Recomposer et restituer des peintures fragmentaires

Conférence d’Alix Barbet, directrice de recherche CNRS honoraire, mercredi 8 novembre 2017, Université Bordeaux Montaigne

Comment recomposer une peinture en débris ? Cela dépend du mode employé pour recueillir les morceaux mais aussi du sujet. On tentera de recomposer au maximum le puzzle, en utilisant tous les indices possibles. Pour la reconnaissance des motifs, souvent incomplets, il faut faire preuve d’imagination, puiser dans son « corpus mental d’images » accumulées par des années de pratique. Toutefois, il s’agit parfois d’un véritable test de Roschach, une méthode employée pour déceler chez un patient… des désordres psychiques, désormais contestée et abandonnée.

Les reconstitutions et les restitutions ne sont possibles que si l’on a pris soin de nourrir son dossier d’images de comparaison et elles ne sont fiables que si l’on suit une méthodologie rigoureuse et des principes très clairs. De même, les essais d’évocations de décors disparus sont à discuter.

La conférence est inspirée de l’article paru dans la Revue Archéologique « Recomposition et restitution des peintures murales  fragmentaires : méthodologie, principes scientifiques et éthiques » RA, 2016/2, p. 361-381.

Crédits image : affiche de la conférence. © Reainfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.