Musiques ! Échos de l’Antiquité

Exposition au Louvre-Lens du 13 septembre 2017 au 15 janvier 2018

Nouvelle exposition sur la période antique au Louvre-Lens après avoir traité des Étrusques, des Métamorphoses d’Ovide ou de la Mésopotamie. Cette fois-ci, la volonté affichée est la transversalité autour d’une thématique commune : la vision de la musique dans quatre « aires culturelles » : l’Orient, l’Égypte, la Grèce et Rome. Ce pari du Louvre à Lens est-il réussi ? Quelques éléments de réponse…

Le point fort des expositions du grand musée parisien a toujours été la richesse des œuvres présentées. Grâce à son important fonds et à des prêts prestigieux, on découvre tout au long des différentes sections : instruments de musiques, statuettes de danseurs, vases avec Apollon ou Dionysos ou papyrus de partitions musicales. Elles sont très bien exposées et mises en lumière par la scénographie épurée de l’Atelier parisien AtoY. Présentées dans des bulles immersives, celles-ci rappellent la répartition de l’espace du Pavillon de verre, autre espace d’exposition à l’autre bout du musée.

Plutôt que de tomber dans le piège de la chronologie ou de la répartition par civilisation, toutes les œuvres sont en dialogue eu sein de sous-thématiques comme le rapport au divin, au pouvoir, les métiers de la musique ou la transmission. Pour s’y retrouver, un fil d’Ariane au sol lie les différents espaces et des pictogrammes présents devant chaque œuvre permettent de savoir à quelle civilisation elles sont attachées. On pourrait cependant regretter la longueur du parcours avec plus de seize espaces à découvrir. La richesse et profusion des œuvres devient alors un handicap pour notre compréhension. D’autant plus que certaines semblent interchangeables en fonction des thèmes. Le portrait d’un joueur de flûte dans un temple pouvant aussi bien apparaitre dans la partie sur les métiers, sur les instruments ou sur les lieux. Le visiteur est enclin à perdre peu à peu pied, d’autant plus que les espaces de repos, des bancs circulaires (pour rappeler des scènes de théâtre ?) sont assez froids et dénudés.

Heureusement, les discours sont courts et très pédagogiques. Que cela soit ceux imprimés sur le devant des bulles immersives ou dans les livrets d’expositions, ils permettent en quelques phrases de saisir les problématiques et de comprendre les liens et différences entre les quatre civilisations. Le cahier d’activité pour enfant est lui aussi très adapté avec des jeux d’observations et de déductions très intuitifs. Cela aurait pu être développé grâce aux bornes numériques. Or celles-ci ont été conçues plus comme des approfondissements de l’exposition que comme des aides pour la rendre encore plus accessible.

Se pose une question légitime pour une exposition sur la musique : où est le son ? Certes, il y a bien quelques haut-parleurs dans deux ou trois espaces. Plusieurs casques audio permettent aussi d’entendre des reconstitutions d’instruments et de mélodies antiques. Cela arrive cependant assez tard dans l’exposition et reste assez léger. Alors que les œuvres montrent de nombreuses scènes festives de banquets, de célébrations, de concerts…, la muséographie se révèle in fine assez froide : bel écrin pour les œuvres mais manque de couleurs pour célébrer la richesse de la musicalité antique.

En conclusion, comme souvent au Louvre (à Paris et à Lens), les expositions sont l’occasion de voir des œuvres magnifiques, exposées de la plus belle des manières. Un effort notable a été fait sur celle-ci pour adapter et développer un discours cohérent et pédagogique. Mais la richesse de la thématique devient aussi sa faiblesse, comme si les nombreux commissaires de l’exposition (8 !) ont chacun voulu trop en dire. Une thématique sur la musique aurait sans douter mérité une muséographie plus audacieuse et ludique pour faire véritablement entrer le visiteur dans un monde de sons et d’histoires.

Cyrille Ballaguy

Doctorant en muséologie, Université Lille 3

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.