Perséphone

Locatelli-Kournwsky (L.), Perséphone. – Paris : Éditions Delcourt, 2017. – 144 p. – ISBN : 978.2.7560.9551.6.

Loïc Locatelli Kournwsky est un jeune auteur de bande dessinée qui adapte librement et à sa manière des légendes et des mythes célèbres. Pour preuve, sa Pocahantas[1], si éloignée de l’image collective que nous avons en mémoire et pourtant si semblable. Revisiter le mythe de Perséphone était alors un jeu d’enfant pour cet auteur.

Perséphone est un personnage de la mythologie grecque qui apparaît déjà dans l’Iliade et l’Odyssée[2]. Dans ces épopées, elle est toujours mise en relation avec Hadès et le monde des Enfers, et est présentée une fois comme la fille de Zeus[3]. L’épisode le plus célèbre de son mythe est avant tout conté dans l’Hymne homérique à Déméter[4], ainsi que dans la Théogonie[5], même s’il y est décrit plus brièvement. Dans ces versions, Perséphone est la fille de Zeus et de Déméter, déesse de la terre, de l’agriculture et des moissons. Un jour qu’elle était occupée à cueillir des fleurs sauvages en compagnie des Océanides, elle fut enlevée par Hadès, le dieu des Enfers, qui s’était épris de la jeune fille. Déméter, folle d’inquiétude, erre d’un bout à l’autre du monde à la recherche de sa fille pendant neuf jours, sans boire, ni manger, laissant la terre dans l’abandon le plus total. Le dixième jour, elle apprend d’Hélios l’identité du ravisseur de sa fille ainsi que la complicité de Zeus dans ce rapt. S’éloignant de la compagnie des dieux et cherchant la solitude, la déesse se rend dans la ville d’Eleusis dans laquelle elle feint d’être une mortelle. Elle est engagée par le roi Kéléos pour être la nourrice de son fils. Son deuil continue et rien ne pousse sur la terre pendant un an. La race des hommes est menacée d’extinction. Les dieux se relaient auprès de Déméter pour la persuader de cesser son deuil, rien n’y fait. Finalement, Hermès est envoyé aux Enfers pour convaincre Hadès de rendre Perséphone à sa mère. Celui-ci y consent, mais il fait manger des grains de grenade à sa jeune épouse avant de la laisser retourner auprès de Déméter. La jeune fille est liée aux Enfers et elle se doit d’y retourner pendant quelques mois. Déméter rétablit la fertilité sur terre et l’alternance des saisons est créée par les allers et retours effectués par sa fille entre le monde des Enfers et le monde d’en haut.

Loïc Locatelli Kournwsky modernise le mythe. Il fait de Perséphone une adolescente aux préoccupations de notre époque. Dans un monde divisé en deux, entre le monde de la surface dont la capitale est Eleusis et le monde souterrain des Enfers, la jeune fille est en quête de ses origines. Recueillie par la puissante magicienne Déméter, Perséphone vit des jours tranquilles jusqu’au jour où elle est enlevée par un soldat des Enfers qui la force à manger un fruit des damnés. Maudite, l’adolescente se voit condamnée à rester pour toujours aux Enfers. C’est sans compter sur sa mère adoptive qui fait des pieds et des mains pour la retrouver, jusqu’à retourner avec elle au Tartarus, ce lieu maudit qui a permis à Hadès, le roi des Enfers, d’obtenir des pouvoirs occultes avant qu’il ne soit vaincu par la magicienne.

Si, à première vue, la bande dessinée de Loïc Locatelli Kournwsky est très librement adaptée du mythe de Perséphone, elle en reprend quand même certains épisodes clés comme le rapt de la jeune fille qui est amenée aux Enfers, ou bien le fait qu’elle mange un fruit maudit qui la lie à jamais à ce royaume. De même, Déméter apparaît toujours comme une mère protectrice, prête à tout pour retrouver sa fille. Les noms des personnages et des lieux sont également communs au mythe et à la bande dessinée. Le trio Déméter/Hadès/Perséphone est conservé, la parenté de Déméter reste la même – sa mère s’appelle Rhéa et ses sœurs Héra et Hestia –, Eleusis, la ville des mystères de Déméter devient la capitale du monde de la surface. Même le titre cultuel de Perséphone, « Koré », qui est utilisé comme nom propre dans l’Hymne homérique à Déméter[6] ainsi que dans l’Héraclès furieux d’Euripide[7], devient le nom que portait la jeune adolescente avant qu’elle ne soit recueillie par Déméter. Certains éléments de la bande dessinée, comme le fait qu’Hadès épouse une princesse du monde de la surface ou bien la passion pour la botanique de Perséphone, agissent comme des rappels du mythe antique – Hadès épouse bel et bien une femme du monde d’en haut, il s’agit de Perséphone elle-même, et Perséphone et sa mère sont des déesses liées à la terre, la nature et l’agriculture. D’autres épisodes de l’œuvre de Loïc Locatelli Kournwsky sont des références à différents autres mythes antiques, tel le Tartarus dans lequel sont enfermés les Titans dont Cronos, Crios et Hypérion, sous la protection de Campé, ou bien Rhadamante, le gouverneur des Enfers, prénommé d’après un héros crétois mythique, renommé pour sa sagesse et sa justice et qui fut appelé aux Enfers pour juger les morts. Mais Loïc Locatelli Kournwsky ne s’est pas inspiré seulement de la mythologie antique pour conter son histoire. Ainsi, certains des noms qu’il a utilisé pour ses personnages font référence à d’autres mythologies anciennes. C’est le cas du conseiller de Rhadamante, Azrael qui tient son nom de l’ange de la mort apparaissant dans certaines traditions hébraïques et musulmanes, tandis que Mithra, un des magiciens qui combat aux côtés de Déméter et finit par se retourner contre elle, est également le nom d’un dieu indo-iranien.

Le mythe de Perséphone a, de tout temps, connu des adaptations plus ou moins fidèles, que cela soit via les auteurs antiques, mais également les auteurs plus contemporains, notamment les auteurs de livres jeunesses[8]. La bande dessinée de Loïc Locatelli Kournwsky est l’une d’entre elles. Si elle est avant tout une fable sur la guerre et la misère et qu’elle s’éloigne franchement du mythe de Perséphone, il n’en reste pas moins que le lecteur passe un très bon moment dans cet univers à mi-chemin entre la fantasy et l’animation japonaise et que sa curiosité est éveillée vis-à-vis de la jeune déesse. N’oublions pas que chaque auteur avait sa propre version des mythes dans l’Antiquité. Quoi de plus légitime d’adapter à sa manière sa propre Perséphone et de continuer à faire vivre les mythes antiques en les transposant au monde moderne ?

Émilie Druilhe

[1]  Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde, Paris 2015.

[2] Homère, Iliade, P. Mazon trad., Les Belles Lettres, Paris 2012 ; Homère, Odyssée, Bérard V. trad., Les Belles Lettres, Paris 1924.

[3]  Homère, Odyssée, XI, 217.

[4] Hymne homérique, Humbert J. trad., Paris 1936.

[5] Hésiode, La Théogonie, Brunet P. trad., Paris 1999, vv. 912-914.

[6] Hymne homérique, Humbert J. trad., Paris 1936, v. 439.

[7] Euripide, Tragédies, tome III : Héraclès, Grégoire H., Parmentier L. (trad.), Paris 2002, v. 609.

[8] Perséphone prisonnière des enfers, Jimenes G., De Conno G., Nathan, « Petites histoires de la mythologie », 2013, L’enlèvement de Perséphone, Montarde H., Duffaut N., Nathan, « Petites histoires de la mythologie », 2012, Perséphone, reine des Enfers, Merle C., Livre de poche jeunesse, 2005, Déméter et Perséphone, Oriol E., 2009.


Une réflexion au sujet de « Perséphone »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *