Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire

Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire. – A. Michel éd. – Bordeaux : Ausonius Éditions, 2017. – 170 p. : bibliogr., index. – (In situ). – ISBN : 978.2.3561.3208.6.

Ce livret-guide consacré à l’église Saint-Seurin de Bordeaux est le premier d’une nouvelle collection (In Situ) lancée par les éditions Ausonius, participant à la mise en valeur de grands monuments et sites archéologiques. Réalisé par des chercheurs spécialisés et destiné à un large public, il se veut à la fois guide de visite et ouvrage de synthèse sur l’histoire de la basilique. L’église Saint-Seurin, située sur les chemins de Compostelle, est en effet un des monuments les plus emblématiques de Bordeaux et son intérêt scientifique dépasse largement l’échelle locale. Elle a par ailleurs fait l’objet de recherches récentes dans le cadre de nouveaux projets de valorisation, ce qui impliquait une mise à jour des connaissances sur le site. Ce livret constitue donc aujourd’hui l’ouvrage le plus actualisé et le plus accessible concernant l’édifice bordelais.

Il comprend cinq chapitres retraçant son histoire depuis les origines jusqu’à nos jours. Le premier, intitulé « l’évêque saint Seurin, entre histoire et légende », fait office d’introduction et présente les problématiques historiques liées à la figure du saint auquel est dédiée l’église et dont tout un quartier porte à présent le nom. L’identité et les origines légendaires de ce personnage, devenu évêque de Bordeaux au Ve siècle, sont considérées à travers les sources anciennes. Le développement de son culte à partir du VIe siècle, les réécritures de sa vie, les réaménagements de la basilique ou encore la mise en valeur du cimetière communautaire et de l’ancienneté du lieu de culte sont appréhendés en relation avec les intérêts des chanoines et les tensions concurrentielles vis-à-vis du chapitre cathédral pendant le Moyen Âge.

Les quatre parties suivantes décrivent l’évolution du site pendant les périodes antique, médiévale, moderne et contemporaine. Une frise chronologique au début de l’ouvrage (également reproduite sur le marque-page) permet de se repérer aisément entre les différentes phases. Leur lecture est facilitée par l’utilisation d’un code couleur, repris sur les plans de l’édifice et en fil conducteur au bas des pages. Chaque chapitre débute par une présentation générale du paysage bordelais, au sein duquel est replacé le pôle Saint-Seurin, permettant d’apprécier sa position ainsi que son rôle dans le développement urbain de Bordeaux. On pourrait regretter que pour les périodes anciennes la mise en contexte politique et économique ne soit pas plus approfondie, ce qui aurait permis de mieux comprendre les transformations et évolutions topographiques de la ville pendant l’Antiquité tardive et le Moyen Âge (telle qu’elle a été réalisée pour la période moderne). Néanmoins, ces passages accompagnés de plans de situation mettent en évidence les modalités d’expansion de la ville, ainsi que l’autonomie première de Saint-Seurin, ensemble constitué en sauveté au Moyen Âge et intégré assez tardivement comme faubourg à la ville. Suivent ensuite, pour chaque période, les descriptions détaillées du site et des acteurs de son développement, des espaces cultuels et de leur évolution, ainsi que des aménagements architecturaux et mobiliers.

Le second chapitre, « de la nécropole au culte des saints » remonte ainsi aux origines du site. L’évolution de la nécropole tardo-antique au cimetière médiéval, ainsi que le développement de la crypte à partir du Moyen Âge, sont exposés et abondamment illustrés. Les différents modes d’inhumation sont commentés et les sarcophages encore conservés et visibles sur place font l’objet d’une description spécifique.

Le chapitre suivant, de loin le plus dense, est centré sur « l’église » pendant la période médiévale, moment de la construction de la nouvelle basilique, de la constitution de la sauveté, de l’essor de son domaine viticole et de son influence face à la concurrence croissante de la cathédrale. La description de l’église romane, de ses remaniements gothiques et de ses structures annexes succède à la présentation de la communauté des chanoines et des reliques conservées dans la basilique. Les décors et représentations iconographiques de la tour-porche, du portail méridional et des aménagements liturgiques (albâtres des retables d’autels, chaire d’intronisation de l’archevêque) sont non seulement expliqués mais également contextualisés et mis en relation avec les messages religieux et idéologiques véhiculés par le collège des chanoines.

Le quatrième chapitre, « du XVIe siècle à nos jours », commente le développement du culte de saint Fort à l’époque moderne et les différentes restructurations de l’édifice suite aux destructions liées aux épisodes de guerres et crises ponctuant la période : construction du porche méridional au XVIe siècle, surhaussement du sol à l’extrême fin du XVIIe siècle, mise en place de l’orgue au XVIIIe siècle, nouvelle façade occidentale, réaménagements du chœur et installation des nouveaux vitraux au XIXe siècle, pour n’en citer que quelques-unes.

Le dernier chapitre présente enfin « les enjeux actuels », passant en revue les recherches archéologiques qui se sont succédées autour de l’édifice depuis le XIXe siècle, ainsi que les nouvelles technologies aujourd’hui disponibles pour aller plus loin dans la compréhension des phases les plus anciennes du site. La réouverture de la crypte au culte en 2015 marque un tournant dans l’histoire actuelle de la basilique, à la fois spirituel et patrimonial, participant pleinement aux perspectives de valorisation de Saint-Seurin envisagées pour l’avenir.

De petit format et agréable à parcourir, le volume est doté d’une riche documentation iconographique. Les éléments visibles sur place (ou dans les musées) sont mentionnés et la couverture coffret facilite une utilisation en cours de visite, assurant un accès rapide aux plans de l’église et de la crypte qui y sont représentés. L’ensemble est accompagné d’un lexique et d’un glossaire de termes architecturaux, enrichi de schémas explicatifs. Les descriptions architecturales peuvent toutefois paraître un peu obscures au lecteur non-spécialiste, d’autant plus que les différents auteurs n’utilisent pas toujours les mêmes termes pour désigner les mêmes réalités. Écrit par des chercheurs de différentes disciplines, historiens, historiens de l’art et archéologues, ce livre dépasse de loin sa fonction de guide et constitue un véritable ouvrage de synthèse. L’édifice religieux et son décor sont replacés dans leur contexte historique et artistique, le point est fait sur ce qui relève de l’histoire et de la légende, sur les implications idéologiques et mémorielles des reconstructions ainsi que de l’usage des reliques, mais également sur le rôle économique de l’ensemble Saint-Seurin. Le volume s’adresse ainsi à la fois aux spécialistes, aux passionnés d’architecture, d’art et d’histoire, aux visiteurs de passage mais également aux habitants et paroissiens fréquentant le site tout au long de l’année et qui ne manqueront pas d’y (re)découvrir la profondeur historique et la richesse monumentale du site de Saint-Seurin.

Christelle Ehrhardt

Doctorante LabEx LaScArBx

Page Academia de Christelle Ehrhardt

À lire dans la R.E.A. :

Courtault (P.), « Inscription chrétienne du cimetière primitif de Saint-Seurin à Bordeaux », R.E.A. 12-1, 1910, p. 67-72.

Citer cet article comme : Christelle Ehrhardt, Saint-Seurin de Bordeaux, un site, une basilique, une histoire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/02/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11007.

Crédits image : première de couverture. © Ausonius Éditions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search