Compte rendu « Aquitania »

Dethan (I.), Aquitania. – Angoulême : Eidola éditions, 2016. – 64 p. – ISBN : 979.10.90093.14.0.

Aquitania-couverture

La maison d’édition Eidola, située à Angoulême et spécialisée dans la littérature de jeunesse, a sorti en fin d’année dernière Aquitania, la dernière publication d’Isabelle Dethan. Auteur, illustratrice, scénariste et coloriste, Isabelle Dethan est une artiste reconnue dans le monde de la bande dessinée. Régulièrement publiée aux Editions Delcourt et primée de nombreuses fois pour son travail, ses scenarii et son œuvre graphique témoignent de sa passion pour l’Histoire et l’Antiquité[1].

Avec Aquitania, c’est au monde gallo-romain qu’elle s’attaque dans une œuvre à double facette destinée à la jeunesse, principalement au public des 8-12 ans. Une magnifique illustration de couverture donne au lecteur une irrésistible envie d’aller plus loin. Face à nous, au premier plan, surgissent les deux héros de l’histoire dont on devine à leurs traits qu’ils vivent une aventure trépidante. Derrière eux, l’arc de triomphe de Mediolanum Santonum, dessiné en contre-plongée, rappelle pour le même monument l’une des belles aquarelles de Jean-Claude Golvin consacrée à Saintes antique[2]. Quelques pages plus loin cependant, le sommaire déroute un peu le lecteur qui ne comprendra pas au premier abord qu’il s’agit de la succession d’un récit fictionnel et d’une partie documentaire. L’éditeur précise d’ailleurs sur son site qu’il s’agit d’un « livre ludo-éducatif illustré en deux parties, basé sur les fouilles archéologiques gallo-romaines »[3].

Les osselets de Nanthildis (38 pages), au titre aussi énigmatique qu’interrogateur, constituent donc à proprement parler la partie narrative de l’ouvrage. Le lecteur pourra être désorienté par le genre, qui oscille entre l’album, la bande dessinée et le roman graphique, mais cela ne pose pas réellement de problème sauf pour l’enseignant qui voudra véritablement définir avec ses élèves, comme on le fait habituellement, la typologie de l’écrit. Le scénario, sans être très original, pourra sans doute plaire aux plus jeunes. Au Ier siècle après J.-C., le jeune Marcus, fils d’un armateur de Mediolanum Santonum (Saintes), s’aperçoit que son père va transporter à son insu le butin d’une série de cambriolages organisés par un homme dont il ne soupçonne pas les activités. Le jeune homme va chercher à déjouer les plans du nouvel associé de son père, aidé par Attisaga, l’esclave germanique de celui-ci, qui possède des pouvoirs lui venant de sa mère, prêtresse magicienne (volva).

Le texte, ambitieux, pourra sans problème être proposé aux classes de cycle 3 (CM1, CM2, 6e). Constitué d’un vocabulaire riche et de phrases souvent complexes, il propose au fil de la lecture de nombreux mots propres au thème traité : villa, atrium, sesterces, ave, papyrus, amphore, garum, amphithéâtre. Les illustrations, nombreuses et de formats très divers, accompagnent le lecteur tout au long de la narration. Elles se positionnent en complément du texte, comme dans les albums, mais prennent parfois l’apparence de cases de bande dessinée. Les plus réussies sont à notre avis celles qui montrent la ville de Saintes antique et les personnages en action : le trait y est précis et plaisant. Cette histoire possède le mérite de confronter les enfants qui la liront à un environnement gallo-romain du début de l’Empire, dans une cité d’importance partiellement connue par l’archéologie et l’épigraphie. Le choix de Saintes antique s’est imposé naturellement à l’auteur puisqu’Isabelle Dethan habite en Poitou-Charentes et que ses enfants ont visité avec leurs enseignants les sites gallo-romains de la région. Par ailleurs, elle a aussi réalisé de belles restitutions de la villa gallo-romaine des Châteliers à Embourie, du temple et du théâtre gallo-romain des Bouchauds à Saint Cybardeaux[4].

Dans Les dossiers de Melle Couette (23 pages), l’auteur revient avec beaucoup de pédagogie sur les nombreux thèmes présents dans l’histoire précédente. Melle Couette est un personnage que les enfants pourront assimiler à une (leur, si c’est le cas) professeure des écoles et tout au long de cette partie documentaire aussi riche qu’intéressante, elle explique, détaille et précise les notions souvent complexes associées à cette période. Dans un « petit rappel historique » simple et accompagné d’une incontournable frise chronologique, elle définit la notion de « civilisation gallo-romaine » en illustrant son propos par la vue aérienne d’une ville dont on devine qu’il s’agit de Saintes. L’auteur aborde ensuite très clairement le vocable « Gaulois » et « Germains », dans un souci bien compréhensible d’expliquer au jeune public la partialité des sources, toutes romaines, qui traitent des Celtes. Une carte très lisible situe sur le territoire les différents peuples mais il aurait fallu délimiter la Gaule indépendante, d’avant la conquête, de la Gaule Transalpine, romaine depuis 118 avant J.-C. Un autre élément est susceptible de produire des confusions auprès des élèves : l’Aquitaine d’avant la conquête de César, correctement placée sur la carte, n’est pas la grande Aquitania romaine qui a aussi donné son titre à l’ouvrage, même si l’une des cartes suivantes des dossiers revient sur ces notions.

La majorité des pages contenues dans les dossiers de Melle Couette révèle un réel travail de recherche documentaire effectué par l’auteur, aidée comme elle le précise par les historiens et archéologues du Musée départemental d’Arles antique, notamment Alain Charron, conservateur au musée. Cet objectif d’exhaustivité n’étonnera pas quand on sait que l’auteur obtint à la fin de ses études un CAPES de documentation. On retiendra surtout les pages cassant les clichés et les représentations habituelles sur les Gaulois, mais aussi les nombreux feuillets abondamment illustrés sur la vie quotidienne dans la Saintes romaine à travers la cuisine, le commerce ou le très concret « prix des choses ». En revanche, une indispensable page dédiée à la société et à l’onomastique gallo-romaine manque dans ce volet documentaire clairement dédié à l’archéologie. Malheureusement, on remarquera ici un choix peu judicieux effectué pour le nom des personnages, sans que cela, au demeurant, ne gêne les enfants qui entreront dans cette histoire. Si le jeune Marcus porte un prénom latin très courant qui laisse penser qu’il possède la citoyenneté romaine, le doute subsiste quant au statut social de son père. Son nom, Dunomagio, indique qu’il n’est pas encore citoyen. Cet idionyme n’est pourtant pas attesté dans les inscriptions latines si ce n’est sous la forme Dunomagius, en Aquitaine romaine, chez les Consoranni des Pyrénées (CIL XIII, 17). Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de dire, comme l’auteure le fait, qu’« il préférait qu’on l’appelle Caïus Secundus Dunomagius, parce que c’était à la mode ! ». Passant sur la double erreur du tréma sur le prénom et du gentilice Secundus qui n’en est pas un (il aurait fallu proposer Secundius), on ne peut que regretter l’anachronisme proposé par l’auteure puisqu’aucune mode ne pouvait décider de la nomenclature affichée ou du statut social possédé (citoyen ou pérégrin). Laissons de côté le nom de la mère de Marcus, Boniata, inconnu en Gaule romaine alors qu’il est fréquent dans les provinces danubiennes : il possède au moins le mérite d’être celte. Attisaga, la petite esclave de Germanie, porte quant à elle un nom unique d’origine celtique[5], donné par son maître, mais qui n’est attesté que comme surnom masculin dans la lointaine Bétique, l’Andalousie actuelle (CIL II, 1374). Quant à l’escroc de l’histoire, A. Septimus Caelius, l’auteure a inversé le gentilice et le surnom : il aurait dû s’appeler A. Caelius Septimus.

De manière générale, ces dossiers sauront donc intéresser les enfants désireux d’en savoir plus et permettront d’accompagner les enseignants dans leurs séances consacrées à la romanisation de la Gaule. D’un point de vue didactique, on peut imaginer pour les maîtres du premier degré la lecture de cet ouvrage comme un point de départ pour l’étude du monde gallo-romain. Au CM1, première année du cycle 3 pour les nouveaux programmes 2015 de l’école primaire, on suggèrera d’utiliser cette lecture suivie pour introduire par une dominante littéraire les démarches et contenus d’enseignement en Histoire qui se rapportent à l’Antiquité, plus précisément au monde romain. Le thème 1 Et avant la France ? propose en effet d’aborder dans une programmation chronologique la question suivante : Celtes, Gaulois, Grecs et Romains : quels héritages des mondes anciens ? La lecture d’Aquitania en classe peut donc constituer une approche cohérente pour traiter de « l’histoire de la colonisation romaine des Gaules » ou illustrer, par l’exemple de la cité de Mediolanum Santonum, « les apports de la romanité »[6]. En 6e, dernière année du cycle, le thème 3 L’Empire romain dans le monde antique met l’accent sur la présence au sein d’un vaste empire de sociétés et de cultures diverses[7].

Au final, les jeunes lecteurs pourront prendre beaucoup de plaisir à découvrir les aventures de Marcus et Attisaga, mais l’essentiel est sans doute ailleurs si l’on considère plutôt l’ouvrage d’Isabelle Dethan comme un support documentaire qui permettra aux enfants et aux scolaires de mieux comprendre ce monde gallo-romain si particulier.

Quelques idées en complément :

Dossiers (scientifique et pédagogique) :

Sites internet :

Biblio :

  • Louis Maurin et Marianne Thauré, Saintes antique, Coll. Guides archéologique de la France, Paris, 1994
  • Alain Bouet, La Gaule Aquitaine, Editions Picard, Paris, 2015

Phillipe Mauget

Docteur en histoire romaine, professeur des écoles à l’école primaire de Lugon-et-l’Ile-du-Carney

[1] http://www.editions-delcourt.fr/auteur/dethan-isabelle.html

[2] http://jeanclaudegolvin.com/mediolanum-santonum-saintes-2/

[3] http://eidola.fr/livres/aquitania/

[4] http://mediolanum-santonum.fr/germanicomagus.html

[5] Dictionnaire de la langue gauloise, Editions Errance, Paris, 2001, p. 224 ; Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Editions Errance, Paris, 2007, p. 32

[6] http://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_11/67/3/2015_programmes_cycles234_4_12_ok_508673.pdf , p. 174

[7] http://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_11/67/3/2015_programmes_cycles234_4_12_ok_508673.pdf, p. 177.

À lire dans la R.E.A. :

Grimal (P.), « Deux inscriptions à Saintes »R.E.A. 49-1, 1947, p. 130-138.

 

Citer cet article comme : Philippe Mauget, Compte rendu « Aquitania », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/03/2017, http://reainfo.hypotheses.org/7497.

Crédits image : première de couverture. © Eidola éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *