Archives de catégorie : Valorisation des Sciences de l’Antiquité

Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie

Brisson (L.), Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie. – Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 298 p. – ISBN : 978.2.2041.0636.8.

Il faut savoir gré à Luc Brisson d’avoir rédigé pour un large public un ouvrage qui expose, parfois dans un ordre thématique, la philosophie de Platon dans son l’ensemble. Cette description de l’œuvre de Platon n’est jamais séparée des détails de la vie du grand philosophe athénien, pour autant qu’ils nous sont connus par des anciennes biographies.

Continuer la lecture de Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie

50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies

Jul, Pépin (C.), 50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies, Tome 1. – Paris : Dargaud, 2017. – 88 p. – ISBN : 978.2.2050.7607.3.

Avec cette nouvelle collection intitulée “50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies“ le tandem Jul et Charles Pépin n’en est pas à son premier coup d’essai. Cette collaboration a déjà connu un franc succès avec notamment les deux tomes de “La planète des sages. Encyclopédie mondiale des philosophes et des philosophies” parus en 2011 et 2015 aux éditions Dargaud. Gardant ce même humour décalé et ce goût pour la vulgarisation des savoirs sous forme encyclopédique, les deux compères se sont attaqués en 2017 à la mythologie grecque. Le titre donne immédiatement le ton de cette parodie, clairement expliquée en quatrième de couverture : “Le défi de cette encyclopédie : redonner vie à la mythologie en la projetant dans notre quotidien moderne !”. Ce premier tome propose ainsi de rendre accessible à un large public la mythologie grecque, nous faisant voyager à travers de délicieux anachronismes.

Continuer la lecture de 50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies

Le procès des Dieux

Corbillet (D.), Le procès des Dieux. – Paris, Les Éditions du Panthéon, 2017. – 71 pages. – ISBN : 978.2.7547.3758.6.

 

Sous une forme versifiée, Dominique Corbillet met en scène les dieux de l’antiquité romaine jugés pour leur responsabilité dans l’état du monde actuel, pollué, menacé par le libéralisme et la dictature des media. Bien que les dieux ne soient plus que l’ombre d’eux-mêmes, ils méritent un procès sans avocat, situation qui aboutit à une incompréhension mutuelle (Acte I). Condamnés pour avoir refusé une amnistie, les dieux se dispersent. Jupiter est au sommet d’une cime blanche, Bacchus est dans un petit château pourvu d’une bonne cave tandis que Mercure émet des « textos » et que Vénus lance un site « rencontre d’en haut ». Tous suscitent la colère des « grandes religions » et provoquent l’envie chez les êtres « véreux ». Un nouveau procès s’impose qui aboutit au triomphe de la raison (Acte II). Mais les Hommes, d’abord déboussolés sans les dieux, retrouvent peu à peu le goût du bonheur, ce qui inquiète les politiques et les patrons : « La police, les CRS désespèrent ».

Continuer la lecture de Le procès des Dieux

Ulysse, son identité à travers les femmes

Papavassilopoulou (E.), Ulysse, son identité à travers les femmes. – Paris : Éditions du Panthéon, 2018. – 74 p. – (Essai). ISBN : 978.2.7547.3964.1.

Le petit essai de Mme Papavassilopoulou relève-t-il de la philologie ? Il semble bien que la réponse soit carrément négative. L’auteure se présente comme psychiatre des hôpitaux et psychanalyste ; elle se réfère à Freud, à Lacan, et à des philosophes, Aristote et Platon, mais aussi Heidegger. Quel est son propos ? « Ulysse se réalise par les femmes et pour les femmes dans sa légende du voyageur. Hélène, Pénélope, Nausicaa, Calypso, Circé forment son identité. (…) Le désir d’Ithaque n’est que l’alibi, c’est le voyage qui donne du sens à son existence. » (p. 11). Ces idées ne sont pas vraiment nouvelles, ni révolutionnaires. L’importance des personnages féminins dans l’Odyssée est si remarquable qu’elle a suscité une théorie fameuse : l’auteur(e) – ou autrice ? – de l’Odyssée serait une femme, peut-être Nausikaa[1] !

Continuer la lecture de Ulysse, son identité à travers les femmes

Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand » (Patrick Boucheron/Arte)

Parmi les dix dates qui jalonnent le parcours qu’il a défini dans une série de documentaires intitulée « Quand l’histoire fait dates », Patrick Boucheron a choisi d’introduire son propos avec « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand », où il est question, prioritairement, de la conquête et de celui qui l’a conduite, mais aussi des lendemains de sa disparition vus surtout à travers Ptolémée et l’Égypte. Hors l’insertion de courts fragments d’interview (ici d’Anne-Emmanuelle Veïsse, une experte de l’Égypte lagide), l’auteur a pris le parti de travailler seul, sans solliciter la collaboration organique d’un·e spécialiste du champ[1]. L’entreprise ne manque pas de hardiesse et de panache, mais elle comporte également ses risques (je ne doute pas que l’auteur les a pesés), puisque, au départ, P. Boucheron n’est familier ni de la documentation, ni de la bibliographie, ni de la problématique des recherches sur Alexandre et son temps. Incontestablement, le verbe est délié et souvent charmeur, la forme aérée voire ludique, le ton vif et entraînant, ponctué de formules-chocs que l’auteur affectionne, et on se laisse aisément porter jusqu’au dernier plan, grâce aussi à une belle iconographie en mouvement. Sur ce point, la gageure est tenue. Reste une question de méthode, que le film pose aux praticiens et praticiennes de l’histoire et à leurs lectrices et lecteurs, celle de la vulgarisation scientifique, c’est-à-dire : comment rendre accessible et compréhensible au plus grand nombre l’état actuel des réflexions historiennes sur le monde d’Alexandre et de Darius, de telle façon que, solidement présente à l’arrière-plan, comme par transparence, l’érudition ne soit pas un bavard appendice de bas de page, mais bien plutôt un silencieux point d’appui ?

Continuer la lecture de Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand » (Patrick Boucheron/Arte)