Recherches : compte rendu du colloque « Antiquipop »

Les 26, 27 et 28 mai derniers s’est déroulée à Lyon, au Grand Amphithéâtre de l’Université Lumière Lyon 2 et au Musée Gallo-Romain de Fourvière, la première édition du colloque Antiquipop, organisé par Fabien Bièvre-Perrin (IRAA), Élise Pampanay et Laury-Nuria André (HiSoMA). Ce colloque international a vu la participation de chercheurs, doctorants et aficionados sur le thème de l’Antiquité dans la culture pop contemporaine. Les communications se sont succédées sur deux jours et ont été organisées en six thématiques. Après un accueil chaleureux de la part de l’équipe d’intendance, Charlotte et Jillian, le comité d’organisation a présenté le colloque en revenant sur la genèse de l’association Antiquipop et sur son questionnement de la vision de l’Antiquité par nos contemporains.

Le colloque a démarré par une première thématique, La muse Antiquité : entre inspiration et autoréférence, qui a présenté les visions contemporaines populaires de l’Antiquité, principalement grecque, latine et égyptienne, et son emploi dans l’art contemporain, le rap, la caricature et certaines séries télévisées.

Tiphaine-Annabelle Besnard (Université de Pau) a débuté par une communication sur L’Empire des citations : vers un art contemporain « néo-classique » ? Celle-ci s’est penchée sur la survivance de la référence gréco-latine dans l’art occidental à travers un prisme antiquisant intellectuel ou une Antiquité transposée et pastichée, citant des œuvres d’artistes contemporains tels Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou encore Meekyoung Shin. Stéphane Rolet (Université Paris VIII) est, quant à lui, revenu sur une série télévisée phare du moment pour nous présenter L’Antiquité dans Game of Thrones : une présence paradoxale. Dans cette série de medieval fantasy, il révèle l’influence de l’Antiquité recherchée par l’auteur des livres, J. R. R. Martin, et par les réalisateurs, que ce soit dans les monuments, des objets ou le scénario. Un empereur romain bien connu de nos contemporains pour ses actes réels ou supposés a été présenté par Yves Perrin (Université Jean Monnet) dans Un empereur star au XXIe siècle : Néron dans la caricature politique et la publicité. Il nous y explique comment une vision fantasmée de Néron transparaît dans la dénonciation politique par la caricature de chefs d’état, et comment la publicité s’est appropriée ce nom en faisant référence à l’antique. Pour terminer cette section thématique, Nadège Wolf (ENS Lyon) est venue nous parler des Références à l’Antiquité dans le rap : entre affirmation et ambiguïté identitaire. Elle y dévoile le rapport entre rap et Antiquité avec l’utilisation de thèmes antiques par les rappeurs (IAM, Booba, Beyoncé, Kanye West, Azaela Banks,…) comme affirmation de leur pouvoir ou de leur appartenance à une glorieuse civilisation, à laquelle ils s’identifient.

La deuxième thématique, We can do it : AntiquitéEs, s’est attachée à présenter les rapports entre genre et Antiquité dans les arts visuels, des films aux clips musicaux en passant par la chorégraphie et la photographie.

Dans sa communication, Athéna aujourd’hui : entre Antiquité officielle et populaire, Manon Champier (Université Toulouse II) a analysé des images de la déesse dans la production iconographique d’institutions officielles et dans la culture populaire (Les Chevaliers du Zodiaque). Elle a ainsi déterminé les similitudes et les différences utilisées par ces deux imageries, et a défini si l’usage fait de cette divinité est le même. Avec Death Proof de Quentin Tarantino : un reboot populaire du mythe des Amazones, Aline Esteves (Université Montpellier III) a décrypté pour nous le film de Tarantino, en exposant les codes utilisés. Elle montre que, du slasher au road movie, ce film se différencie par son usage contemporain du mythe des amazones. Fabien Bièvre-Perrin (Université Lyon II) a également mis les femmes à l’honneur dans sa communication sur les divas pop, reines et déesses antiques. En se servant de vidéo-clips d’artistes féminines de l’industrie musicale américaine, il nous montre comment l’utilisation de l’Antiquité promeut la puissance de celles-ci. Michel Briand (Université de Poitiers) a pour sa part exposé la rémanence de l’Antiquité dans la photographie et la chorégraphie par Le queer antiquisant, Pierre et Gilles et Trajal Harrell. Il se sert donc de ces artistes pour questionner l’utilisation de cette imagerie antique dans la représentation queer.

En clôture de cette première journée de colloque, la troisième thématique, The game is on : Antiquité et jeux vidéos, a apporté un nouvel éclairage sur la représentation de l’Antiquité dans les jeux vidéos, de Age of Empire à Tomb Raider.

Laurent Anglade (Université de Perpignan) a commencé par nous parler de la représentation de l’Antiquité dans les jeux vidéo dits historiques, en axant son propos sur les jeux vidéo de stratégie. Il y critique l’historicité parfois affirmée de ceux-ci dans un premier temps, puis ouvre la discussion sur la possibilité de relier la culture populaire et l’Antiquité historique. Toujours sur les jeux de stratégie en temps réel, Arnaud Saura-Ziegelmeyer nous a fait entendre L’Antiquité et les Real Time Strategy Game : représentations sonores. Il a appuyé son propos sur plusieurs jeux vidéo (Age of Empire, Rome Total War..) pour nous démontrer comment la compréhension de l’Antiquité influence la conception sonore et musicale de ces jeux. Dans sa communication, Annabelle Amory (Université Lille III) a souhaité répondre à l’épineuse question, Lara Croft est-elle vraiment archéologue ? Les mondes grec et romain à travers le prisme de Tomb Raider. Pour ceci, elle a analysé l’utilisation de l’Antiquité classique dans les lieux et le scénario de quelques opus de la série.

La deuxième journée du colloque a débuté par une présentation de Dominique de Font-Réaulx (conservateur en chef au musée du Louvre, directrice du musée Eugène-Delacroix) sur la réception de l’Antiquité aujourd’hui, dans laquelle elle nous a décrit sa recherche pour la création de l’exposition temporaire « Mythes fondateurs : d’Hercule à Dark Vador » à la Petite galerie du Louvre.

Nous avons poursuivi la matinée par la quatrième thématique, L’Antiquité au quotidien, où, à travers le tatouage, les histoires et les langues antiques, les intervenants ont démontré la présence et l’importance de l’histoire et l’imaginaire antique dans la culture contemporaine.

Dans sa communication sur L’Antiquité de chair et d’encre : une réception vivante, le tatouage, Laury-Nuria André (HiSoMA) nous a fait entrer dans l’univers des corps ouvragés, en étudiant la place singulière qu’occupent les motifs antiques au sein des motifs tatoués à la mode aujourd’hui et ce qu’ils nous révèlent de leurs porteurs. Par la suite, Flore Kimmel-Clauzet (Université Montpellier III) nous a narré l’histoire d’Eschyle et la tortue, où elle analyse les perceptions actuelles de cette anecdote antique dans les sphères de la littérature et de la télévision française et anglo-saxonne. Avec It’s Greek to me : les langues anciennes dans l’imaginaire populaire contemporain (1990-2016), Roberto Salazar (Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines) s’est penché sur la résurgence du latin et du grec dans l’imaginaire populaire. Que ce soit sur leur absence dans les péplums ou séries sur l’Antiquité ou sur leur utilisation dans la littérature et les productions de science-fiction.

La cinquième thématique, L’Antiquité (ré)animée, s’est particulièrement intéressée à l’utilisation des mythes gréco-romains dans la fiction, des mangas aux films d’horreur.

Dans sa communication, When Apollo tasted sushi for the first time, Carla Scilabra (Università degli Studi di Torino) s’est interrogée sur la présence de la mythologie gréco-romaine dans les mangas et animés japonais, mais également sur son interprétation, principalement dans Little Pollon (« La petite Olympe et les dieux » en français). Avec The Etruscan Horror Picture Show, Julie Labrégère (Université de Tours) s’est penchée sur la réception de la civilisation étrusque dans la culture populaire contemporaine, à travers les films d’épouvante qui en sont le seul vecteur ou presque.

Pour clore cette deuxième journée, la sixième et dernière thématique, Once upon a time… Mythes antiques et fiction américaine, a présenté l’influence de la mythologie, principalement gréco-romaine, et sa représentation dans les superproductions hollywoodiennes contemporaines.

Au travers des trois films originaux, Vincent Chollier (Université Lyon II) a choisi de décrypter Star Wars, les origines antiques du mythe populaire. Il y a dévoilé les emprunts de Georges Lucas aux religions extrême-orientales et aux mythes occidentaux, antiques pour la plupart, mais également médiévaux (la quête du Graal,..). Dans Les Sirènes, d’Homère à Harry Potter, Nikol Dziub (Université de Haute Alsace) nous a rappelé l’évolution de ces figures mythiques : des sirènes uniquement audibles du Chant XII de L’Odyssée aux représentations de Disney ou de Harry Potter, en passant par les portraits médiévaux. Avec Le Choc des titans et ses répliques : diffusion et réappropriation ludique de nouveaux types figurés dans les arts visuels, Pierre Cuvelier (ArScan) a, quant à lui, expliqué l’importance du film de 1981, le Choc des Titans, dans la représentation iconographique de monstres mythologiques dans les jeux vidéos et les fictions mythologiques ultérieures.

En guise de conclusion, un entretien avec deux sommités en la matière s’est déroulé au musée gallo-romain le samedi matin : François de Callataÿ (Royal Library of Belgium), auteur du livre Cléopâtre, usages et mésusages de son image (2015), et Pierre Briant (Collège de France), auteur de l’ouvrage Alexandre des Lumières : fragments d’histoire européenne (2012). Ils ont présenté leur livre et ce qui les avait poussé à l’écrire, puis ils ont débattu avec les organisateurs et le public sur le thème Culture populaire et Antiquité : de Cléopâtre à Katy Perry.

Ce colloque Antiquipop a proposé une première approche à la question de la réception de l’Antiquité dans la culture contemporaine, sujet malheureusement délaissé par le monde académique, et a permis de montrer la diversité des approches et le potentiel de ce type d’étude. Les actes, qui seront édités par la Maison de l’Orient en 2017, marqueront une étape importante pour la suite de la réflexion.

Anna Delassiaz

Doctorante, Université Lyon II Louis Lumière

Page Academia d’Anna Delassiaz

Citer cet article comme : Anna Delassiaz, Recherches : compte rendu du colloque « Antiquipop », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/08/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4246.

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *