L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique

Ober (J.), L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique (VIe-IIIe siècle avant J.-C.). – Préface de P. Ismard (trad. française) – Paris : La Découverte, 2017. – 450 p. : bibliogr., index, fig. – (Hors collection Sciences Humaines). – ISBN : 978.2.7071.8904.2.

Un livre de Josiah Ober passe rarement inaperçu. En effet, de tous les grands hellénistes américains, il est sans doute l’un des mieux connus, notamment pour ses travaux qui ont profondément renouvelé notre regard sur la démocratie athénienne. Le temps était peut-être venu, pour ce professeur de Stanford, âgé aujourd’hui de 64 ans, de proposer une vaste synthèse : c’était jadis le passage presque obligé pour les grands historiens, une fois la maturité dépassée, que de tenter l’exercice, comme une sorte de grand œuvre venant parachever toute une vie de recherches. C’est devenu beaucoup plus rare, aujourd’hui, du fait de l’immensité des connaissances nécessaires pour embrasser des sources (littéraires mais surtout archéologiques et épigraphiques) de plus en plus nombreuses et une bibliographie quasi infinie. C’est donc tout le mérite de Josiah Ober que de tenter cette aventure (grecque) avec la même audace qu’il avait mise dans ses autres ouvrages qui ont vivifié les études classiques. Car, loin d’être une histoire factuelle du monde grec entre le VIe et le IIIe siècle avant J.-C., ni même une synthèse sur la civilisation hellénique, ce livre se présente d’abord comme une démonstration rigoureuse s’appuyant sur les concepts les plus récents des sciences sociales, de vastes bases de données quantitatives, la modélisation politique et économique, les disciplines de l’écologie et, même, un serious game (« Le jeu du roi, de la cité et de l’élite », dans l’annexe II).

Avec Josiah Ober, il y a donc toujours un vent frais qui souffle sur les étagères un peu poussiéreuses de nos bibliothèques. Mais, avec ce nouveau livre, force est de reconnaître que ce vent a des allures de tempête, tant semblent hardies certaines hypothèses et les méthodes employées. Trop hardies, indéniablement, s’insurgeront certains, ce qui fait, parfois, que l’on rechigne à le suivre complètement. Mais c’est aussi par là, comme toujours, qu’il suscite le débat et sort l’histoire ancienne d’une certaine routine.

La question, au départ, est simple, en apparence : comment le monde grec antique, en dépit de conditions naturelles plutôt défavorables, a-t-il pu connaître un niveau de développement économique, social et culturel – ce que Josiah Ober appelle « l’efflorescence » hellénique[1] – sans commune mesure dans les sociétés préindustrielles ?

Les trois piliers de cet essor exceptionnel auraient été une croissance économique soutenue, avec un haut degré de spécialisation et d’échanges, un accroissement démographique continu et, enfin, la diffusion d’un mode politique de gouvernance dans l’intérêt du plus grand nombre (fédéralisme, démocratie et, même, dans une certaine mesure, au sein des oligarchies où régnaient des règles justes).

On passera rapidement sur le fait que ce livre marque définitivement le triomphe des thèses modernistes face au primitivisme d’un Finley : l’économie de la Grèce ancienne, loin d’être sous-développée, était donc prospère, le pays urbanisé et densément peuplé – selon les normes antiques[2] –, le niveau de vie élevé au sein d’une classe moyenne importante où les richesses étaient assez également réparties, les réseaux d’échanges commerciaux bien développés à l’échelle du bassin méditerranéen.

La cause essentielle de cette « efflorescence » tiendrait à l’existence d’une concurrence, plus exactement d’une coopération sociale, entre ces centaines de cités qui n’étaient organisées ni comme la plupart des États antiques (des empires unitaires sur le modèle de la Perse, de Carthage ou de Rome) ni comme les États-nations modernes fortement centralisés. À l’image des fourmis autour d’un étang – la Méditerranée – évoquées par Platon (Phédon, 109b), les Grecs vivaient dans un écosystème d’États décentralisés, largement autogouvernés et stables, marqués par un haut degré de coopération, d’innovations et d’échanges (informations, commerce). Pour Josiah Ober, la métaphore n’est donc pas que géographique, elle est éthologique : comme les fourmis moissonneuses de l’Arizona étudiées par une de ses collègues biologistes de Stanford (p. 87-120), les Grecs seraient des animaux politiques marqués par une coopération intense au sein d’un vaste marché compétitif de l’information, des biens et des services. D’où leur rejet, car inutile, de l’autocratie : c’est là où Aristote (et Ober) s’oppose(nt) à Hobbes. D’où aussi l’échec des impérialismes dans le monde grec classique : pour preuve, les tentatives de Sparte, d’Athènes, de Syracuse ou de Thèbes qui n’ont pas réussi à imposer durablement leur hégémonie, en partie à cause de la réticence des citoyens à voir leurs privilèges se diluer et aussi en raison de la force des identités locales. Seuls Philippe de Macédoine et son fils Alexandre, en s’emparant des instruments à l’origine de l’essor économique de la Grèce, y parviendront : cet effacement politique (relatif) des cités helléniques ne serait donc pas un accident de l’histoire, dû au génie de grands hommes ou à la division mortifère des Grecs, mais un événement prévisible au vu des évolutions du royaume macédonien au IVe siècle avant J.-C., qui a su tirer partie de ses ressources naturelles, développer des routes commerciales, cimenter des alliances par une politique matrimoniale redoutable, assimiler un savoir-faire en recrutant des experts grecs – philosophes, artistes, marchands, militaires. Bref, finalement battre les cités à leur propre jeu.

La thèse est séduisante. Le cheminement minutieux. L’érudition de l’auteur impressionnante. Pour autant, son propos suscite quelques réserves : passons sur la comparaison des Grecs avec des insectes qui fera bondir ces hellénistes – s’il en existe encore – qui restent attachés à l’idée d’un génie grec. Ici, ce n’est pas la Raison qui serait à l’origine de la grandeur de l’Hellade, mais la coopération sociale permise par l’existence de normes et de procédures (égalité civique, élargissement de la participation décisionnelle) entraînant l’optimisation des capacités de chacun et de tous. D’ailleurs, si pour Josiah Ober il existe bien un « miracle grec », c’est d’abord celui de ce niveau de croissance exceptionnel que la plupart des pays méditerranéens ne retrouveront que dans la seconde moitié du XXe siècle. Néanmoins, on peut légitimement se demander si tous les habitants du monde hellénique bénéficièrent de ce haut niveau de vie : le livre parle peu des différents statuts juridiques et sociaux de l’Antiquité, encore moins de l’esclavage (sauf une brève mention p. 162), des pauvres ou de la condition des femmes, ce qui revient à laisser de côté une bonne part de l’humanité antique, dont on peine à savoir, argent ou pas argent, si elle vivait dans le bonheur.

Ce livre insolite déroutera aussi les amoureux de grands récits : ici, pas ou peu de figures historiques (exceptées les pages 368 à 405, consacrées aux rois macédoniens) ; pas de souffle épique ou de hauts faits ; pas de grandes œuvres, non plus. Et il est vrai que l’on a parfois davantage l’impression de lire un ouvrage d’équations et de graphiques (économiques, démographiques) où sont martelés sans cesse hypothèses, propositions chiffrées et commentaires, plutôt qu’une synthèse historique classique. L’histoire de la civilisation hellénique s’y efface au profit d’une étude de l’écologie grecque où se combinent les données naturelles et des configurations sociales et politiques originales.

Mais c’est ce qui fait aussi, répétons-le, sa force. Dans une perspective hégélienne, Josiah Ober propose une histoire tendue, ce qui ne sera pas sans rappeler quelque peu Fukuyama : non dans l’idée que les conflits idéologiques guident l’histoire, mais dans celle que « démocratie et croissance définissent les conditions normales – à défaut d’être très courantes – de la modernité » (p. 17) auxquelles l’humanité aspirerait. Donner sens à l’histoire, ce que surent faire, comme le rappelle Paulin Ismard dans sa préface, les grands antiquisants de la fin du XIXe siècle engagés dans les débats théoriques mais aussi politiques de leur temps, était un pari risqué mais courageux. Josiah Ober le tente à sa manière, jetant un pavé dans cette mare grecque dont parle Platon, ce qui ne manquera pas de susciter la controverse. Tant mieux !

Philippe Lafargue

Docteur en histoire grecque, professeur agrégé

[1] Le terme est emprunté à J. Goldstone, « Efflorescences et croissance économique en histoire globale », dans Ph. Beaujard, L. Berger, Ph. Norel dir., Histoire globale, mondialisations et capitalisme, Paris 2009, p. 340-381 (trad. française d’un article paru initialement dans Journal of World History 13, 2002, p. 323-389).

[2] Voir l’annexe I (p. 437- 440), à la suite des travaux de Mogens H. Hansen et Ian Morris.

À lire dans la R.E.A. :

Villacèque (N.), « Histoire de la ποικιλçiα, un mode de reconnaissance sociale de la démocratie athénienne »R.E.A. 110-2, 2008, p. 443-459.

Citer cet article comme : Philippe Lafargue, L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/10/2017, https://reainfo.hypotheses.org/10048.
Crédits image : première de couverture. © La Découverte.

Une réflexion sur « L’énigme grecque. Histoire d’un miracle économique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.