Sur les pas de César

Gabella (M.), Traina (G.), Meloni (A.), César, Paris : Glénat, 2017. – 56 p. – (Ils ont fait l’Histoire). – ISBN : 978.2.3440.1924.5.

Depuis mars 2014, les éditions Glénat et Fayard ont lancé une collection commune, intitulée « Ils ont fait l’Histoire ». Le but de cette nouvelle série de BD historique, qui devrait compter trente tomes au total, est de retracer le parcours d’un acteur majeur de l’histoire mondiale et de privilégier, à cette fin, l’étroite collaboration des dessinateurs et scénaristes de Glénat avec les historien.ne.s qui écrivent pour Fayard. Destinée à un lectorat amateur d’histoire, cette « rencontre de la BD et de l’Université » se veut accessible aux jeunes lecteurs autant qu’exploitable par les enseignants du secondaire[1].

Le 15 novembre 2017 est paru le dernier tome en date de la série[2], consacré à Jules César, célèbre imperator des dernières décennies de la République romaine : de la capture du jeune aristocrate par des pirates vers le milieu des années 70 avant J.-C. jusqu’à la mort du dictateur perpétuel le 15 mars 44, le lecteur suit, à travers l’évocation successive d’épisodes célèbres de la vie du personnage, la carrière d’un ambitieux qui, dès sa jeunesse, aurait souhaité parvenir au sommet de la carrière politique à Rome. Si ce choix de l’ambition comme fil rouge fait écho aux intentions de la collection de privilégier à chaque fois un thème phare de la vie du personnage traité, il sert avec plus ou moins d’efficacité le projet (revendiqué) de proposer une restitution graphique fidèle du passé (I), d’être exact sur le plan des données historiques (II) et d’adopter un ton pédagogique et clair dans l’exposition de la vie de César (III).

I. Dessiner l’histoire de la Rome du Iersiècle avant notre ère

Sur le plan visuel, le pari est largement réussi. Saluons d’emblée le talent du dessinateur : le dessin est brillant et efficace, la mise en scène et le jeu sur les couleurs très soignés. Certaines planches, en particulier les scènes de bataille et celles de triomphe à Rome, ont dû demander un travail considérable (la grande planche qui représente la bataille de Pharsale page 35 est tout bonnement magnifique). Le dessin a toutefois les défauts de ses qualités et le choix louable de l’exactitude historique a des conséquences parfois néfastes sur la compréhension. Ainsi, il est appréciable que les visages des personnages historiques soient représentés d’une manière très fidèle à leurs portraits antiques présumés : sur les gros plans, la ressemblance de Cicéron avec le célèbre buste conservé au musée du Capitole est, par exemple, impressionnante. On perd néanmoins, de temps à autre, la forte caractérisation visuelle des personnages, souvent nécessaire en BD pour bien identifier les divers protagonistes : dès que les plans sont plus éloignés, les personnages principaux, tous des hommes mûrs, plutôt bruns, légèrement chauves et habillés d’une toge identique, sont difficilement différenciables et la confusion du lecteur paraît inévitable (p. 40 ou 47), d’autant que certaines bulles ne sont parfois pas attribuées au bon protagoniste (par exemple p. 5 et 8). Seuls les personnages dont aucune représentation antique ne nous est parvenue, et pour lesquels le dessinateur avait ainsi toute liberté, sont toujours nettement identifiables : Balbus est par exemple le seul blond barbu de l’ouvrage.

Le portrait de César, sorte de synthèse des différents types iconographiques connus, est très convaincant. Une réserve cependant : dans les premières pages, le jeune César, à la calvitie naissante, paraît déjà un homme mûr alors qu’il est censé avoir environ 25 ans lors de l’entrevue avec les pirates. Le portrait de Marc Antoine semble, quant à lui, plutôt inspiré de l’acteur britannique James Purefoy, qui interprète le personnage dans la série Rome (HBO, 2005). Le dessinateur s’est, du reste, parfois appuyé sur des images issues de cette série télévisée : le clin d’œil est souvent bienvenu, quoique parfois excessif (par exemple, lorsque César reçoit en cadeau la tête de Pompée à Alexandrie p. 37, la mise en scène et les personnages sont identiques à ceux de la saison 1, épisode 8 de Rome).

