Valorisation : peut-on apprendre la mythologie grecque avec des vidéos YouTube ?

La multiplication rapide des chaînes personnelles d’internautes sur YouTube, la plate-forme vidéo de Google, a entraîné l’apparition de séries de vidéos dont la volonté affichée est la vulgarisation des savoirs, dans tous les domaines, y compris l’Antiquité. Parmi les vidéos touchant aux sciences humaines, beaucoup traitent de l’Histoire, et c’est en général sur le fond d’une approche historique (plutôt que littéraire ou anthropologique, par exemple) que certaines vidéos abordent les mythologies. C’est le cas de « Nota Bene » par le tourangeau Benjamin Brillaud (qui a lancé sa chaîne en août 2014), de « C’est une autre histoire » par la toulousaine Manon Brill (depuis juin 2015), ou même à l’occasion de chaînes déjà bien installées comme celle de François Theurel, « Le Fossoyeur de films » (depuis fin 2012) qui a consacré une vidéo au traitement de la mythologie au cinéma en mai 2013.

Les internautes qui découvrent ces vidéos peuvent se demander légitimement dans quelle mesure elles sont fiables. Il est important de replacer cette nouvelle tentative de vulgarisation dans son contexte pour ne tomber ni dans un mauvais procès, ni dans la complaisance naïve.

Entre vidéo amateur et économie numérique

Prenons d’abord le temps de nous placer du point de vue des vidéastes. Il est possible de poster des vidéos de vulgarisation en amateur puisque la création d’une chaîne est une fonctionnalité gratuite de YouTube. Mais une vulgarisation de qualité suppose une bonne connaissance du sujet qu’on aborde, donc une formation préalable ou un travail de documentation conséquent. Réaliser la vidéo elle-même demande du temps, des connaissances techniques et rapidement un budget (pour le matériel audiovisuel, les accessoires…). Le ou la vidéaste a donc le choix entre puiser dans ses ressources propres ou chercher à tirer des revenus de son activité en ligne en tant qu’auto-entrepreneur.

Dans cette économie, les principaux revenus proviennent de la publicité et de l’accumulation de données personnelles sur les internautes, ressources générées par les « clics » sur des liens publicitaires et les boutons de partage des réseaux sociaux. Y recourir permet aux vidéastes de disposer d’un complément de revenus remboursant les frais engagés, voire, au mieux, d’un emploi. Benjamin Brillaud recourt en outre au mécénat par financement participatif via la plate-forme française Tipeee.

Les statuts des vidéastes actifs sur YouTube sont donc très variables selon leur formation et le caractère lucratif ou non-lucratif de leurs activités, qui mêlent celles de vidéaste amateur, de professeur, mais aussi d’animateur, voire d’humoriste. Or cela change tout à la qualité de la vulgarisation et aux buts recherchés par la chaîne ! Manon Brill est une doctorante en histoire qui maîtrise déjà bien son sujet, puisqu’elle travaille sur la représentation d’Athéna dans l’art officiel en France au XIXe siècle ; elle est donc bien placée pour parler du « relooking mythologique » d’Athéna jusqu’à nos jours. Elle tourne ces vidéos sur son temps libre et s’est formée à la réalisation de vidéos sur le tas. À l’inverse, Benjamin Brillaud a une formation non pas en sciences humaines, mais dans l’audiovisuel, ce qui transparaît dans la façon dont il choisit et utilise sa documentation ; il lui arrive de mélanger noms grecs et formes latines ou d’oublier de préciser à l’écran qu’il parle d’un siècle situé avant J.-C. quand il mentionne l’apparition de l’orphisme… En outre, il tente de vivre de ses vidéos. Or une chaîne commerciale va davantage rechercher les clics, ce qui explique en partie le recours à l’humour qui est connu pour générer plus facilement plus de clics et de partages.

Si l’on se place à présent du point de vue de l’internaute, il n’est jamais inutile de prendre le temps de se renseigner au sujet de la chaîne qu’on regarde, ne serait-ce qu’en consultant sa page « À propos ».

Un bricolage expérimental aux prises avec des contradictions anciennes

En dépit de leurs auteurs et de leurs statuts variés, ces vidéos présentent des caractéristiques formelles communes qui engagent toutes des questions de fond en matière de vulgarisation.

Leur durée est courte, voire brève, propice à retenir l’internaute qui n’avait pas prévu d’y consacrer du temps. Elle reste variable selon les séries et les tâtonnements en quête du bon format, avec des vidéos entre 5 et 10 minutes et d’autres entre 15 et 20 minutes. Mais le résultat ne dépasse jamais la demi-heure, bien moins qu’un documentaire télévisé classique ; il se comparerait davantage aux brèves émissions culturelles diffusées à la télévision avant le film de première partie de soirée. Le fonctionnement par série de vidéos autonomes traitant de thèmes voisins compense la courte durée de chacune, mais rend plus difficile d’approfondir le propos sur un sujet donné. Le niveau global de ce qui se trouve en ligne en ce moment sur la mythologie est celui d’un bon complément de cours de niveau collège ou lycée, mais rien n’aborde les études mythologiques telles qu’elles sont pratiquées à l’université.

Le caractère artisanal de ces vidéos est assumé. Elles recherchent tout de même un minimum de qualité formelle (matériel audiovisuel de qualité, stabilité de la caméra, éclairage, clarté du son). Mais le reste du matériel utilisé relève du bricolage (papier découpé pour Manon Bril, drap et lettres en carton dans « Nota Bene »), sans effets spéciaux complexes ou décors coûteux. Il y a un côté utopique louable mais dont il ne faut pas oublier les limites ; tout un chacun vient partager son savoir… et ses erreurs. Le « fait maison » se présente comme une garantie de sincérité, mais pas d’une bonne maîtrise du sujet.

Le rythme des vidéos est rapide, avec beaucoup d’informations données simultanément à l’image et dans la bande-son, et le montage privilégie des plans brefs de quelques secondes. Le propos vulgarisateur lui-même s’avère souvent d’une étonnante densité. La vidéo du Fossoyeur de films sur les péplums a des allures de mini-mémoire ! Comme le relève Geneviève Hoffmann à propos de « C’est une autre histoire », il est impossible aux spectateurs de tout retenir. Or ce n’est pas le but (1), tout comme on ne retient jamais tout d’un documentaire. Cette rapidité, destinée aussi à retenir l’internaute, est compensée par le fait que les vidéos en ligne facilitent pauses, retours en arrière et visionnages multiples. Mais le problème du dosage se pose bel et bien. Toutes ces chaînes expérimentent divers formats et renouvellent leur présentation au fil des vidéos, en se forgeant un style personnel au passage, très animé pour Manon Bril, plus posé chez Benjamin Brillaud avec une diction un peu plus lente. La variété qui en résulte est une bonne chose.

La constante mise en avant de la personne du vidéaste, toujours présent par l’image ou la voix, est frappante. Le problème est que la personne à l’écran se pose à la fois en détentrice d’un savoir, en vulgarisatrice et en animatrice comique, sans s’être présentée ni fournir d’informations sur ses compétences (contrairement à un documentaire où la voix off ou un texte affiché indique toujours qui est la personne qui parle). L’adoption d’un surnom voire d’une persona fictionnelle (François Theurel devient le « Fossoyeur de films », Benjamin Brillaud « Bénabarbe ») contribue à installer cette autorité en mettant l’internaute en confiance. Dans un documentaire, au contraire, la voix off s’efface derrière le fond du propos et la réalisation multiplie les points de vue en recourant à des entretiens ou à des références explicites à des spécialistes aux formations variées (hellénistes et latinistes, archéologues, historiens…). Ici, le risque est que le vidéaste apparaisse comme une autorité omnipotente délivrant un discours définitif et donne une illusion de facilité, alors que la recherche est fondée sur un travail de longue haleine, méthodique et collectif, surtout en études mythologiques où il faut combiner les études littéraires, l’histoire des religions, des sociétés et des arts, l’anthropologie, la linguistique… Or les sources utilisées apparaissent à peine en fin de vidéo, avec des références très vagues aux sources en cours de route. Le système des commentaires réinstaure une forme de contrôle, mais tout le monde n’a pas le temps de lire des pages de discussion pour s’assurer de la qualité d’une vidéo !

– Le recours à l’humour, lui, n’a rien de nouveau en vulgarisation. Il rejoint les difficultés propres à tout ce qui propose « d’apprendre en s’amusant ». Là encore, le dosage est primordial : au-delà d’un certain point, ce n’est plus de la vulgarisation mais un sketch comique (comme les vidéos courtes de « Nota Bene » sur Persée ou Jason).

Et il faut rester attentif aux procédés de l’humour. Par exemple, beaucoup de blagues reposent sur des décrochages de registre de langage : on évoque un sujet sérieux dans une langue relâchée, avec pour but affiché de mieux « faire passer » les termes techniques. L’inconvénient, c’est que cela n’habitue pas le public à écouter un propos scientifique dans une langue soutenue, ce qui le rendrait peu à peu capable d’approfondir le sujet par lui-même dans des cadres plus classiques. Le risque est de ne pas réellement aider les internautes les moins cultivés et de rester dans un genre d’humour de classe à sens unique, les mieux éduqués étant capables de naviguer entre YouTube et des ouvrages savants tandis que les plus défavorisés culturellement ne pourraient pas réellement s’élever via ces vidéos.

La contradiction la plus aiguë de ces vidéos réside dans leur oscillation acrobatique entre « rire avec » et « rire de » (voire « contre »), c’est-à-dire entre une présentation exubérante mais respectueuse et une moquerie qui forme une sorte de bizutage de l’érudition assez artificiel. Or quand le Fossoyeur de films parle des « jupettes » des Grecs au lieu de s’intéresser au costume antique ou quand Manon Bril plaisante sur les coucheries de Zeus sans parler des limites de l’anthropomorphisme des dieux grecs, cela entretient le public dans ses préjugés au lieu de lui apprendre à les dépasser.

Cette contradiction est révélatrice des impératifs contradictoires auxquels doivent répondre les YouTubeurs : instruire et plaire. Or il faut prendre les internautes au sérieux, même quand on fait de l’humour. Instruire quelqu’un suppose d’assumer de bousculer ses habitudes intellectuelles, ce qui devient impossible si on cherche à tout coût à le conforter dans ce qu’il est déjà.

(1) Manon Bril s’en explique dans un entretien pour le magazine en ligne Numerama en juin 2016 : http://www.numerama.com/pop-culture/176618-la-vulgarisation-scientifique-sur-youtube-une-nouvelle-maniere-dapprendre.html

Pierre Cuvelier

Citer cet article comme : Pierre Cuvelier, Valorisation : peut-on apprendre la mythologie grecque avec des vidéos YouTube ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/08/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4234.

Crédits image : © Nota Bene.

2 réflexions au sujet de « Valorisation : peut-on apprendre la mythologie grecque avec des vidéos YouTube ? »

  1. « Comme il est précisé dans l’article, il est important que la figure d’autorité que le vidéaste face caméra peut représenter soit remise en question car derrière un programme aguicheur peut se cacher de graves imprécisions, voir une intention de nuire au public.

    Loin de devoir faire « chambre à part », le milieu universitaire et celui du divertissement éducatif sur YouTube doivent se rapprocher pour proposer une expérience toujours plus riche au public. Il existe d’ailleurs des groupes de relecture et les chercheurs de tous horizons sont les bienvenus s’ils le désirent. Il suffit d’envoyer une demande sur notabenemovies@gmail.com (pour ce qui concerne l’histoire et la mythologie)

    Il est également important de rappeler que les vidéastes ne se présentent pas, dans leur très grande majorité, comme des remplaçants aux professeurs. Ces vidéos constituent une première marche qui permet d’éveiller la curiosité et en ce sens je pense qu’il est dommage de considérer que l’utilisation de l’humour (qui est souvent très dosée dans les programmes du genre) ne permette pas aux personnes « défavorisées culturellement » d’enrichir leur connaissance. Je pense que c’est exactement l’inverse et qu’une certaine dose de légèreté peut permettre d’ouvrir des disciplines habituellement boudées à ces publics. De mes propres retours d’expériences, les vidéos youtube sont même un moyen de renouer avec ces disciplines. Dans tous les cas, ajouter de l’humour à un contenu n’a pas pour objectif de générer d’avantage de clic mais bien d’apporter un ton plus frais au spectateur. Il n’y a d’ailleurs aucune corrélation entre les revenus d’un vidéaste et le nombre de blague au paragraphe.

    En espérant qu’ensemble nous pourrons rassembler et que ce véritable essor de la culture populaire puisse profiter à tous, loin des élitismes et des visions manichéennes comme il l’est si bien présenté en début d’article.

    Benjamin Brillaud / Nota Bene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *