde hellénistique, notables de l’Hispanie romaine ou grandes aristocrates du Mezzogiorno médiéval constituent autant de groupes féminins récemment étudiés qui ont en commun d’être associés de près au pouvoir des hommes qu’elles soutiennent ou suppléent plus qu’elles ne les concurrencent. Il se pose alors la question de savoir si la prosopographie féminine est par essence plus élitiste, plus restrictive et plus biaisée que la prosopographie masculine en raison de la mention plus rare des femmes dans la documentation antique ou médiévale. L’onomastique permet sans doute de nuancer cet aperçu sommaire a priori négatif en révélant comment et combien l’étude sérielle des noms féminins de catégories parfois modestes offre la possibilité de pouvoir écrire une histoire des femmes qui ne soit pas uniquement celle des impératrices et des sénatrices. Il nous semble par conséquent opportun de nous interroger, pour ce troisième atelier prosopographique, sur les rapports tissés -dans les travaux sur les femmes et le genre- entre l’étude des personnes et celle des noms. Comment s’entrecroisent les considérations biographiques/sociologiques et philologiques, quelles avancées les unes permettent-elles dans le champ des autres ?
 

Programme

10h : accueil et mot d’introduction
10h15 : K. Karila-Cohen (Université de Rennes), « Noms, personnes et genre à Athènes : que permet l’analyse de réseaux ? »
11h : G. Gorre (Université de Rennes), « Le sang ou le lait : comprendre l’onomastique féminine royale grecque dans la famille des Grands-Prêtres de Ptah de Memphis. »
11h45-13h30 : déjeuner
13h30 : C. Hasenohr (Université Bordeaux-Montaigne), « Prosopographie et onomastique féminine dans la communauté italienne de Délos. »
14h15 : A. Alvarez Melero (Université de Séville), « Onomastique et prosopographie : l’exemple de la parenté féminine des chevaliers romains. »
15h-15h30 : pause
15h30 : S. Destephen (Université de Nanterre), « Les femmes de l’ordre sénatorial dans l’Orient romain tardif. »
16h15 : J. Pilorget (Sorbonne Université), « Le genre en question : Jehanne, Philippe et Jaque. Les noms de femmes en Picardie à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe s.). »
17h00-17h30 : choix du thème du prochain atelier

Source. Anhima

Conférence – Le sport au féminin en Grèce ancienne. Du spectacle au spectaculaire, des pratiques à l’imaginaire

Date. Mercredi 22 mai 2019 à 18h30

Lieu. Musée des Moulages – Montpellier

Intervenant. Florence Gherchanoc, professeure d’histoire grecque, université Paris Diderot, USPC-AnHimA, UMR 8210

Dans les sociétés grecques de l’Antiquité, les femmes, filles et épouses de citoyens, ont pour destin le mariage et la maternité, ce à quoi les préparent leur éducation et les activités auxquelles elles s’adonnent dans la famille et la cité. Aussi, en raison de leur statut et de leur genre, sont-elles généralement exclues de pratiques où seuls des corps virils s’exhibent : entre autres, les exercices sportifs et les compétitions athlétiques. Pour autant, textes et images font référence à des exercices féminins au gymnase et à la participation de femmes, le plus souvent des jeunes filles, à des compétitions sportives (lutte et surtout courses rituelles), aussi bien dans le domaine du mythe (Atalante) que de façon effective dans quelques cités (Sparte et Olympie). Dans quels contextes et pour qui se déploient ces spectacles ‘sportifs’ féminins exceptionnels et spectaculaires ? Comment les Anciens les ont-ils appréciés et jugés ? Quel imaginaire construisent-ils ?

Source. COMUE