Archives de catégorie : Fictions antiques

Sur les pas de César

Gabella (M.), Traina (G.), Meloni (A.), César, Paris : Glénat, 2017. – 56 p. – (Ils ont fait l’Histoire). – ISBN : 978.2.3440.1924.5.

Depuis mars 2014, les éditions Glénat et Fayard ont lancé une collection commune, intitulée « Ils ont fait l’Histoire ». Le but de cette nouvelle série de BD historique, qui devrait compter trente tomes au total, est de retracer le parcours d’un acteur majeur de l’histoire mondiale et de privilégier, à cette fin, l’étroite collaboration des dessinateurs et scénaristes de Glénat avec les historien.ne.s qui écrivent pour Fayard. Destinée à un lectorat amateur d’histoire, cette « rencontre de la BD et de l’Université » se veut accessible aux jeunes lecteurs autant qu’exploitable par les enseignants du secondaire[1].

Continuer la lecture de Sur les pas de César

L’Art du crime, tome 4 : Electra

Omeyer (M.), Berlion (O.), Liberge (E.), L’Art du crime, tome 4 : Electra. – Paris : Glénat, 2016. – 48 p. – ISBN : 978.2.344.00782.2.

Parmi les tendances éditoriales récentes de la bande dessinée, la série concept, née au début des années 2000, a pour particularité de décliner une même thématique en un nombre défini d’albums indépendants, confiés à plusieurs dessinateurs et fréquemment situés à différentes époques historiques. À l’heure où se distend la familiarité du public avec l’histoire ancienne, on ne peut que se réjouir que certaines de ces séries à la mode prennent la peine d’emmener leur lecteur vers le monde gréco-romain. Après Le Casse, Jour J, ou encore L’Homme de l’Année, c’est donc au tour de la nouvelle série de ce type chez Glénat de proposer un album dont l’intrigue est située dans l’Antiquité. Passée cette satisfaction initiale, on déchante vite cependant face au traitement infligé par les auteurs à la période de l’histoire romaine qu’ils ont choisi pour cadre de leur récit.

Continuer la lecture de L’Art du crime, tome 4 : Electra

Alix sénateur ou le retour de la momie

J. Martin, V. Mangin. Th. Demarez, Alix senator. Tome 6 : La montagne des morts. – Paris : Casterman, 2017. – 72 p. – ISBN : 978.2.203.11598.9.

Valérie Mangin et Thierry Démarez poursuivent de main de maître leur reprise de l’univers d’Alix, la série de Jacques Martin qui fêtera ses 70 ans de création l’an prochain. Depuis 2012, au rythme régulier d’un album par an, la scénariste et le dessinateur ont paradoxalement redonné jeunesse à Alix en lui faisant prendre une trentaine d’années. Ce qui n’empêche pas la série-mère de continuer aussi en parallèle, en conservant la chronologie d’origine dont le terminus ad quem est la mort de César, toujours repoussée. Ainsi Marc Jailloux sort-il son nouvel album, Le Serment du gladiateur, en novembre prochain, toujours chez Casterman. Si dans Alix les albums sont autonomes, ce n’est pas le cas pour Alix Senator, où il est indispensable de lire les albums depuis le début et dans l’ordre pour comprendre l’intrigue. Donc si vous ne connaissez pas la série, arrêtez-vous immédiatement là. Lisez les tomes 1 à 6 avant de poursuivre plus avant la lecture de ce compte rendu, nous ne voudrions pas vous gâcher le plaisir de la lecture ! Nous vous renvoyons également au compte rendu du précédent tome.

Continuer la lecture de Alix sénateur ou le retour de la momie

La naissance du sentiment

Kervéan (J.-Fr.), La naissance du sentiment. – Paris : Éditions Robert Laffont, 2017. – 378 p. – ISBN  : 978.2.221.19310.5. 

Le nom de Jean-François Kervéan n’est certainement pas inconnu, aussi bien des lecteurs que des téléspectateurs. Journaliste, chroniqueur et critique littéraire, il est également l’auteur de plusieurs romans couronnés pour certains d’entre eux d’un prix, le dernier en date ayant été attribué en 2015 pour Animarex, ouvrage consacré à la jeunesse amoureuse de Louis XIV.

Continuer la lecture de La naissance du sentiment

Perséphone

Locatelli-Kournwsky (L.), Perséphone. – Paris : Éditions Delcourt, 2017. – 144 p. – ISBN : 978.2.7560.9551.6.

Loïc Locatelli Kournwsky est un jeune auteur de bande dessinée qui adapte librement et à sa manière des légendes et des mythes célèbres. Pour preuve, sa Pocahantas[1], si éloignée de l’image collective que nous avons en mémoire et pourtant si semblable. Revisiter le mythe de Perséphone était alors un jeu d’enfant pour cet auteur.

Continuer la lecture de Perséphone