La chute de l’Empire Romain. Une histoire sans fin

Lançon (B.), La chute de l’Empire Romain. Une histoire sans fin. – Paris : Perrin, 2017. – 352 p. : bibliogr., carte. – (Synthèses historiques). – ISBN : 978.2.262.04826.6.

Après Idées reçues sur les Romains (Le Cavalier bleu, 2005) et Théodose (Perrin, 2014), Bertrand Lançon (BL) fait opportunément paraître un ouvrage de réflexion historiographique à propos de la prétendue chute de l’empire romain, voué à mettre en lumière les déformations idéologiques que subissent les événements traités par les esprits inquiets, prompts à y projeter leurs craintes et leurs fantasmes.

Divisée en treize chapitres, dont l’auteur baptise les onze derniers « miroirs » afin de souligner la déformation que les diverses représentations font subir à la vérité, précédés d’une préface de Giusto Traina et d’un préambule, cette étude progresse de façon toujours cohérente vers sa conclusion, laquelle s’assortit d’une apostille : la chute de l’empire romain est une idée fausse, et moderne.

La préface de Guisto Traina introduit le projet de BL de questionner le paradigme de décadence ou de chute, longtemps employé pour caractériser le Ve siècle de notre ère dans l’empire d’Occident, mais qualifié d’emblée par le préambule de « symbiote culturel qui nous fait parler de nous », puis, plus loin, de « phénomène plus historiographique qu’historique » (p. 34). Désireux de réduire à sa portion congrue la réalité d’une prétendue « chute » de l’empire romain, qui n’est que le fruit d’une « dramaturgie construite sur des fantasmes » (p. 24), BL s’attache à développer, point par point, l’inanité des diverses tentatives de justification de cette représentation catastrophiste de l’histoire de l’Antiquité tardive.

Dans le sillon de Frédéric Ozanam et de Alexander Demandt, BL réaffirme dans le premier chapitre, « Une affaire non classée », que les causes traditionnellement avancées pour conclure à une chute de l’empire romain ne tiennent plus, et ne sont affaire que de récupération idéologique ; ce à quoi l’auteur oppose une vision continuiste de l’histoire, délestée du poids des enjeux contemporains. Ce point est illustré au chapitre suivant, « La chute de l’empire romain n’aura pas lieu », qui rappelle les positionnements idéologiques adoptés par quelques historiens « néogibboniens » pour justifier leur vision décadentiste de cette période, et leur propension à vouloir lire, dans les faits, de grandioses extinctions. Le problème méthodologique de la datation d’une prétendue chute est ensuite discuté : la cessation de la succession impériale est un non-événement, d’autant plus que le maintien d’un système administratif romain bien au-delà de 476 dans une zone géographique large contredit l’idée d’une chute ponctuelle, point développé dans le chapitre XI. Néanmoins, si chute il y a, son point de départ est à rechercher dans le trauma occasionné par le sac de 410, auquel est consacré le chapitre III, premier des douze « miroirs » renvoyant l’image d’un empire obsolescent. Dans cette section, la plus longue du volume, intitulée « Roma inrupta : le sac de 410 », on lit que le premier blocus gothique fit naître l’idée que Rome n’était peut-être pas éternelle, mais que cet événement, certes traumatique, et à l’origine de pertes économiques et démographiques considérables à Rome, n’eut pas de conséquences véritablement définitives pour l’empire, et que les sources immédiatement contemporaines demeurent laconiques à ce sujet : il faut attendre quelques années pour que les auteurs commentent ce choc qui raviva d’ailleurs la polémique entre païens et chrétiens (notamment Jérôme, Augustin et Orose) à propos d’un possible châtiment divin. BL corrige également ici le cliché qui assimile les Goths à des hordes barbares, soulignant la légitimité de leurs prétentions : il poursuit ce dessein dans son deuxième miroir, « Le spectre des grandes invasions », révélant que la doxa universitaire française, associant les peuples extérieurs à des « barbares » (terme aujourd’hui inadéquat) corrupteurs de la pureté romaine n’est qu’une projection erronée, influencée par l’état des relations franco-germaniques depuis la fin du XIXe siècle, et aujourd’hui encore, par la problématique migratoire. BL rejette ainsi une lecture trop servile des sources qui insistent sur la violence « barbare » et invite à envisager l’évolution sémantique de ce terme dès l’antiquité tardive, ainsi que l’apparition d’une ethnogenèse concomitante pour ces peuples, afin de mieux rejeter toute tentative de rapprochement entre les migrations antiques et actuelles. Ce ne fut pas plus « le rétrécissement territorial de l’Empire d’Occident » (cinquième chapitre, illustré de quatre cartes de l’empire), particulièrement manifeste à partir de 439 avec la perte de l’Afrique, qui engendra la fin de l’empire romain d’Occident : même dans les royautés barbares, la romanité se maintient dans la plupart des cas par l’intermédiaire de ses élites. Semblablement, « l’emprise des maladies sur la démographie » (chapitre VI), et notamment du saturnisme et d’affections dermatologiques (dont l’ampleur fut largement surévaluée dans l’historiographie), n’est pas responsable d’un quelconque effondrement de l’empire ; et ce, quoique l’humanité soit volontiers présentée par les sources chrétiennes comme un « nosomonde », un univers moribond qui trouvera son salut dans la foi. D’ailleurs, il n’y a pas lieu de voir dans la croissance démographique un gage de prospérité pour l’empire, non plus qu’un facteur de chute ; nulle conjecture climatique ne justifie un prétendu écroulement de l’empire, que n’explique pas non plus « l’idée d’un collapsus économique » (chapitre VII) : malgré la variabilité des frappes monétaires, des diverses productions et des postes du budget impérial au cours des Ve et VIe siècles, la fiscalité n’est pas si étouffante qu’on l’imagine, et l’art de vivre romain se maintient. Le chapitre suivant évoque « la perception d’un christianisme délétère » (chapitre VIII) par les auteurs tardo-antiques et modernes, en dépit des divisions innombrables au sein de l’Eglise chrétienne qui se présente, elle, au contraire, comme un facteur d’unité salvatrice pour l’empire. BL récuse ensuite, dans son huitième « miroir », « la croyance en un affaissement culturel » : les productions écrites demeurent nombreuses, témoignant d’une circulation dynamique des idées par l’art épistolaire et historique, qui sont les armes d’un débat rhétorique religieux toujours vivace entre chrétiens et païens ; les autres genres littéraires ne sont pas en reste. Au chapitre suivant, BL s’attaque à l’idée d’une « une décadence morale fantasmée », que véhiculent certaines œuvres littéraires et picturales modernes en voulant peindre l’Antiquité tardive, mais qui reflètent en réalité la décadence des temps dans lesquelles elles s’inscrivent elles-mêmes. Ce n’est pas non plus à la disparition du dernier empereur d’Occident, ni à un quelconque « effacement des structures de l’État » (structures qui se maintiennent de fait dans les royaumes barbares où le droit romain se perpétue aussi malgré la disparition des « provinces »), qu’il faudrait imputer la chute de l’empire romain, qui n’est pas un événement historique. L’affaiblissement du pouvoir impérial ne relève pas de la responsabilité de ses représentants en Occident, mais bien plutôt des choix de l’Orient, avare de moyens financiers et militaires consentis à la pars occidentalis dont l’extinction est délibérée ; l’ « évanouissement », lui, avéré, de l’armée romaine n’est qu’un épiphénomène. Le douzième chapitre, « Romulus Augustulus en 476. Acmé du pathétique et esthétisation dérisoire du crépuscule », démontre que la déposition du dernier empereur d’occident par Odoacre n’a aucun relief particulier dans les chroniques, loin du pathos dont l’histoire moderne revêt ce « non-événement » ; Romulus Augustule, dont la figure est ici réhabilitée, a même joui d’une « retraite dorée »… « Apocalypse Now à l’américaine et chute à l’européenne », treizième chapitre, revient sur les tropismes déclinistes véhiculés par le cinéma et la littérature scientifique américaine et européenne après la guerre froide.

BL propose ici et là de nouveaux éléments de définition et de datation de la fin (plutôt que « chute ») de l’empire romain, débarrassée de tout pessimisme : elle naît certes de la séparation, d’avec l’Orient, d’un Occident morcelé et coupé de sa matrice hellénistique, mais aussi du remplacement et de l’obsolescence, au VIIe siècle, du système des institutions et du droit romains (p. 180 et 227).

Nourrie de nombreuses références artistiques, littéraires et cinématographiques contemporaines, la pensée de BL se déploie librement, « à sauts et à gambades », pour mettre en lumière le phénomène d’interprétation – souvent erronée – surgi dans le discours historique et les clichés qu’il génère. Une bibliographie sélective, ainsi qu’un appareil de notes, complètent les sections de ce volume, somme variée de pensées et de savoirs réévalués à propos d’une période volontiers mythifiée et dramatisée dans l’historiographie moderne.

Lucie Desbrosses

Doctorante en Histoire romaine, Université de Franche-Comté

À lire dans la R.E.A. :

Demougeot (E.), « A propos des interprétations de la chute de Rome et du déclin de l’Empire romain  », R.E.A. 90-3/4, 1988, p. 423-435.

Citer cet article comme : Lucie Desbrosses, La chute de l’Empire Romain. Une histoire sans fin, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/04/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11016.
Crédits image : première de couverture. © Perrin.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.