La Rome antique en 3 minutes chrono

Holland (S.),  La Rome antique en 3 minutes chrono. 30 faits fascinants expliqués en un rien de temps.  – Paris : Le Courrier du Livre jeunesse, 2017.- 96 p. : fig., biblio., index. – ISBN : 978.2.7029.1297.3.

Il est loin le temps où les premiers contacts avec le latin étaient « Rosa, rosa, rosam… », comme le chantait Jacques Brel, dans l’enfermement d’une classe plus ou moins poussiéreuse pour des collégiens boutonneux d’une douzaine d’années ! Les modes de vie ont changé, l’environnement aussi. La télévision a modifié les mentalités et fait qu’on s’intéresse maintenant aux civilisations avant de s’occuper des langues. L’image a pris de plus en plus d’importance ; le succès des bandes dessinées le démontre amplement. L’histoire romaine ne pouvait pas ne pas être touchée par ce mouvement : à preuve la création d’Astérix et ses aventures (ainsi que les personnages latins des autres BD exploitant cette thématique). Et puis sont arrivés les jeux vidéo où le performeur entre en imagination dans un monde virtuel…

C’est de toutes ces racines qu’est issu ce fascicule de Simon Holland. La Rome antique en 3 minutes chrono. 30 faits fascinants expliqués en un rien de temps est un livre pour jeunes enfants, garçons et filles, grâce auquel leur premier contact avec Rome, beaucoup plus précoce qu’autrefois (disons, lorsqu’ils savent lire), ne se fera pas dans « les pleurs et les grincements de dents », mais poussé par la curiosité et l’amusement. L’angle d’attaque est donc celui de la civilisation (même si, au détour de la page 58, un encadré montre au petit lecteur qu’il connaît déjà un peu la langue latine par le biais de certaines expressions françaises courantes). Trente sujets, très bien choisis eu égard à la psychologie enfantine, sont distribués en six parties : 1) Les Romains arrivent (cette partie traite de l’histoire de Rome), 2) Les Romains en guerre, 3) Technologie, art et architecture, 4) Vie et loisirs, 5) Idées et croyances, 6) La fin de l’Empire. Toutefois, compte tenu du fait qu’un gamin n’est pas capable de concentrer longtemps son attention, chaque point est traité en deux pages : celle de gauche développe le thème abordé en trente secondes (avec un résumé en trois secondes), celle de droite contient des illustrations et leurs légendes éclairant la question évoquée. Selon l’envie, chaque lecture pourra se limiter à ce « chapitre » d’une paire de pages ou être plus longue. Les images aux jolies couleurs dues à Adam Hill font de cet opuscule un très esthétique livre illustré pour la jeunesse. Elles ne sont ni trop simples ni trop compliquées, bien dans le goût du public visé. Dans l’ensemble, on ne relève guère d’erreur ; il est vrai que l’ouvrage a été supervisé par le Dr M. Nicholls, spécialiste de l’Empire romain, qui enseigne à l’Université de Reading en Angleterre, — le même qui a dirigé 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique (Le Courrier du livre, 2014) à l’intention des « grands ». (Toutefois, la formule de la page 88 « la basilique Sainte-Sophie — appelée “Hagia Sophia en turc” » peut induire en erreur, car si Hagia Sophia est le nom qu’on lui donne aujourd’hui en Turquie, l’expression Hagia Sophia n’est pas du turc, mais du grec).

La Rome antique est ici présentée de façon positive, et c’est avec beaucoup de tact que sont évoqués en passant des sujets qui pourraient susciter des polémiques comme le comportement vis-à-vis des esclaves ou de certaines religions. L’accent est mis sur la grandeur du peuple latin, sur ses réussites spectaculaires, sur ses qualités, sur ses réalisations qui, pour les unes, lorsqu’elles étaient d’ordre intellectuel, ont inspiré nombre de nos institutions, et pour les autres, d’ordre matériel, peuvent être encore vues de nos jours et, parfois, nous sont encore utiles. Ces traces de Rome dans notre vie d’aujourd’hui sont fortement mises en lumière. Bref, les Romains deviennent un peu des super-héros. Aussi, comme il est naturel à cet âge et vu la vogue des jeux de rôle, l’enfant aura envie de s’identifier à eux. Qu’à cela ne tienne ! Tout est prévu. Chaque chapitre, ou presque, propose une activité en rapport avec le thème qu’il aborde, (ce livre surfant un peu sur la vague des « ateliers » qu’offrent certains parcs d’attraction comme le MuséoParc d’Alesia, où les bambins peuvent par exemple confectionner leur propre lampe à huile). La Rome antique en trois minutes chrono suggère ce qui est appelé ici des « missions », par exemple « Fabrique un bouclier impérial », avec la marche à suivre et des fournitures très simples (une grande feuille de carton ondulé, des crayons de couleur, du papier de couleur, des ciseaux, du ruban adhésif). Certaines « missions » font davantage appel à la réflexion, comme « C’est à ton tour d’être un philosophe ! Quelles sont tes grandes idées ? »

Le français utilisé, dû à la traductrice C. Destruhaut, est tout à fait à la portée de son lectorat ; en outre, chaque partie commence par un glossaire expliquant clairement et simplement les termes techniques qui vont y être employés. Pour qu’ils comprennent mieux il est fait référence à des réalités que nos petits connaissent, ainsi page 78 il est expliqué qu’après le sacrifice rituel d’animaux, une fois offerte aux dieux la part qui leur revient, « les restes sont mangés ultérieurement lors d’une fête où le peuple est invité à se rassembler autour d’un savoureux barbecue » (cependant, p. 40, si le terme « borne kilométrique », pour désigner les milliaires qui jalonnent les voies romaines, permet à des intelligences juvéniles de bien saisir ce dont il s’agit, il demeure maladroit dans la mesure où le système métrique n’était pas en usage à cette époque-là, ce qui n’est pas précisé dans l’ouvrage). Le vocabulaire est celui qu’utilisent les jeunes : p. 64, aux bains on joue aux dés avec ses copains.

Le recueil fourmille d’anecdotes et fournit des détails bien choisis pour plaire aux enfants. Tout en restant dans les limites de la bienséance, il n’est pas jusqu’à leur goût de la provocation un peu « crado » qui ne soit un tantinet flatté, à l’occasion, dans le choix que fait l’auteur de donner certaines précisions, par exemple lorsqu’il évoque les toilettes publiques page 42 : « Les Romains n’utilisent pas de papier hygiénique mais une spongia, éponge fixée sur un long bâton. On la rince après usage puis on la remet en place pour l’utilisateur suivant ».

On l’aura compris, c’est un livre à offrir à sa progéniture en début de vacances. Il passionnera vos filles et vos fils. Qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil, ils y trouveront de la distraction et se cultiveront sans s’en douter tout en développant leur créativité, leur imagination, etc., démontrant au passage, s’il en était besoin, que Rome n’est pas l’apanage de savants surannés !

Pour finir, j’avoue qu’une question me taraude : pourquoi cette Rome antique en 3 minutes chrono s’appelait-elle dans l’édition anglaise de 2016 Ancient Rome in 30 seconds ? Les petits francophones auraient-ils l’esprit plus lent ?

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

À lire dans la R.E.A. :

Deschamps (L.), «  Hypothèses sur la satire Ménippée de Varron Περί εξαγωγής », R.E.A. 97-3/4, 1995, p. 623-625.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, La Rome antique en 3 minutes chrono, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/02/2018, https://reainfo.hypotheses.org/10998.
Crédits image : première de couverture. © Le Courrier du Livre jeunesse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search