Ressources : base de données « Sculptures de la Gaule romaine »

Dans le domaine de la sculpture antique, Danièle Terrer (Centre Camille Jullian, CNRS, Université de Provence, http://sites.univ-provence.fr/ccj/) a répertorié l’ensemble des sculptures sur pierre de la Gaule narbonnaise et de la Lyonnaise, et fournit ce repérage sur le web. Le projet relève du CNRS, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, de l’Université de Provence et il s’enrichit des collaborations de nombreux musées du Sud de la France et de musées étrangers ; la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine a collaboré pour l’exploitation de fonds d’archives. Cette base de données est constituée en synergie avec les travaux de recherche : elle intègre la publication ancienne d’Emile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Paris 1947-1966 et sert à la gestion documentaire du programme Nouveau Recueil d’Espérandieu de l’Académie, dirigé par Henri Lavagne, qui a permis la publication des collections de sculptures de Vienne et de Lyon et la publication en cours des sculptures de l’ensemble de la Gaule romaine.

Objectifs
La base de données, à la différence des livres, ne fournit pas le raisonnement interprétatif, mais un catalogue des oeuvres. Les notices sont rédigées en français et réparties dans deux bases séparées, le nouvel inventaire (Nesp) et celui d’Espérandieu (RBR), de ce fait consultable en ligne, avec un renvoi entre les deux parties. Dans la base, l’illustration photographique est riche, exploitant tous les supports disponibles : numérisations des publications, campagnes photographiques dans les musées, plaques de verre d’Espérandieu numérisées et indexées.

Exemples de recherches d’information
L’interrogation du sujet  » Auguste  » indique 33 notices, dont par exemple deux têtes masculines, l’une trouvée et conservée à Arles, datée entre le Ier s. av. et le Ier s. ap. J.-C. et identifiée comme Octave-Auguste (F. Salviat) ou Marcellus (J.-Ch. Balty), l’autre tête découverte à Vienne, datée du Ier s. ap. J.-C. et d’un tout autre style. Ne pas oublier le bouton galerie pour consulter les images, vues d’ensemble et détails, ainsi que le bouton bibliographie. Au-delà des « représentations officielles », on trouve les statues des divinités, des héros de la mythologie, des animaux, des personnages de la vie quotidienne, comme l’athlète ou la danseuse. Les images sont exportables (clic droit de la souris sur l’image).

Projets
Cet outil est conçu pour répondre à de très nombreuses questions de spécialistes et il s’ouvre à un public d’élèves et d’étudiants en proposant des fiches pédagogiques sur les personnages et sur l’histoire de l’art. Après le rôle documentaire, le projet vise une autre perspective en collaboration avec le CEA LIST, l’aide de l’ordinateur dans l’identification des personnages, à l’aide d’algorithmes de reconnaissance des formes qui seront appliqués à des séries de portraits, disponibles en ronde bosse.

Crédits image : image d’entrée du site internet Sculptures de la Gaule romaine.

Ressources : base de données « Corpus Moules »

CopCor (Corpus Moules)

consultable en tant qu’invité

Depuis 1979, Arthur Muller, seul puis avec son équipe lilloise, a élaboré un corpus de figurines de terre cuite (Muller 1996) original par son approche et dans lequel il a mis au point un vocabulaire et une méthode de recensement toute particulière aux figurines.

Fort de cette expérience, il s’est lancé dans la constitution d’un corpus de moules de terre cuite. En effet, les figurines en particulier, mais aussi les terres cuites architecturales, les reliefs, les vases plastiques, etc. sont des produits de masse, des productions en série. Pour que ces produits soient multipliés en quantité suffisante et à qualité égale, le coroplaste a donc eu recours à la technique du moulage avec l’utilisation d’un outil de production, le moule.

Cet outil de production ne nous est parvenu qu’en nombre infime par rapport à celui des figurines elles-mêmes : il n’en reste pas moins que ce nombre est suffisant pour justifier la mise en œuvre d’un corpus. Il s’agit de recenser et d’étudier suivant un certain nombre de critères codifiés tous les moules connus à ce jour et conservés dans les différents musées européens ainsi que ceux qui sont recueillis en fouille. Le bordereau constituant ce corpus doit pouvoir accueillir aussi bien les moules de figurines, de vases plastiques, de reliefs, de terres cuites architecturales, de bols à reliefs, de céramiques sigillées, etc. : bref tous les outils de production de toutes les catégories d’objets céramiques fabriqués en série.

Ce bordereau doit permettre également d’intégrer les objets tirés de ces moules lorsqu’il y en a de connus – situation relativement rare – : cela permettra d’établir au moins dans certains cas des filiations et donc des séries.