Le dessin nous plonge aussi dans la Rome du Ier siècle avant notre ère. Dans la planche consacrée à l’édilité de César, en 65 avant J.-C., l’effet produit par le temple de Jupiter Capitolin surplombant le forum est saisissant (p. 7). De manière générale, l’emplacement et la forme de chaque édifice ont été bien respectés et le résultat est plaisant. S’il fallait pointer une limite, on regretterait peut-être l’aspect un peu lisse et monumental de la ville, qui devait en réalité offrir une image bien plus bigarrée. La bande dessinée, plus encore que le cinéma ou les restitutions virtuelles, aurait permis un traitement plus nuancé du paysage urbain de la fin de l’époque républicaine. On saluera néanmoins l’attention précieuse portée à certains détails : quand César s’avance vers la mort lors des ides de mars, on le voit déambuler avec Antoine dans un portique qui entoure un jardin ; les auteurs ont donc pris la peine de situer l’action dans la curie de Pompée, au sein du portique du même nom, situé au champ de Mars, ce que ne manqueront pas d’apprécier les spécialistes (p. 46). La représentation de l’Vrbs témoigne donc de la solidité documentaire de cette BD, fidèle au passé historique, tant du point de vue du dessin que de celui du scénario.

II. Une Vie de César mise en images

Cette BD est une mise en images très réussie des informations livrées par César, Suétone, Plutarque, Appien ou Cassius Dion au sujet de César. La volonté louable de fonder strictement le récit sur les sources conduit à donner la parole à ces dernières, parfois au sens propre, lorsque les personnages citent des mots ou des plaisanteries. On note même d’habiles intégrations de certaines contradictions observables dans la documentation. Ainsi, l’évocation des lamentations de César face aux exploits accomplis par le jeune Alexandre au même âge que lui est d’abord mise en scène (p. 5) lors de la questure de César en Espagne (à Gadès) en 69/68. Si cette version de l’épisode correspond au récit de Suétone (Vie du Divin Jules, 7), Plutarque rapporte de son côté (Vie de César, 11), d’une manière ambiguë, que les plaintes de César seraient plutôt intervenues à l’occasion du séjour de César en tant que propréteur d’Espagne en 61-60. Or dans la BD, c’est précisément lorsque César arrive en bateau comme propréteur en Espagne qu’est à nouveau évoquée la réussite d’Alexandre (p. 11) : de cette manière, l’épisode tient compte, voire exploite les contradictions documentaires.

Sans traiter ici du problème posé par la teneur téléologique du récit (voir partie suivante), le jeu de la vérification permet de relever quelques approximations ou erreurs. La première vignette présente par exemple César aux prises avec des pirates en 75, alors que la datation de 74-73 est sans doute plus probable[3]. De même, afin de mieux souligner la double déconfiture de César à Gergovie en 52, la chronologie est un peu malmenée : la défaite du proconsul contre Vercingétorix coïncide dans la BD avec l’annonce du meurtre de Clodius, présenté comme un soutien de César à Rome (p. 27). Or il semble que ce dernier ait eu connaissance de la mort de Clodius avant la révolte générale des Gaulois (Guerre des Gaules, 7.1). Certaines approximations sont peut-être un peu plus gênantes : à la toute fin de l’album, Cicéron vante par exemple l’action visionnaire de César qui, à l’instar d’Alexandre le Grand, aurait souhaité gouverner un empire intégrateur et multiculturel. Sans que l’idée soit totalement dénuée de fondement (au sens où l’impérialisme romain ne fut peut-être pas dépourvu d’un dessein intégrateur), la résonance avec l’actualité mondialisée et avec les débats posés par le multiculturalisme est trop claire pour que cette scène soit historiquement exacte. On notera enfin que Cicéron, dans la dernière vignette, compare la mort de César à celle d’Alexandre, ce qui peut surprendre, étant donné que le premier mourut assassiné dans la curie de Pompée à 56 ans alors que le second, atteint par la maladie, trépassa dans son lit à Babylone, âgé de 33 ans.

