Rituels Grecs. Une expérience sensible

Cette exposition s’articule autour des quatre temps forts de la vie des anciens Grecs, à savoir le monde funéraire, le banquet, le sacrifice et le mariage. Si elle fait état des connaissances sur le sujet, elle revendique également une volonté de dépayser le visiteur et constitue une exposition expérimentale destinée à solliciter activement les cinq sens déjà définis au IVe siècle avant J.-C. par Aristote. Elle fait suite à la conduite du projet de recherche Synaesthesia, mené depuis deux ans par Adeline Grand-Clément et Anne-Caroline Rendu-Loisel.

La grande salle d’exposition temporaire du Musée Saint-Raymond est divisée en quatre parties. La première partie consacrée au mariage montre une nouvelle fois des reconstitutions des éléments utilisés pour les offrandes et la préparation des corps. Couleurs, textures et senteurs peuvent être saisies par le public. Une teinture expérimentale au safran illustre un vêtement porté par la mariée lors de la cérémonie. L’éclairage choisi permet de mettre en valeur et de saisir les détails présents sur chaque élément de l’exposition.

Fig. 1. Vêtement porté par la mariée lors de la cérémonie

Un deuxième espace est consacré au sacrifice. L’iconographie issue des vases grecs à figures rouges illustre les différents moments du sacrifice mais aussi ses différents types (sanglant et non sanglant, libation, etc.). Elle est complétée par les pictogrammes muraux dorés qui apparaissent progressivement au public sur les façades de l’exposition aux couleurs bleu nuit et blanc. On trouve également, au pied d’un olivier orné, la reconstitution d’un autel et de ses offrandes. Une petite partie rappelle visuellement et olfactivement que le sacrifice revêt également un enjeu culinaire puisque la viande consacrée est également cuisinée et consommée par les hommes.

Fig. 2. Espace 2 consacré au sacrifice

Dans un troisième temps, c’est le banquet qui s’offre au visiteur. Privilège masculin, le symposion (mot grec pour signifier l’institution du banquet) est illustré grâce à des vases antiques et des reconstitutions modernes, rappelant l’importance de l’aulos (un exemplaire de flûte en os exposé) et du vin. Quelques bronzes sont également exposés, notamment des louches, à proximité du cratère servant à mélanger l’eau et le vin. La muséographie sert ici habilement la reconstitution historique et pratique en tentant d’offrir une contextualisation de l’usage clairement explicite. L’utilisation de la coupe attique est d’ailleurs mise en abîme de façon humoristique car étant représentée… sur une coupe attique ! L’espace propose enfin de solliciter les papilles du visiteurs en suggérant des mets antiques présents lors du banquet (raisins secs, amandes, mûres, graines de carthame, pois chiches grillés, etc.). Enfin, une banquette avec étoffes et coussins est également présente et disponible.

La dernière salle fait le choix de l’émotion en abordant la thématique funéraire. Les stèles exposées ont été choisies pour leur expressivité et sont porteuses de sens même pour un public contemporain. On trouve également un fac-similé de la stèle de Seikilos portant une inscription musicale. Chaque partie de l’exposition est par ailleurs équipée de points sonores permettant d’entendre des reconstitutions d’instruments et de documents musicaux (deuxième hymne delphique, fragments de Contrapollinopolis, etc.) mais aussi des psalmodies de textes littéraires autrefois chantés (L’Iliade, extrait d’Oedipe à Colone de Sophocle, etc.). Cette dernière partie met l’accent sur le mobilier funéraire mais aussi sur son contenu (parfums, onguents, tissus), qu’il soit utilisé comme offrande aux dieux ou pour préparer le défunt. Eux aussi reconstitués et disponibles à la vue et l’odeur du public, ils marquent les quatre temps des funérailles (lavement du corps, transport vers la sépulture, mise au tombeau et retour).

Fig.3. Fac-similé de la stèle de Seikilos

 

L’ensemble forme un exposé dynamique et interactif au public. La clarté des panneaux et l’aspect ludique des étalages contribuent à rendre cette exposition accessible au plus grand nombre. Le catalogue qui en est issu, codirigé par Adeline Grand-Clément et Evelyne Ugaglia, commissaires de l’exposition, est constitué de plusieurs articles de spécialistes des sens au cœur de cette exposition (Lydie Bodiou, Pierre Brulé, Amandine Declercq, Nikolina Klei, Véronique Mehl, Sylvain Perrot, Ghislaine Vandensteendam) et offre une iconographie de très haute qualité, le tout en 173 pages. L’ouvrage s’articule autour des quatre thématiques de l’exposition : mariage, sacrifice, symposion et funérailles. Les 48 notices objets sont réparties selon cette division et une dizaine de documents sont à chaque fois positionnés après les articles liés à chaque thème. Le Musée Saint-Raymond propose par ailleurs une sélection bibliographique dédiée. L’ouvrage comme l’exposition combinent habilement l’étude rigoureuse de la documentation historique et l’apport précieux de l’archéologie expérimentale qui tente, en assumant sa part d’incertitude, de reconstituer les lacunes historiques.

Arnaud Saura-Ziegelmeyer

Docteur en Sciences de l’Antiquité, Université Toulouse II Jean Jaurès, laboratoire PLH-ERASME

À lire dans la R.E.A. :

Holtzmann (B.), « Le motif du banquet couché dans le monde grec », R.E.A. 85-3/4, 1983, p. 275-281.

 

Citer cet article comme : Arnaud Saura-Ziegelmeyer, Rituels Grecs. Une expérience sensible, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/02/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11124.
Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.