Archives de catégorie : Personnes qui font l’actualité de l’Antiquité

Conférence – « 2000 ans de Fake-news : Idées et Préjugés sur la gladiature »

Date. Mercredi 24 Octobre 2018

Lieu. Salle des thèses – Maison de la recherche (Université Bordeaux Montaigne)

De la série Spartacus : Blood and Sand à Tertulien, les fantasmes les plus fous n’ont cessé d’alimenter l’imaginaire collectif sur les combats de gladiateurs.

Il est essentiel de remonter le fil de l’histoire pour comprendre pourquoi et comment nos contemporains peuvent avoir une image aussi déplorable des ces affrontements, qui ont connu un immense succès dans l’Antiquité.

Cette vision de la gladiature peut aujourd’hui être mise en miroir avec des milliers de documents archéologiques qui sont autant de témoignages édifiants, non seulement sur la notoriété des gladiateurs mais aussi sur l’importance économique du phénomène dans tous les secteurs marchands de l’Antiquité. Ces documents sont la représentation de la « mondialisation » des combats de gladiateurs sous le Haut-Empire romain. Nous verrons ainsi comment les sources archéologiques peuvent éclairer de façon objective notre vision de l’art gladiatorien et comment cette vision s’est déformée au fil de 2000 ans de ce qu’il est coutume de nommer aujourd’hui des « fake-news ».

« Les Grecs et les autres ». Entretien avec Corinne Bonnet

La question en histoire ancienne du concours ENS-BEL 2018 porte sur les relations entre les Grecs et leurs voisins. Étudier les Grecs et les autres revient à s’intéresser entre autres aux rapports, pacifiques ou belliqueux, entretenus par deux groupes et de percevoir des aspects sociaux et culturels de ces échanges. Interrogeons Corinne Bonnet, professeur à l’Université Toulouse – Jean Jaurès sur ces questions.

Continuer la lecture de « Les Grecs et les autres ». Entretien avec Corinne Bonnet

Graffites et société en Gaule Lyonnaise

Spécialiste en céramologie, Morgane Andrieu a récemment publié sa thèse aux éditions Monique Mergoil.

Reainfo : Vous venez de publier votre thèse sur les graffites en Gaule Lyonnaise aux éditions Monique Mergoil, qui a reçu les honneurs du Prix Jacques-Gabriel Bulliot[1]. Quelles marques étaient inscrites sur la vaisselle céramique romaine, votre sujet d’étude ?

Morgane Andrieu : Les marques que l’on trouve sur la vaisselle en céramique romaine sont variées. Il faut d’abord faire la distinction entre les marques manuscrites – directement gravées sur la vaisselle – et celles qui sont imprimées en série à l’aide d’un sceau comme les estampilles et les timbres (marques de potiers ou d’ateliers de potiers que l’on trouve sur la vaisselle en sigillée, les amphores et les mortiers par exemple). Pour ma part, j’ai étudié les graffites sur céramique qui sont des marques manuscrites et ne sont donc pas faites en série comme les timbres et les estampilles.

Continuer la lecture de Graffites et société en Gaule Lyonnaise

Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs

Spécialiste des questions sur l’alimentation aux époques anciennes, Alexandra Kovacs a récemment soutenu une thèse à l’Université de Franche-Comté sur la question du végétarisme.

Reainfo : Vous avez soutenu votre thèse sur le végétarisme en janvier dernier. Sur quoi portent vos recherches ?

Alexandra Kovacs : Il s’agit d’aborder la question de l’intégration civique à travers le végétarisme, autrement dit l’abstinence de viande et le rejet du sacrifice sanglant. L’historiographie envisage la consommation de viande dans un cadre uniquement religieux, à travers le sacrifice sanglant de type alimentaire. Ce sacrifice comprend deux temps : la mise à mort d’un animal et la consommation des chairs lors d’un banquet qui réunit les citoyens et qui sont tenus d’y participer. Le sacrifice, ainsi que la consommation de viande, fédèrent les citoyens et s’imposent comme la norme civico-religieuse. De fait, ceux qui refusent de participer au sacrifice et de consommer de la viande ont été qualifiés de marginaux par les historiens. Mon travail a pour but de revenir sur cette approche et de la nuancer en m’interrogeant sur la place de ces citoyens « végétariens » dans la cité. Pour cela, mon étude porte sur une large période allant du VIe siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C.

Continuer la lecture de Le végétarisme dans l’Antiquité grecque. Entretien avec Alexandra Kovacs

L’acculturation de la vie religieuse en Carie

Spécialiste des questions religieuses en Grèce ancienne, Joy Rivault a récemment soutenu une thèse à l’Université Bordeaux Montaigne dont le thème portait sur l’acculturation de la vie religieuse en Carie, avec l’étude particulière de la figure de Zeus.

Reainfo : Vous venez de soutenir une thèse à l’Université Bordeaux Montaigne en décembre 2016. Sur quoi portent vos recherches ?

Joy Rivault : L’objectif de cette étude était de comprendre le phénomène d’acculturation religieuse et son évolution en Carie, à travers les épiclèses de Zeus ainsi que les cultes et les représentations qui lui sont associés. Cette approche a donc eu pour but de reconstituer le plus objectivement possible la vie religieuse carienne et son paysage religieux, de l’époque archaïque à la fin de l’époque impériale. Je me suis ainsi penchée sur l’interaction entre les pratiques cultuelles dans les sanctuaires de Zeus et les représentations du dieu pour comprendre le lien entre la dimension spatiale des faits religieux et la perception qu’en avaient les anciens. Pour chaque Zeus, il a en effet été nécessaire de déterminer le sens à donner à l’épiclèse et aux représentations qui leur sont associées et de comprendre le contexte cultuel dans lequel ils ont évolué. À travers l’étude de la figure jovienne, dont l’attribut est devenu le symbole du territoire, c’est donc le fonctionnement du système religieux carien dans son ensemble qui est mis en lumière.

Continuer la lecture de L’acculturation de la vie religieuse en Carie