Iliade Tome 2 : La guerre des dieux

Bruneau (Cl.), Taranzano (P.), L’Iliade, Tome 2 : La guerre des dieux. – Paris : Glénat, 2017. – 56 p. – (La sagesse des mythes). – ISBN : 978.2.344.01193.5.

Transmettre une œuvre telle que l’Iliade au grand public est une véritable gageure ; combien d’étudiants pourraient dire que le texte est indigeste, regorge de redondances et de paraphrases immenses. Il reste qu’il s’agit d’un document fondateur de l’Histoire grecque, riche d’anecdotes et d’informations précieuses aux archéologues, historiens et lettrés, et dont la trame surpasse de loin bon nombre de films épiques ou d’aventures modernes.

Le but de Luc Ferry était donc double : raconter la grande histoire de la Guerre de Troie, au-delà de l’Iliade même, et la rendre accessible au grand public sans en ôter la rigueur scientifique. Ce pari est réussi.

Ce tome 2 poursuit brillamment le développement de l’Iliade sans pour autant commencer là où le tome 1 s’est arrêté. En effet, le chant VI, qui relatait une conversation entre Hector et son épouse Andromaque, a été occulté. L’ouvrage débute donc avec la chant VII et le duel entre Hector le Troyen et Ajax le Grand, prince de l’île de Salamine ; il s’achève au milieu du chant XVIII[1], lorsqu’Achille apprend la mort de son cousin et ami Patrocle et qu’il se rend devant les murs de Troie afin de récupérer sa dépouille.

Ce tome ne comporte pas d’épisode extérieur à l’Iliade, comme le tome 1, qui permettait de replacer l’œuvre dans un contexte mythologique plus global et d’exposer la situation. En revanche, la part belle est donnée aux divinités et à leurs complots (et tous les moyens utilisés pour parvenir à leurs fins), qui enlisent les deux camps dans des luttes infinis. Ce tome montre bien que la guerre n’est pas entre les mains des Hommes mais des dieux et qu’une manigance peut facilement faire basculer la victoire d’un côté ou d’un autre. Au centre de ces disputes divines, les Grecs et Troyens combattent, et bien qu’édulcorée la violence des conflits n’est pas occultée.

Le graphisme de l’œuvre est à la hauteur des espérances, les décors, tenues et accessoires très réalistes. Les scènes principales et les ambiances de l’Iliade sont conservées, bien que l’on aurait parfois aimé plus de détails (une identification plus précise des personnages par exemple) et plus encore de références aux autres œuvres en marge de l’œuvre principale. Certaines scènes auraient pu être plus développées. Mais ces remarques sont mineures et n’ôtent rien à la qualité du travail ; elles reflètent seulement une volonté d’en avoir plus, donc du plaisir à le lire.

On retrouve le cahier pédagogique à la fin du tome. Il y est fait référence à Achille et la mort héroïque, ou la vision qu’avait les Grecs de la mort au combat, qui promet une gloire éternelle et constituait l’idéal grec. L’histoire d’Achille, ce héros grec par excellence, est également évoquée, dans ce que sa vie a d’héroïque mais aussi son « talon d’Achille », cette unique faiblesse qui conduira à sa mort. L’évocation du destin des héros conduit aussi à parler d’Ulysse, un roi Grec dont le destin est très différent de celui d’Achille mais qui gagna ses galons de héros par d’autres moyens.

Ce tome 2 s’est donc montré à la hauteur du tome 1 et provoque une réelle attente quant au chapitre final, dont l’on connaît pour beaucoup l’issue mais qui se donne à redécouvrir.

Marietta Dromain

[1] Aux alentours des vers 230-235.

À lire dans la R.E.A. :

Cosset (E.), « Choix formulaire ou choix sémantique ? La désignation d’Ulysse et de la Lance (εγχος) dans l’Iliade« R.E.A. 85-3, 1983, p. 191-198.

Citer cet article comme : Marietta Dromain, Iliade Tome 2 : La guerre des dieux, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/03/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11064.

Crédits image : Troie, page 3. © Glénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *