Recherches : compte rendu de « Empire. Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche » d’Alberto Angela

Angela (A.), Empire. Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche. – Payot : Paris, 2016. – (Documents Payot). – ISBN : 978.2.228.91539.7.

Couv Empire-1

Paléontologue de formation, Alberto Angela s’est fait un nom auprès du grand public, non seulement en réalisant des émissions culturelles très appréciées des Italiens, mais en publiant des travaux de vulgarisation sur l’Antiquité romaine, tels que Amore e sesso nell’antica Roma (Rome-Milan, 2012) et I tre giorni di Pompei, 23-25 ottobre 79 d.C. (Milan-Rome, 2014) pour ne citer que les plus récents.

Le livre, à la découverte duquel nous voudrions inviter les amoureux des mondes anciens, est la traduction d’un ouvrage paru en 2010 à Milan, sous le titre Impero. Viaggio nell’Impero di Roma seguendo una moneta. Couronné de succès lors de sa sortie, il complète une autre publication célèbre, éditée à Rome et à Milan en 2007, et dans laquelle Alberto Angela restitue Una Giornata nell’antica Roma. Vita quotidiana, segreti e curiosità. L’auteur y décrit, heure par heure et dans les moindres détails, une journée des habitants de Rome en 115 après Jésus-Christ, autrement dit sous l’empereur Trajan, dont les conquêtes militaires donnèrent à l’Empire romain ses frontières les plus étendues.

Sesterce de Trajan. Date : 115 p.C., année où débute l'action du livre. Numismatica Ars Classica, Auction 92, Part 1, lot 540
Sesterce de Trajan. Date : 115 p.C., année où débute l’action du livre. Numismatica Ars Classica, Auction 92, Part 1, lot 540

Avec Empire. Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche, l’enquête embrasse désormais l’ensemble du monde méditerranéen, voire davantage. Or, plutôt que de suivre les pérégrinations de particuliers sur les routes de l’Empire ou dans l’une ou l’autre de ses provinces, l’auteur a eu l’idée très originale de faire voyager son lecteur en lui faisant emprunter les mêmes chemins qu’une simple monnaie, un beau sesterce à l’effigie du Prince. Entre le moment où la pièce a été frappée dans l’atelier monétaire de Rome et celui où un fils éploré la glissa dans la bouche de son père défunt avant de le mettre en terre, les trois années au cours desquelles cette dernière a circulé (entre 115 et 117) sont l’occasion d’un magnifique voyage.

Suivant le précieux sesterce et ceux qui l’ont eu successivement en main, Alberto Angela nous fait traverser la Gaule en direction de la Bretagne et de ses confins septentrionaux, puis nous conduit sur les bords du Rhin, au contact de redoutables tribus barbares. Revenue en Italie au gré des échanges, la monnaie emmène ensuite le lecteur en Hispanie en lui faisant franchir les colonnes d’Hercule, lui fait emprunter la via Domitia dans la Narbonnaise romaine et, après une nouvelle étape en Italie, le fait débarquer dans le port de Carthage. De là, le périple prend une tournure résolument orientale, tout d’abord en longeant la côte africaine jusqu’à Alexandrie, puis en remontant le Nil, enfin en se dirigeant vers le sous-continent indien avec lequel les Romains entretiennent des relations commerciales suivies. Le retour définitif du sesterce dans l’Empire et à Rome se fait par la Mésopotamie, nouvellement conquise par les légions sur le royaume parthe, puis par l’Asie Mineure et la Grèce.

Les nombreuses péripéties du sesterce de Trajan tout au long du parcours permettent à Alberto Angela de présenter ce que l’on sait de l’Empire romain et de ses habitants au début du IIe siècle de notre ère. Loin de bâtir son intrigue et ses rebondissements sur des approximations historiques, comme cela est souvent le cas, l’auteur s’appuie sur les témoignages littéraires antiques parvenus jusqu’à nous et sur les découvertes archéologiques les plus récentes. L’exploitation de telles informations donne au récit la force de la vraisemblance sans pour autant le faire basculer dans une austérité qu’un public peu familier des exigences de la recherche moderne aurait peut-être du mal à appréhender. Le discours est ici alerte, très vivant et des plus agréables à suivre, digne des meilleurs romans d’aventure.

Héros pour le moins insolite de l’histoire, le sesterce de Trajan nous permet, au gré de ses propriétaires, de nous insinuer dans toutes les couches de la société romaine, des plus lumineuses aux plus glauques, et de croiser des individus aussi variés que l’empereur en personne, un soldat, un chirurgien, un marchand, un marin, une artiste, une prostituée ou bien encore un esclave. En partageant un moment de leur existence, juste le temps pour la monnaie de passer dans une autre main, Alberto Angela livre d’innombrables détails et autant d’anecdotes sur les us et coutumes de ces hommes et de ces femmes, mais aussi sur leur cadre de vie. La masse d’informations est si importante, et à ce point, précieuse qu’un index en fin de volume aurait été bienvenu pour revenir plus commodément sur tel ou tel sujet une fois la lecture achevée.

À cette immersion passionnante dans l’intimité de chacun, la monnaie nous ayant permis de le faire nous révèle également le parcours plausible d’une pièce ordinaire entre le moment où elle est frappée et celui où elle est retirée de la circulation. Celui-ci nous montre ainsi les grandes distances qu’une simple monnaie peut être amenée à couvrir, les situations variées dans lesquelles elle est susceptible de servir, mais aussi la diversité des individus entre les mains desquels elle joue son rôle de moyen d’échange. Curieusement, telle que présentée par Alberto Angela, la question a peu suscité l’intérêt des numismates, sans doute en raison des trop rares témoignages permettant d’éclairer le sujet de manière scientifique. Par son talent de conteur et le sérieux de sa plume, ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur que celui de proposer une histoire à ce point réaliste que l’on ne peut que se dire, en refermant le livre, « pourquoi pas ? ».

Fabrice Delrieux

Professeur en histoire ancienne, Université de Savoie

Page Academia de Fabrice Delrieux.

Citer cet article comme : Fabrice Delrieux, Recherches : compte rendu de « Empire. Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche » d’Alberto Angela, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/07/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4453.

Pour rebondir :

Une émission de radio : « Rome sans frontières : dans les coulisses du premier empire », diffusée sur France Culture, le 18/06/2016.

Crédits image : première de couverture. © Payot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *