Mémoires en scène. Incarnation et matérialisation du passé dans le théâtre grec et latin

Date / lieu : 23-24 novembre 2017 / Montpellier, Université Paul-Valéry

Sur une scène de théâtre, comment montre-t-on le passé ? Une représentation dramatique est inscrite dans une durée donnée, qui suppose un avant non porté à la scène. Mais cet avant est indissolublement lié au présent de l’action scénique, il conditionne une situation de départ, hante les personnages, résout pour eux certaines énigmes… Comment ce passé s’incarne-il sur la scène ? Ces journées d’études se proposent d’étudier les personnages et les objets qui, au théâtre, portent la mémoire, qui donnent corps au passé. Pour qu’une reconnaissance soit possible, par exemple, il faut nécessairement qu’une des parties en présence se souvienne, quand, pour l’autre ou les autres, le passé reste obscur (dans l’Electre d’Euripide, c’est le vieux serviteur qui reconnaît Oreste à sa cicatrice, second épisode, v. 487 sq), à moins que chacun ait en mémoire un passé différent : lorsque Ménélas et Hélène se retrouvent, dans l’Hélène d’Euripide, Ménélas narre les événements qu’il vient de vivre à Troie et Hélène ceux qu’elle a vécus de son côté. Les deux séries ne se recoupent pas, puisque c’est le fantôme d’Hélène, et non Hélène elle-même, qui se trouvait à Troie (troisième épisode, v. 528 sq).

→  Source : Compitum.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.