Certes de nombreux moules ont déjà été publiés de façon dispersée. Mais ils ont toujours été étudiés comme supports d’une image – donc du point de vue iconographique – et non comme objets techniques à part entière, c’est-à-dire résultant eux-mêmes d’un processus de fabrication et étant eux-mêmes outil de production. Ce qui justifie leur reprise dans un corpus.

Crédits image : 1) Creuset de type 1. 2) Creuset-moule de type 1, restitution. 3) Médaillon de phalère : a, moule≈et son moulage ; b, dessin inutile ; c, restitution. 4) Moules multiples : exemples théoriques de numérotation des empreintes. 5) Pendentif virtuel sans comparaison identifiée à ce jour, restitution. Dessins Cl. Touzel, cliché É. Rabeisen.

Actualités : journées du patrimoine tunisien à Paris à la Maison de la Tunisie

Date / lieu : 22 -23 avril 2016 / Paris, Maison de la Tunisie

Le patrimoine tunisien se situe aujourd’hui, soixante après l’indépendance, à la croisée des chemins après les dures épreuves des convulsions sociales, politiques et idéologiques. Après de longues décennies de gestion étatique autoritaire et souvent instrumentale, le patrimoine se trouve à l’heure de la vérité : face au désengagement étatique de fait, face au problème central posé par les usages nouveaux du patrimoine et sa nouvelle gouvernance, les acteurs sociaux sont appelés plus que jamais à s’interroger sur leur rôle et place dans la nouvelle configuration en gestation.

Continuer la lecture de Actualités : journées du patrimoine tunisien à Paris à la Maison de la Tunisie

Actualités : journée d’agrégation « Sur le livre X de l’Institution oratoire de Quintilien »

Date / lieu : vendredi 29 avril 2016 / Lyon, ENS de Lyon

Le livre X de l’Institution oratoire de Quintilien est entré cette année au programme des agrégations de grammaire et de lettres classiques. Quintilien nous a transmis le plus vaste manuel de rhétorique qui ait survécu de l’Antiquité. Son traité balaie en effet tous les aspects techniques de la rhétorique d’une manière complète et systématique, ainsi que des questions connexes d’ordre moral, social ou éducatif.

Si les deux premiers livres s’intéressent à la formation du futur orateur et proposent un programme scolaire progressif et complet à destination des jeunes Romains de son époque, le livre X traite de la formation de l’orateur adulte. Quintilien y propose des exercices de lecture, d’écriture et de parole qui permettront à l’orateur déjà formé de perfectionner son style (elocutio). Il aborde des questions aussi variées que le programme de lecture destiné à l’orateur, la question de l’imitation, les exercices d’écriture et de parole ou le sommet de l’art oratoire que représente l’improvisation.

C’est autour de ces questions et des enjeux rhétoriques, littéraires, historiques et philosophiques du livre X que nous réfléchirons au cours de cette journée grâce à six intervenants. Cette journée est plus particulièrement destinée aux candidats à l’agrégation de grammaire et à l’agrégation externe de lettres classiques, mais elle s’adresse à tous les chercheurs en lettres et sciences humaines qui ont un intérêt pour la rhétorique antique et à tous les curieux qui désirent en savoir plus sur Quintilien, sur l’art oratoire et sur sa théorie et sa pratique dans l’Antiquité.

Télécharger le programme.

Crédits image : Vincenzo Foppa, Le jeune Cicéron en train de lire, 1464 (Wallace Collection, Londres).

Ressources : base de données bibliographiques sur la coroplathie antique

Coroplathie Bibliographie (BBCA – Données bibliographiques sur la Coroplathie Antique)

consultable en tant qu’invité

Parallèlement à ses travaux sur les terres cuites votives des sanctuaires de Thasos (Grèce) et de l’Artémision de Dyrrhachion (Albanie), l’équipe lilloise s’est investie depuis 2001 dans un projet de base de données bibliographiques sur la coroplathie antique, mis en place par Arthur Muller et piloté par Stéphanie Huysecom-Haxhi avec la collaboration de Jacky Kozlowski et Christine Aubry. L’ambition initiale était simplement de proposer, en répertoriant les titres parus entre 1985 et 2005, la suite du bulletin bibliographique publié par Simone Besques et ses collaboratrices (« Cinquante ans de découvertes et de travaux sur les figurines de terre cuite grecques et romaines », Revue Archéologique, 1985 p. 77-114). Mais très vite, au fil des dépouillements en bibliothèques, il a été décidé de prendre en considération l’ensemble des références bibliographiques depuis à peu près le milieu du XIXe siècle, de manière à constituer un outil documentaire unique destiné à l’ensemble des chercheurs en coroplathie.

Crédits image : type d’éphèbe à la lyre (type F 448) : douze exemplaires identiques, de même génération et peut-être du même moule. © G. Sakar, St. Huysecom-Haxhi.

Activités scientifiques autour de la Revue des Études Anciennes