L’acculturation de la vie religieuse en Carie. Entretien avec Joy Rivault

Reainfo : Vous venez de soutenir une thèse à l’Université Bordeaux Montaigne en décembre 2016. Sur quoi portent vos recherches ?

Joy Rivault : L’objectif de cette étude était de comprendre le phénomène d’acculturation religieuse et son évolution en Carie, à travers les épiclèses de Zeus ainsi que les cultes et les représentations qui lui sont associés. Cette approche a donc eu pour but de reconstituer le plus objectivement possible la vie religieuse carienne et son paysage religieux, de l’époque archaïque à la fin de l’époque impériale. Je me suis ainsi penchée sur l’interaction entre les pratiques cultuelles dans les sanctuaires de Zeus et les représentations du dieu pour comprendre le lien entre la dimension spatiale des faits religieux et la perception qu’en avaient les anciens. Pour chaque Zeus, il a en effet été nécessaire de déterminer le sens à donner à l’épiclèse et aux représentations qui leur sont associées et de comprendre le contexte cultuel dans lequel ils ont évolué. À travers l’étude de la figure jovienne, dont l’attribut est devenu le symbole du territoire, c’est donc le fonctionnement du système religieux carien dans son ensemble qui est mis en lumière.

Continuer la lecture de L’acculturation de la vie religieuse en Carie. Entretien avec Joy Rivault

Pratiques du grec dans l’épigraphie de l’Occident (Contextes – Origines – Pratiques culturelles)

Date / lieu : 22-24 juin 2017 / Autun,  Evéché (Auditorium St-Rhétice)

XXIIe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain :
rencontre organisée par François Chausson (Paris 1), Antony Hostein (EPHE), Yannick Labaune (Ville d’Autun) et Benoît Rossignol (Paris 1).

Télécharger le programme.

→ Source : Anihma.

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Colloque de la SoPHAU « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Vee au IIe siècle av. J.-C. »

Date / lieu : 17 juin / Paris, Université Paris Sorbonne (Maison de la recherche)

Programme :

9h Accueil

9h 15 Michèle Trannoy : Introduction

9h30 Jérôme Wilgaux : De G. Grote à L. Morgan, « l’invention » des parentés grecques et romaines

9h50 Violaine Sébillotte : Famille et société : la problématique des femmes et des rapports de genre. Essai de synthèse

10h10 Alain Duplouy : L’invention de la famille grecque

10h30 Christian Settipani : La mémoire généalogique des élites grecques à l’époque classique

10h50-11h10 Discussion

11h10-11H30 Pause-café

11h30 Michèle Ducos : Droit et famille romaine

11h50 Robinson Baudry : Les familles de l’aristocratie romaine

12h10 Discussion

14h10 Marie-Laurence Haack : La famille chez les Étrusques

14h30 Karine Karila-Cohen : La visibilité des relations de parenté dans l’épigraphie attique

14h50 Aurélie Damet : La famille spartiate : un autre modèle ?

15h10 Sandra Péré-Noguès : Des familles au coeur du pouvoir : les dynasties syracusaines entre le Ve et le IIIe s.

15h30 Discussion

15h50 Pause-café

16h10 Bernard Legras : Famille et société en Égypte : l’apport de la documentation grecque

16h30 Damien Agut : Famille et société en Égypte : l’apport de la documentation démotique

16h50 Jean-Pierre Guilhembet & Hélène Wurmser : L’habitat familial : maison romaine et maison grecque

17h10 Discussion

→ Source : Anihma.

L’archéologie à grande vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux

Date / lieu : du 27 juin au 4 mars 2018 / Bordeaux, Musée d’Aquitaine

Avec 302 kilomètres et plus de 3500 hectares d’emprise, le tracé de la Ligne à Grande Vitesse « L’Océane » a constitué pour les archéologues une opportunité exceptionnelle pour enrichir les connaissances sur l’occupation de ces territoires depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Les opérations de fouilles se sont déroulées de 2009 à 2013, sur deux régions, Centre et Nouvelle-Aquitaine, et six départements : Indre-et-Loire, Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime et Gironde.

→ Source : Musée d’Aquitaine

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Nouvelles approches en sciences humaines et sociales des pratiques et représentations des poids et mesures

Date / lieu : 22-23 juin 2017 / Paris, Fondation Hugot du Collège de France

L’historien de l’économie Harald Witthöft distingue ainsi deux façons de penser la mesure et, au-delà, deux cultures des pratiques métriques : une ancienne, ancrée dans l’environnement matériel, qui, avec sa multitude de poids et de mesures, s’adapte aux besoins quotidiens, au négoce des marchands et au pragmatisme des activités économiques à différentes échelles, et une moderne, détachée du monde sensible avec une conception abstraite et scientifique des poids et mesures, érigée en langage universel et gouvernée par des normes garantissant les échanges au niveau mondial.

→ Source : Anhima.

Activités scientifiques autour de la Revue des Études Anciennes