Ces quelques détails factuels n’entachent en rien la compréhension de la trajectoire césarienne : sa cohérence est restituée par Guisto Traina dans le dossier pédagogique final, clair et informé. Notamment parce que la fin du dossier sur les « mots célèbres » prononcés par César (dont le fameux « Veni, Vedi, Vici » qui illustre l’ambition de César tout au long de l’album) et l’évocation du choix bienvenu d’accorder une grande importance au personnage de Balbus est particulièrement éclairante pour comprendre les épisodes mis en scène, ces pages peuvent être consultées avant même la lecture de la BD. Si le dossier joue pleinement son rôle pédagogique, il faut toutefois souligner deux points problématiques. En premier lieu, y figure l’image d’un buste antique conservé au Musée de l’Arles antique et présenté comme un portrait de César. Ce choix malheureux passe sous silence les nombreux débats à propos de l’attribution des portraits en Gaule romaine et induit peut-être le lecteur en erreur, puisque un relatif consensus semble s’instaurer au sein de la communauté historienne pour nuancer, voire rejeter l’association entre le buste arlésien et César[4]. L’autre regret est l’absence de remarques sur le caractère biaisé des sources anciennes. Il ne faut pas oublier en effet que la guerre des Gaules et la guerre civile contre Pompée sont avant tout connues par les écrits de César lui-même, « artiste » de la déformation historique[5]. De plus, le recours inévitable aux biographies rédigées par Suétone et Plutarque à l’époque antonine (soit plus d’un siècle et demi après la mort de César) impliquait de préciser que ces auteurs cherchaient à dégager un portrait moral de l’imperator et insistèrent, à cette fin, sur ses vices et ses vertus[6]. Ces biais de la documentation auraient pu être soulignés, au sens où ils déterminent en grande partie la teneur de la BD, qui prend pour thème principal l’ambition dévorante de César.

III. Raconter le destin exceptionnel de César : la narration et l’Histoire

La BD donne à voir un César déterminé, dès sa jeunesse, à devenir « roi » : le mot, pourtant honni des Romains, est prononcé dès la quatrième planche. Les auteurs lui attribuent ainsi une conscience très précoce des limites politiques du système républicain et une vision du destin de Rome, pour ne pas dire un programme politique précis, exposé au moyen d’éléments de langage bien contemporains (« Intégrer, mélanger, faire cohabiter » dit César, lors de sa questure, à Balbus). Conséquence sans doute liée au projet de la série (« Ils ont fait l’histoire »), César n’est jamais le jouet des événements : doté d’une immense ambition et d’une vision politique sans faille, il sait ce qu’il veut et où il va. Cette lecture téléologique du parcours césarien peut agacer, notamment parce qu’elle gomme en partie les dynamiques politiques propres à la fin de la République. Par exemple, les raisons de la constitution du « premier triumvirat » entre César, Pompée et Crassus ne sont guère compréhensibles pour qui n’est pas déjà au fait du contexte (p. 14).

Ce défaut se retrouve du reste à plusieurs occasions et provient en grande partie du rythme rapide adopté par la narration. Raconter toute la carrière de César en 46 planches était un défi et, sans nul doute, aucune solution n’était idéale. Le scénariste a pris le parti d’évoquer presque tous les épisodes marquants de la vie de César, au détriment parfois de la clarté. Certains choix relèvent d’une très bonne idée, mais leur mise en scène ne convainc pas toujours, comme celui de croiser la mort en couches de Julia en 54 et celle de Crassus à Carrhes en 53, afin de préfigurer la rupture annoncée entre César et Pompée (p. 23), ou encore de faire raconter l’assassinat de César par Cicéron, le récit étant entrecoupé de flashbacks ou de prolepses assez difficiles à suivre (p. 47-48). Si la guerre des Gaules est clairement présentée, la guerre civile est traitée de manière si rapide qu’on se demande si le lecteur non informé comprendra vraiment la succession des événements : ainsi, Caton déclare à demi-mot vouloir périr si César l’emporte à Thapsus, mais l’épisode lui-même et le dénouement de la campagne ne sont pas représentés (p. 39-40).

Il nous semble ainsi que la BD aurait gagné à faire des choix plus radicaux, quitte à supprimer certains épisodes secondaires afin de développer d’autres événements plus fondamentaux (une pleine page est consacrée à l’expédition somme toute mineure de Brigantium (La Corogne) en 61 (p. 12), mais les années cruciales de 49-48 font l’objet d’une seule et unique page (p. 34). Enfin, on pourra regretter la place très limitée accordée à Brutus : l’affection que lui portait César et son rôle lors des ides de mars sont à peine évoqués (on peine à identifier ses traits parmi ceux des sénateurs qui attendent César dans la curie à la p. 46). Cette prudence du scénariste n’est pas dénuée de fondements historiques, puisque les sources divergent sur le rôle joué par Brutus dans la mort du dictateur, le fameux épisode du « toi aussi, mon fils » étant sujet à caution. Toutefois, il aurait été possible de clarifier les rapports personnels entre les deux hommes : étant donné que le public cultivé reste persuadé que Brutus était le fils biologique ou adoptif de César, une BD historique à vocation pédagogique aurait été l’occasion de tordre le cou à ce mythe de manière plus explicite.

Cet album remplit-il les objectifs ambitieux fixés par la collection « Ils ont fait l’histoire » ? Il faut saluer un immense effort de restitution de la Rome d’époque tardo-républicaine, louer l’exactitude des épisodes rapportés et souligner l’intérêt du dossier pédagogique pour l’exploitation de l’album par les enseignants. Outre quelques maladresses graphiques et de menues imprécisions qui altèrent finalement très peu la compréhension du parcours de César, certains choix narratifs font parfois courir le risque à ce riche et solide travail, initialement destiné au grand public, de se transformer en une œuvre dont seuls les spécialistes d’histoire ancienne et le public doté d’une très solide culture classique apprécieront véritablement toutes les finesses.

Charles Davoine et Pascal Montlahuc

Membres de l’École française de Rome, section Antiquité

[1] Voir, en ce sens, l’interview de présentation de la collection :http://www.glenatbd.com/actu/general/ils-ont-fait-l-histoire-presentation-de-la-collection-par-les-dirigeants-de-glenat-et-fayard.htm [consultée le 9 novembre 2017].

[2] Précisons que les auteurs de cette note ont travaillé sur une version numérique et non définitive du volume.

[3] Osgood (J.), « Caesar and the Pirates : or How to Make (and Break) an Ancient Life », Greece &Rome 52, 2010, p. 334-336.

[4] Pour une mise au point méthodologique sur les problèmes d’attribution des portraits gaulois à des aristocrates romains, voir Rosso (E.), « Le portrait tardo-républicain en Gaule méridionale : essai de bilan critique », Revue Archéologique, 50, 2, 2010, p. 259-307.

[5] Rambaud (M.), L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris 1953.

[6] Gascou (J.), Suétone historien, Rome 1984 et Frazier (F.), Histoire et morale dans les Vies Parallèles de Plutarque, Paris 2016 [1996].

À lire dans la R.E.A. :

Liou-Gille (B.), « César, « flamen Dialis destinatus » », R.E.A. 101-3, 1982, p. 433-459.

Citer cet article comme : Charles Davoine et Pascal Monlahuc, Sur les pas de César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/11/2017, https://reainfo.hypotheses.org/10767.

Crédits image : première de couverture. © Glénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *