Gloria Victis : Ludi Romani

Fernández (J.), Guerrero (M.), Montes (J.), Gloria victis. Tome 4 : Ludi Romani. – 48 p. – Bruxelles : Le Lombard, 2017. – ISBN : 978.2.8036.3506.1.

À la fin du tome précédent, Aelius Hermeros a remporté la palme de la victoire lors d’une course de chars dans le cirque d’Arles, en présence de l’empereur Lucius Verus et du célèbre cocher Dioclès. Impressionné par l’agilité avec laquelle Aelius Hermeros a conduit son char durant la compétition, Lucius Verus encourage ce dernier à venir se produire à Rome. Dioclès, qui a mis un terme à sa carrière de cocher et qui est désormais propriétaire d’une des meilleures écuries de l’Empire, propose à Aelius Hermeros de participer à des courses de chars dans le Circus Maximus de Rome lors des prochains ludi Romani et avec des chevaux de sa faction.

C’est donc à proximité de la capitale de l’Empire, sur la Via Aurelia, que nous retrouvons Aelius Hermeros, accompagné de l’affranchi Romulus et du gladiateur Caturix, au début de ce quatrième tome. Alors que Romulus et Caturix profitent des plaisirs de Rome, Aelius Hermeros est reçu dans la domus de Dioclès. Il y fait la connaissance du jeune Commode, alors enfant, ainsi que de la richissime Tullia qui décide non seulement de financer son entraînement, mais aussi de le prendre comme amant. Néanmoins, depuis l’assassinat de Fabia, Aelius Hermeros n’a plus qu’une seule ambition : retrouver l’auteur de ce crime, le cocher Victor, et venger la mort de celle qu’il a aimée. Apprenant par ses amis, Romulus et Caturix, que Victor doit participer prochainement à un combat dans le Colisée en tant qu’essedarius, un gladiateur sur char, Aelius Hermeros décide de prendre part également à ce combat afin d’assouvir sa soif de vengeance. C’est par cet affrontement sanglant entre Aelius Hermeros et Victor dans le Colisée que se termine ce quatrième et dernier tome de la série Gloria Victis.

Il n’est pas dans notre intention de revenir sur certaines entorses à la réalité historique que nous avions déjà signalées dans notre précédent compte rendu au sujet des trois premiers tomes. Nous voudrions juste faire quelques remarques concernant ce dernier tome et le dénouement final, mais qui n’enlèvent en rien l’intérêt et le plaisir que nous avons eus à lire cette bande dessinée. Tout d’abord, les tenues des cochers Victor et de « l’Oriental » (p. 18-19) nous paraissent une fois encore quelque peu fantaisistes, même si nous avons bien compris in fine pourquoi cet « Oriental » cachait son visage. Ensuite, les auteurs de cette bande dessinée ont fait de Dioclès un ancien cocher qui se serait reconverti en chef d’une des factions du cirque après avoir cessé les compétitions hippiques. Or l’inscription par laquelle nous est connue sa carrière (CIL, VI, 10048 = D. 5287) ne le précise nullement. Il s’agit d’une invention des auteurs de cette bande dessinée, même si certains textes épigraphiques font état effectivement d’anciens cochers à la tête des factions du cirque, mais seulement à partir de la fin du IIIe siècle après J.-C.[1]. Il n’est pas certain en outre que le métier de cocher ait été expressément interdit aux femmes, comme cela est affirmé à la page 9. Cependant, il est vrai qu’en l’état actuel de la documentation, aucune source ne fait mention de femme aurige dans les cirques du monde romain, ainsi que l’ont déjà remarqué plusieurs historiens[2]. En revanche, l’attirance de certaines femmes de l’aristocratie romaine pour les gens de spectacles, les gladiateurs en particulier, nous est confirmée par plusieurs passages de la littérature ancienne ainsi que par des inscriptions[3]. Par ailleurs, si des essedarii sont mentionnés dans plusieurs textes littéraires[4] et épigraphiques[5], rien dans ces documents ne permet d’affirmer qu’ils auraient pu être également des cochers au cirque, comme c’est le cas de Victor dans cette bande dessinée.

Enfin, nous nous permettons de terminer par une remarque d’ordre personnel. Nous avons été un peu surpris par le fait que dans ce quatrième tome, Aelius Hermeros ne prenne part à aucune course de chars dans le Circus Maximus, alors qu’à la fin du tome précédent, Dioclès l’avait pourtant invité à se rendre à Rome pour concourir dans le Grand Cirque lors des prochains ludi Magni. C’est seulement en tant que spectateur qu’il se rend dans cet édifice (p. 18-20). De même, les auteurs ont choisi le Colisée, et non le Circus Maximus, comme cadre du dénouement final, de telle sorte que le Grand Cirque est finalement peu figuré dans ce quatrième tome, à l’exception des pages 3 et 18-20. C’est d’autant plus dommage que sa représentation nous a semblé assez fidèle à ce que les historiens et les archéologues en savent par ailleurs. Mais il faut croire sans doute que les combats de gladiateurs dans l’amphithéâtre fascinent davantage les lecteurs que les courses de chars dans le cirque. Ainsi, la dernière scène dans le Colisée n’est pas sans évoquer certains passages du film Gladiator de Ridley Scott. Il s’agit d’un choix des auteurs qui étaient bien évidemment libres d’écrire le scénario comme bon leur semblait et nous ne pouvons que leur savoir gré de nous avoir transportés dans l’univers des courses de chars de l’Empire romain à travers les aventures du jeune Aelius où la fiction se mêle à des faits et à des personnages historiques.

Sylvain Forichon

UMR 5607 Ausonius (CNRS-Université Bordeaux Montaigne)

[1] Sur ce point : Nelis-Clément, J. (2002) : “Les métiers du cirque, de Rome à Byzance : entre texte et image”, Cahier du Centre G. Glotz, 13, 265-309, p. 277.

[2] Polverini, L. (2008) : “Donne al circo”, in : Nelis-Clément, J. et J.-M. Roddaz, éd. (2008) : Le cirque romain et son image, Bordeaux, 469-474, p. 470 ; Spadoni Cerroni, M. C. (1994) : “Donne e spettacoli a Roma ed in Italia in età imperiale”, RIL, 128, 215-250, p. 230.

[3] Par exemple, Eppia, l’épouse d’un sénateur, n’aurait pas hésité à abandonner sa famille et la ville de Rome pour suivre le gladiateur Sergiolus jusqu’en Égypte (cf. Juv. 6.82-113). Plusieurs inscriptions pompéiennes évoquent également le succès des gladiateurs auprès des jeunes filles. Par exemple : CIL, IV, 4289 = ILS, 5142c ; CIL, IV, 4353 = ILS, 5142e.

[4] Sen., Ep., 29.6; Suet., Claud., 21; Suet., Calig., 35.

[5] CIL, VI, 631 = ILS, 5084 ; CIL, VI, 4335.

Citer cet article comme : Sylvain Forichon, Gloria Victis : Ludi Romani, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/01/2018, https://reainfo.hypotheses.org/10715.

Crédits image : première de couverture du tome 4. Fernández, Guerrero. © Le Lombard (Dargaud-Lombard s.a.), 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.