Musiques ! Échos de l’Antiquité

Exposition au Louvre-Lens du 13 septembre 2017 au 15 janvier 2018

Nouvelle exposition sur la période antique au Louvre-Lens après avoir traité des Étrusques, des Métamorphoses d’Ovide ou de la Mésopotamie. Cette fois-ci, la volonté affichée est la transversalité autour d’une thématique commune : la vision de la musique dans quatre « aires culturelles » : l’Orient, l’Égypte, la Grèce et Rome. Ce pari du Louvre à Lens est-il réussi ? Quelques éléments de réponses….

Continuer la lecture de Musiques ! Échos de l’Antiquité

MOOC La sculpture grecque d’Alexandre à Cléopâtre (Partie II)

Date limite d’inscription : 23 février 2018

La sculpture grecque d’Alexandre à Cléopâtre » est un MOOC, diffusé en deux parties, qui permet d’acquérir les connaissances indispensables à toute personne intéressée par l’histoire de l’art antique et l’archéologie classique. Le cours est tourné vers la maîtrise des outils de la recherche avec une référence constante aux documents sculptés.

La période retenue est celle de la plus grande extension géographique du monde grec : à la suite de la conquête par Alexandre d’une partie importante de l’Asie, l’horizon du monde grec s’est élargi et les trois siècles qui séparent la mort d’Alexandre en 323 av . J.-C. de la défaite de Cléopâtre et Antoine à Actium en 31 av. J.-C. voient se multiplier les échanges et se développer les royaumes qui se disputent la suprématie.

→  Source : FunMooc.

Aqua

Date / lieu : du 8 novembre 2017 au 6 mai 2018 / Lyon, Musée gallo-romain Lyon-Fourvière

La civilisation gréco-romaine a pris naissance dans le monde méditerranéen, où l’eau est un bien rare et précieux. L’eau qui désaltère, qui irrigue et qui lave, est symbole de vie, de fertilité et de pureté. Les Romains attachaient la plus grande importance à la qualité de l’eau qu’ils buvaient et dans laquelle ils se baignaient régulièrement. Capter l’eau, la conduire, la faire jaillir dans les fontaines, signifiaient le luxe et la maîtrise technique.

A Lugdunum, quatre grands aqueducs pouvaient déverser chaque jour dizaines de milliers de m3 d’eau : par leur longueur et leur complexité, unique dans le monde romain, ils attestent des moyens considérables mis en œuvre pour conduire l’eau jusqu’aux points les plus élevés de la ville.

L’exposition AQUA – L’invention des Romains réunit une présentation d’objets archéologiques, maquettes, reconstitutions, vidéos et photographies. De la source à l’évacuation, l’exposition présente le cycle de l’eau et ses usages à l’époque romaine, confrontés à nos pratiques d’aujourd’hui. Une sélection de gravures et une exposition de photos de Philippe Schuller consacrée à l’aqueduc du Gier (Mémoire d’eau) rappellent la place que les ouvrages de l’Antiquité tiennent encore dans le paysage d’aujourd’hui.

→ Source : http://www.museegalloromain.grandlyon.com/Lyon-Fourviere/Expositions/AQUA-L-INVENTION-DES-ROMAINS-Du-8-novembre-2017-au-6-mai-2018

Recomposer et restituer des peintures fragmentaires

Conférence d’Alix Barbet, directrice de recherche CNRS honoraire, mercredi 8 novembre 2017, Université Bordeaux Montaigne

Comment recomposer une peinture en débris ? Cela dépend du mode employé pour recueillir les morceaux mais aussi du sujet. On tentera de recomposer au maximum le puzzle, en utilisant tous les indices possibles. Pour la reconnaissance des motifs, souvent incomplets, il faut faire preuve d’imagination, puiser dans son « corpus mental d’images » accumulées par des années de pratique. Toutefois, il s’agit parfois d’un véritable test de Roschach, une méthode employée pour déceler chez un patient… des désordres psychiques, désormais contestée et abandonnée.

Les reconstitutions et les restitutions ne sont possibles que si l’on a pris soin de nourrir son dossier d’images de comparaison et elles ne sont fiables que si l’on suit une méthodologie rigoureuse et des principes très clairs. De même, les essais d’évocations de décors disparus sont à discuter.

La conférence est inspirée de l’article paru dans la Revue Archéologique « Recomposition et restitution des peintures murales  fragmentaires : méthodologie, principes scientifiques et éthiques » RA, 2016/2, p. 361-381.

Crédits image : affiche de la conférence. © Reainfo.

Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Date / lieu : 23-24 novembre 2017 / Montpellier, Université Paul-Valéry

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

→  Source : Compitum.

Activités scientifiques autour de la Revue des Études Anciennes