Alix sénateur ou le retour de la momie

J. Martin, V. Mangin. Th. Demarez, Alix senator. Tome 6 : La montagne des morts. – Paris : Casterman, 2017. – 72 p. – ISBN : 978.2.203.11598.9.

Valérie Mangin et Thierry Démarez poursuivent de main de maître leur reprise de l’univers d’Alix, la série de Jacques Martin qui fêtera ses 70 ans de création l’an prochain. Depuis 2012, au rythme régulier d’un album par an, la scénariste et le dessinateur ont paradoxalement redonné jeunesse à Alix en lui faisant prendre une trentaine d’années. Ce qui n’empêche pas la série-mère de continuer aussi en parallèle, en conservant la chronologie d’origine dont le terminus ad quem est la mort de César, toujours repoussée. Ainsi Marc Jailloux sort-il son nouvel album, Le Serment du gladiateur, en novembre prochain, toujours chez Casterman. Si dans Alix les albums sont autonomes, ce n’est pas le cas pour Alix Senator, où il est indispensable de lire les albums depuis le début et dans l’ordre pour comprendre l’intrigue. Donc si vous ne connaissez pas la série, arrêtez-vous immédiatement là. Lisez les tomes 1 à 6 avant de poursuivre plus avant la lecture de ce compte rendu, nous ne voudrions pas vous gâcher le plaisir de la lecture ! Nous vous renvoyons également au compte rendu du précédent tome.

Alix, quoique sénateur aux tempes grisonnantes, prend plus souvent les chemins de l’aventure que celui du Sénat, au gré des exigences de l’empereur Auguste. Des figures de jeunes gens (Titus, le fils d’Alix, et Khephren, le fils d’Enak, adopté et élevé par Alix) servent aussi au dynamisme de la série par leurs transgressions régulières des interdits. Mais la fin de l’album précédent, Le Hurlement de Cybèle, a montré que cette quête effrénée de connaissances peut coûter cher : le hurlement du titre est devenu celui de Khephren, émasculé par les prêtres de Cybèle pour sa curiosité. Au comble du désespoir, recroquevillé sur le sol, il s’écrie en larmes : « J’ai tout perdu pour rien » (V, p. 48). Il croyait pourtant que « la puissance et l’éternité [l’]attend[ai]ent dans la cité » de Pessinonte (V, p. 5). Peut-être doit-il simplement attendre (et le lecteur avec lui) jusqu’au tome 7, puisque le titre qui nous est annoncé reprend justement ces deux mots-clés. À moins que quelqu’un d’autre, de plus haut placé, ne fasse tout pour les obtenir à sa place depuis le tome 3 ?

Puisque les tomes se suivent, nous sommes toujours en l’an 12 avant J.-C. lorsque commence La Montagne des morts. Titus est rentré à Rome avec le fameux livre sibyllin repris à Khephren à la fin du tome 5, afin de le donner à l’empereur qui veut le détruire. Mais la « voix » qui donne au lecteur cette information n’est pas celle du narrateur omniscient, qui précisait la date dans le cartouche narratif. Qui parle ? Le doute est levé dès la première case de la deuxième planche : nous partageons les pensées de Livie, le « Vautour », le chef de La Conjuration des rapaces (tome 3), qui ne semble décidément pas prête à laisser régner sans partage son époux Auguste. Elle l’affirme d’ailleurs : « La puissance et l’éternité seront à moi ! À moi, et à personne d’autre ! » (VI, p. 4). La détermination se lit aussi dans son regard : elle compte bien prendre sa revanche sur l’humiliation qu’elle a subie en échouant à remettre provisoirement le fantoche Césarion au premier plan politique. La présence de Titus et Lidia Octavia, lorsque le livre sibyllin est brûlé, permet une première allusion à la castration de Khephren, problématique pour un citoyen, un épisode dont Titus refuse alors de parler à la sœur de l’empereur (p. 4). Règnent, à Rome comme en Égypte, un silence nécessaire et une amnésie volontaire, qu’Alix va se charger de rappeler violemment à ses soldats dans le désert qui se permettent d’en plaisanter : « Si encore un de vous oublie d’oublier ce qu’il a vu à Pessinonte, je lui tranche la gorge et autre chose et je renvoie moi-même son corps émasculé à sa famille, compris ? » (VI, p. 16). La planche suivante est la seule, avec les deux premières, à se dérouler à Rome. Elle permet cette fois d’évoquer à mots couverts le mystère de la mère de Titus par le biais d’une conversation entre Auguste et Lidia Octavia. Le lecteur se pose depuis le début la question de son identité car il ne sait encore rien d’elle, à la différence de la mère de Khephren, qui était esclave de Cléopâtre. Quel est le lien entre la mère de Titus et celle qui apparaissait dans Le Tombeau étrusque de Jacques Martin, et qui ne semblait pas indifférente à Alix ? Valérie Mangin se plaît à lancer quelques pistes… pour mieux les brouiller dans les tomes suivants, n’en doutons pas !

L’intrigue principale de cet album a toutefois surtout lieu en Égypte, d’abord à Alexandrie puis dans l’oasis de Zeus-Ammon, une fois qu’Alix, Khephren, Enak et la troupe armée qui les accompagne ont pu gagner le lieu où le jeune homme castré espère trouver la statue de Cybèle, le pouvoir d’Alexandre le Grand que l’oracle lui aurait promis et peut-être la guérison de son infirmité. Durant le voyage mouvementé jusqu’à l’oasis (puisque le préfet d’Égypte, Barbarus, allié de Livie, a encore une fois trahi la confiance d’Alix), Khephren continue à en vouloir à son père Enak, qui l’a abandonné depuis sa naissance et n’a renoué avec lui que ces derniers mois (son retour étant mis en scène dans le tome 2, Le Dernier Pharaon). Les adorateurs d’Amon (les fictionnels Siwis, des Berbères porteurs d’une tête de bélier), après avoir attaqué en vain les voyageurs, vont assiéger l’oasis car ils veulent reprendre leur terre aux Égyptiens (Valérie Mangin ne cache pas que les conflits actuels au Moyen-Orient aient pu être une source d’inspiration, voir son interview sur le site de l’éditeur). Le titre de l’album prend sens quand Ounas, le premier prophète de Zeus-Ammon (la version hellénisée de l’Égyptien Amon, comme l’explique la scénariste dans le cahier spécial) évoque « un passage vers la montagne des mots, [leur] nécropole » (p. 21). Un passage qui deviendra, pour Alix, Enak, Khephren et quelques légionnaires, le seul moyen de quitter la citadelle assiégée.

L’un des éléments marquants de cet album est la violence gratuite dont fait désormais preuve Khephren depuis qu’il en a été lui-même victime. À deux reprises, il va tuer. Si la première fois, il se défend lors d’une attaque, il semble cribler le corps de sa victime de coups de poignard par pure vengeance (« Crève, sale traître ! Crève ! », p. 14). Mais, la deuxième fois, il y a gradation : seule l’intervention fortuite de son père Enak lui permet de masquer le meurtre nocturne de deux jeunes gens qui s’étaient moqués de lui en découvrant qu’il était eunuque. Pour la première fois, le père et le fils sont unis. Mais par un crime. Comme réunion familiale, il y a mieux (sauf pour le lecteur !). Khephren furiosus ne semble même plus avoir conscience de ses gestes. Nu, le corps maculé de sang, il hurle sans discontinuer : « Crève ! Crevez tous ! Crevez tous ! » (p. 34) jusqu’à ce qu’Enak lui attrape les mains, le lave pour que personne (pas même Alix !) ne puisse rien savoir de ce meurtre, comme pour effacer toute souillure morale en même temps que le sang. Et les cadavres des deux malheureux de rejoindre ceux des autres momies découvertes par Khephren dans la nécropole. Mais ceux-là, bien morts, ne risquent pas de se lever pour bloquer le chemin du retour. Comme un remake de La Momie ou de The Walking Dead, le lecteur voit se lever les fausses momies mais vrais Siwis (p. 42-43), au fur et à mesure que le groupe de Romains avance dans le sanctuaire. Et nos héros ne les découvrent derrière eux que lorsqu’ils font face à un autre groupe important de sectateurs d’Amon qui les attendent à la sortie de la nécropole. Ordre est alors donné par la chef des Siwis de tous les enterrer vivants dans le sable.

Barbarus survient étonnamment pour récupérer Khephren, Alix et le prêtre de Zeus-Ammon. Mais ce dernier n’est extrait de son trou que pour être torturé, afin d’avouer que c’est Octave qui a emporté avec lui à Rome la fameuse statue en orichalque de Cybèle, que recherchent Khephren et Livie, et qu’il a fait cela pour « devenir plus grand que [César]… plus grand qu’Alexandre… » (p. 48). Le lecteur va devoir patienter jusqu’à l’an prochain pour connaître le sort d’Enak, que Barbarus laisse totalement enterré dans le sable, en dépit des supplications d’Alix, qui s’est pourtant même humilié à genoux, alors que Khephren, sans pitié, déclare qu’il « ne mérite pas de vivre » (p. 47). Ce que Livie a cherché loin de Rome est donc peut-être devant ses yeux, constate Barbarus. Et devant ceux des lecteurs ? On peut en effet se demander si « la boîte de la Cybèle d’orichalque », qui a laissé au sol une forme carrée dans la nécropole où elle était cachée après la mort d’Alexandre, ne pourrait être, par exemple, cachée par un certain monument romain dont la construction commença en 13 et s’acheva en 9 avant J.-C., mais dont quelques frises semblent se retrouver sur un autel du troisième tome. Une hypothèse risquée, tant Valérie Mangin à l’art de surprendre ses lecteurs !

Pour finir, ajoutons que, comme elle le fait systématiquement depuis le premier tome de la série, Valérie Mangin a rédigé un cahier historique à la fin de l’album, qui ne se trouve que dans l’édition premium. Il est comme toujours très intéressant et porte cette fois sur « L’oasis sacrée d’Ammon ». Il y a quelques coquilles mais elles sont rares (quelques mots qui semblent accrochés et une coquille ou faute d’accord dans un titre de section en latin, « Varii populi in aperta orbe » pour aperto, puisque orbis est masculin). Nous vous conseillons également de consulter le site http://www.alixsenator.com/, dont le rédactionnel est assuré par Valérie Mangin elle-même. On appréciera tout particulièrement le copieux lexique, enrichi tome après tome (http://www.alixsenator.com/encyclopedie.lexique.html).

Julie Gallego

Maître de conférences en langue et littérature latines, Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique, Université de Pau et des Pays de l’Adour

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Casterman et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Casterman pour la couverture des tomes de la bande dessinée Alix senator.

À lire dans la R.E.A. :

Meulder (M.), « Auguste et Othon face au présage du Tibre », R.E.A. 111-2, 2009, p. 493-508.

Citer cet article comme : Julie Gallego, à propos de Alix sénateur ou le retour de la momie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/11/2017, https://reainfo.hypotheses.org/10354.

Crédits image : première de couverture. © Casterman.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search