Archives de catégorie : Valorisation des Sciences de l’Antiquité

BD et gladiateurs dans la série Arelate

Exposition au Musée de Saint Romain en Gal. Salle d’exposition temporaire jusqu’au 24 septembre. Prolongement jusqu’au 7 janvier 2018.

Cette exposition a pour objectif affiché de mettre en parallèle l’univers décrit dans la bande dessinée Arelate de Laurent Sieurac et Alain Genot, et la réalité archéologique et historique sur le thème bien précis des gladiateurs. L’objectif est assurément de confronter et d’utiliser ces deux sujets extrêmement populaires que sont « BD et Gladiateurs » en témoigne le titre, pour attirer le chaland. Et c’est réussi !

Continuer la lecture de BD et gladiateurs dans la série Arelate

La naissance du sentiment

Kervéan (J.-Fr.), La naissance du sentiment. – Paris : Éditions Robert Laffont, 2017. – 378 p. – ISBN  : 978.2.221.19310.5. 

Le nom de Jean-François Kervéan n’est certainement pas inconnu, aussi bien des lecteurs que des téléspectateurs. Journaliste, chroniqueur et critique littéraire, il est également l’auteur de plusieurs romans couronnés pour certains d’entre eux d’un prix, le dernier en date ayant été attribué en 2015 pour Animarex, ouvrage consacré à la jeunesse amoureuse de Louis XIV.

Continuer la lecture de La naissance du sentiment

Perséphone

Locatelli-Kournwsky (L.), Perséphone. – Paris : Éditions Delcourt, 2017. – 144 p. – ISBN : 978.2.7560.9551.6.

Loïc Locatelli Kournwsky est un jeune auteur de bande dessinée qui adapte librement et à sa manière des légendes et des mythes célèbres. Pour preuve, sa Pocahantas[1], si éloignée de l’image collective que nous avons en mémoire et pourtant si semblable. Revisiter le mythe de Perséphone était alors un jeu d’enfant pour cet auteur.

Continuer la lecture de Perséphone

L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique

Ober (J.), L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique (VIe-IIIe siècle avant J.-C.). – Préface de P. Ismard (trad. française) – Paris : La Découverte, 2017. – 450 p. : bibliogr., index, fig. – (Hors collection Sciences Humaines). – ISBN : 978.2.7071.8904.2.

Un livre de Josiah Ober passe rarement inaperçu. En effet, de tous les grands hellénistes américains, il est sans doute l’un des mieux connus, notamment pour ses travaux qui ont profondément renouvelé notre regard sur la démocratie athénienne. Le temps était peut-être venu, pour ce professeur de Stanford, âgé aujourd’hui de 64 ans, de proposer une vaste synthèse : c’était jadis le passage presque obligé pour les grands historiens, une fois la maturité dépassée, que de tenter l’exercice, comme une sorte de grand œuvre venant parachever toute une vie de recherches. C’est devenu beaucoup plus rare, aujourd’hui, du fait de l’immensité des connaissances nécessaires pour embrasser des sources (littéraires mais surtout archéologiques et épigraphiques) de plus en plus nombreuses et une bibliographie quasi infinie. C’est donc tout le mérite de Josiah Ober que de tenter cette aventure (grecque) avec la même audace qu’il avait mise dans ses autres ouvrages qui ont vivifié les études classiques. Car, loin d’être une histoire factuelle du monde grec entre le VIe et le IIIe siècle avant J.-C., ni même une synthèse sur la civilisation hellénique, ce livre se présente d’abord comme une démonstration rigoureuse s’appuyant sur les concepts les plus récents des sciences sociales, de vastes bases de données quantitatives, la modélisation politique et économique, les disciplines de l’écologie et, même, un serious game (« Le jeu du roi, de la cité et de l’élite », dans l’annexe II).

Continuer la lecture de L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique

3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Nicholls (M.), 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique. – Paris : Le Courrier du Livre, 2014.- 160 p. : index. – ISBN : 978.2.7029.1114.3.


C’est un truisme de dire que Rome a laissé des traces perceptibles encore de nos jours dans toutes les régions qui ont fait partie de l’Imperium Romanum. Des monuments le prouvent, qu’il s’agisse de restes anciens authentiques ou de constructions plus récentes influencées par le modèle romain ; en témoignent également certaines manières de penser et d’agir, principalement chez les peuples dont la langue est issue du latin (ce qui a façonné leur façon de raisonner). Les étrangers désireux de faire des affaires avec les Occidentaux l’ont bien senti ; je pense par exemple à ces nombreux Chinois qui cherchent à tout prix à comprendre notre « mode de fonctionnement » pour mieux asseoir une coopération commerciale. L’histoire, la civilisation, la littérature de la Ville Éternelle intéressent également les descendants mêmes des membres de l’Empire romain, curieux de connaître l’origine de certains de leurs monuments, de certaines de leurs institutions, de certaines de leurs expressions. Mais voilà : les années de scolarité sont loin ! Chacun a suivi sa voie et s’est spécialisé dans son domaine, et les connaissances sur Rome ont été un peu oubliées. Que faire ? Avoir recours à des ouvrages savants ? Il faudrait en lire beaucoup car chacun traite d’un sujet précis. En outre, ce sont en général de « gros pavés », assez indigestes pour qui n’en maîtrise pas le « jargon ». Et puis, on n’a pas le temps : ces gens, pourtant désireux de s’instruire, ont autre chose à faire dans la vie que de se consacrer à l’Antiquité : ils ont leurs occupations qui leur prennent l’essentiel de leurs journées.

Continuer la lecture de 3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants