La dialectique et le souffle de l’architecture

Anastasiadou (K.), La dialectique et le souffle de l’architecture. – Paris : Éditions du Panthéon, 2017. – ISBN : 978.2.7547.3526.1.

Ouvrage atypique, ce roman philosophique, plus proche de l’essai, a pour but de nous parler d’architecture et pas n’importe laquelle : celle de la Grèce antique, bercée par la spiritualité et le platonisme. Il suit l’histoire de Kris, général grec de notre temps qui a décidé de se former à la philosophie et surtout celle de Platon. Grâce aux connaissances de deux archéologues et un architecte, il va revenir aux fondements de l’architecture pour comprendre l’origine de la discipline et son lien avec la mythologie et la philosophie. Son enquête, autant théorique que physique, le mènera notamment dans l’atelier mythique de Dédale, où la frontière entre fiction et réalité est dissoute.

Le roman est construit sur le mode de la dialectique, inventée par Socrate – c’est-à-dire une réflexion philosophique amenée par le biais d’un échange à base de questions-réponses entre deux personnes. Il regroupe donc deux aspects : l’histoire et l’évolution des personnages eux-mêmes, et le discours philosophique dont ils constituent le vecteur.

Ce discours, appuyé par de nombreuses références au discours platonicien et comportant beaucoup de termes issus du grec ancien, est réservé à un public très éclairé, au fait de l’architecture grecque mais aussi de la philosophie, du grec ancien et des mathématiques (le passage sur le nombre d’or est particulièrement indigeste pour un non initié). Aussi, bien que peu accessible par tout un chacun, il est intéressant et original, nous obligeant à repenser l’architecture en fonction d’un mode de pensée différent du nôtre.

Toutefois, de nombreux éléments alourdissent le texte et le rendent difficile d’accès :

  • l’analyse du grec ancien et l’étymologie, bien qu’intéressants pour comprendre l’origine de la discipline, sont présentées d’une manière peu fluide, accumulant les termes grecs et leur traduction dans des paragraphes compacts et des phrases très longues, parsemées de parenthèses et tirets qui altèrent la bonne lisibilité du texte.
  • les notes de bas de page sont également trop nombreuses pour un roman et leur police n’est pas assez petite, ce qui peut amener à les confondre avec le texte lui-même.
  • les citations, ou plutôt extraits, extrêmement présents (plus que le roman lui-même) sont également beaucoup trop longs (jusqu’à dix-sept pages d’extrait), ce qui peut perdre le lecteur, de même que les digressions (interruption par tel ou tel personnage qui dévie la conversation, obligeant le lecteur à engranger un grand nombre de connaissances variées).

On trouve également quelques erreurs historiques (Vitruve était au service de l’empereur, pas à ses ordres et l’Empire n’a pas de « volonté » propre). Il y a quelques anachronismes dans le grec (le terme keri n’apparaît qu’au Moyen Âge, il n’est donc pas utilisé par Platon, au contraire de kérion) et la syntaxe laisse souvent à désirer.

Côté roman même, c’est là que le bât blesse. Entièrement soumis au discours, les personnages, leur histoire et leur relation sont placées au second voire à l’arrière-plan. Les dialogues, quant à eux, sont artificiels, sans profondeur, le langage tantôt soutenu (utilisation du passé simple dans la conversation, temps utilisé à l’écrit, rarement à l’oral) et tantôt courant (« mon pote ») dans la même phrase. De même, les pensées du personnage principal paraissent bien trop structurées et ordonnées, avec un lexique évolué et soutenu. Elles ne paraissent donc pas réalistes. Par exemple page 20 : « Il doit avoir la clé du magasin pour ne pas avoir à frapper à la porte celui-là. Je pense donc qu’il s’agit d’une personne de confiance ». La pensée est rédigée et non pensée, comme le montre justement le verbe « penser », répété par la suite (« pensa Kris… »).

L’aspect le plus perturbant du roman est l’introduction d’éléments fantastiques, qui apportent stupeur et déconvenue à qui pensait avoir affaire à un roman, certes, mais sérieux dans son raisonnement scientifique. De plus, le personnage principal reçoit en pensée des vers d’Érechthée, sixième roi légendaire d’Athènes. Ces vers, qui riment, n’apportent que peu d’intérêt au reste du texte, déjà alourdi par la multiplication des citations et extraits de textes. Le dernier chapitre, entièrement fictionnel, plonge le lecteur dans le flou total, car il ne répond pas à toutes les questions que l’on se pose mais s’achève de manière inattendue, laissant le lecteur sur sa faim et sceptique sur la motivation de l’auteur.

Les personnages, auxquels on ne parvient pas à s’attacher, ne sont qu’un moyen de faire passer le discours, bien moins assimilable du fait de la distance que l’on garde avec le texte. Les extraits, les poèmes que l’auteur place dans la bouche d’Érechthée ainsi que les digressions fantastiques perdent le lecteur dans un dédale de réflexions dont il a du mal à démêler l’intéressant du superflu, voire de l’inutile. Le pari d’allier roman fantastique, essai philosophique et analyse scientifique est donc un échec.

Marietta Dromain

Docteure en archéologie grecque, Université Bordeaux Montaigne

À lire dans la R.E.A. :

Des Courtils (J.), « L’appareil polygonal « lesbien » et l’architecture éolique », R.E.A. 100-1, 1998, p. 125-137.

 

Citer cet article comme : Marietta Dromain, La dialectique et le souffle de l’architecture, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/01/2018, https://reainfo.hypotheses.org/10870.
Crédits image : première de couverture. © Éditions du Panthéon.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search