Être Achille ou Ulysse ?

Judet de La Combe (P.), Être Achille ou Ulysse ?– Paris : Bayard Éditions, 2017. – 94 p. – (Les petites conférences, ISSN : 1769-616X). – ISBN : 978.2.227.49228.8.

Dans la collection “Les petites conférences” (éditions Bayard) qui s’adresse aussi bien à des enfants (à partir de dix ans) qu’à des plus âgé.e.s, le philologue et helléniste Pierre Judet de La Combe s’interroge : “être Achille ou Ulysse ?”. Tout oppose en effet les deux héros, chacun personnage principal d’un des poèmes homériques, le premier de l’Iliade, le second de l’Odyssée : “la force active, violente, les pleurs et la tristesse pour Achille, et pour Ulysse la ruse, les malheurs, la réussite, et surtout le rire et la survie” (p. 11). Il fallait tout le talent des poètes pour les rassembler, en particulier celui d’Homère dont nul ne peut dire s’il a existé mais dont le nom dit bien la fonction assignée à la poésie ; Homêros, “celui qui sait mettre ensemble” (p. 13). Homère ne crée pas, il rassemble pour composer un chant poétique. S’il est aveugle, du moins si la tradition rapporte sa cécité, ce n’est pas sans lien avec sa poésie. Il chante un monde disparu, définitivement disparu, celui de demi-dieux, plus forts que les humains dont seuls les mots peuvent restituer la vérité : “Pour entrer dans ces poèmes, il faut rêver avec des mots” (p. 17).

Les anciens Grecs eux-mêmes parvenaient, en écoutant ces chants, à tenir à distance la violence de la guerre, qui y était omniprésente. La colère d’Achille, “charogne” selon la traduction choisie par Pierre Judet de La Combe, source de tant de désastres et de morts se sublime devant Priam, le père dont il a tué le fils, Hector. Le corps du héros troyen est rendu, ses funérailles peuvent avoir lieu. Le problème posé par Ulysse est différent, il est celui du retour, c’est-à-dire d’entrer le monde présent, celui des humains qui ne sont pas des demi-dieux. Au cours de son voyage, de son odyssée, il visite des mondes imaginaires qui “représentent des mondes irréels mais possibles, ce que des sociétés humaines pourraient être, des mondes qu’il faut quitter car nous n’y sommes pas chez nous” (p. 48). L’opposition entre la Phéacie et les Cyclopes est éclairante. Plus fondamentalement, Ulysse “doit abandonner tout ce qui n’est pas humain au sens d’une pure survie, d’une pure possibilité de vivre. Il doit se dépouiller de tout pour rentrer” (p. 63-64). De tout ce qui n’est pas humain en lui. “Le poème propose une réflexion très profonde sur ce qui constitue notre expérience d’être mortel” (p. 64).

En quelques dizaines de pages – le texte de la conférence est suivie d’une série de questions/réponses qui prolonge les réflexions de Pierre Judet de La Combe –, le lecteur et la lectrice sont plongé.e.s pour leur plus grand bonheur dans ces poèmes dont la puissante beauté est soulignée par plusieurs extraits traduits. Aussi bien destiné à celles et ceux qui les découvrent, à n’importe quel âge qu’aux spécialistes aguerri.e.s, ce livre apporte, si nécessaire, une preuve éclatante que la lecture de l’Iliade et de l’Odyssée est plus que jamais d’actualité.

Christophe Pébarthe

Maître de conférences H.D.R. en histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

Page Academia de Christophe Pébarthe

Citer cet article comme : Christophe Pébarthe, à propos de Être Achille ou Ulysse ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/01/2018, https://reainfo.hypotheses.org/10982.
Crédits image : première de couverture. © Bayard Éditions.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search