Habiter Lugdunum

« L’habitat antique de Lugdunum. Journée d’études organisée à Lyon, le 23 septembre 2017 »

L’habitat antique de Lugdunum est une journée d’études qui s’est tenue le 23 septembre 2017 à Lyon. Elle a été conçue par ses organisatrices, Hélène Wurmser (université Lyon 2, USR 3155 IRAA) et Emmanuelle Dumas (université Lyon 2, USR 3155 IRAA), comme une journée dédiée à la présentation de travaux en cours et de perspectives de recherches sur le modèle de celle sur l’habitat hellénistique de Délos qu’Hélène Wurmser avait organisé en 2015 dans le cadre de l’action transversale Dire, construire et habiter la maison de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux.

La matinée de la journée sur l’habitat antique de Lyon fut consacrée à la présentation d’habitats antiques découverts ces dernières décennies ainsi qu’à des synthèses sur des types particuliers de maison ; et son après-midi aux objets et aux décors qui les ornaient.

Elle débuta par une introduction où les organisatrices s’intéressèrent à l’épistémologie des recherches sur les maisons antiques puis à l’historiographie de celles concernant plus spécifiquement l’architecture domestique de Lugdunum.

La première communication de la matinée porta sur les domus de l’Antiquaille et l’urbanisation des pentes de la colline de Fourvière. Étienne Hofmann (Service archéologique de la ville de Lyon, UMR 5138 ArAr) y présenta deux maisons urbaines qu’il fouilla à l’emplacement de l’ancien hôpital de l’Antiquaille et dont la vaste surface au sol (plus de 1000 m2) et l’importance de leurs aménagements hydrauliques montre que le quartier où elles furent édifiées autour du changement d’ère, était déjà un lieu de résidence prisé par une population aisée au Haut-Empire. La chronologie de leur occupation, de l’époque augustéenne à l’époque sévérienne, confirme l’urbanisation de ce secteur dès l’époque augustéenne et conforte l’idée que ce quartier ne fut occupé que jusqu’au IIIe siècle.

Guillaume Maza et Yannick Teyssonneyre (Evéha, UMR 5138 ArAr) présentèrent ensuite les résultats de la fouille qu’ils menèrent dans la plaine de Vaise aux 11-13 rue Roquette où un édifice ouvert par une large baie sur un petit jardin d’agrément et un moulin hydraulique qui fonctionna jusqu’à l’époque flavienne, ont été bâtis dans la première moitié du Ier siècle sur une parcelle qui avait été palissadée à l’époque augustéenne. La localisation de ces vestiges dédiés à la production et à l’agrément dans la campagne proche de la ville de Lugdunum les invite à penser qu’ils devaient appartenir à un habitat rural dont la partie résidentielle n’aurait pour l’instant pas été repérée.

La troisième communication s’intéressa aux habitats suburbains. Emmanuelle Dumas présenta différentes façons d’habiter sub urbe à Lugdunum que ce soit dans les faubourgs de la ville antique, dans le bourg qui se forma au bord de la Saône à quelques kilomètres en amont de la ville antique ou dans sa proche campagne ; elle montra ainsi des exemples d’habitats qui ont été construits côte à côte et le long des voies et d’autres d’habitats qui ont été bâtis en retrait des axes principaux et des autres constructions. À la suite de ce rapide tour d’horizon des différentes façons d’habiter sub urbe, elle brossa un tableau des dynamiques spatiales de l’occupation de la proche périphérie de Lugdunum au cours du Haut-Empire pour interroger l’insertion de ces habitats et de leurs activités économiques, lorsqu’ils en ont eu une, au sein de ce territoire suburbain.

La dernière intervention de la matinée fut consacrée aux habitats modestes de Lugdunum. Benjamin Clément (Archeodunum, UMR 5138 ArAr) présenta les différents plans qu’ils pouvaient adopter et montra qu’ils se composaient souvent de trois ou quatre pièces auxquelles on accédait depuis la rue par un couloir ou un escalier et qu’ils étaient fréquemment associées à des espaces dédiés aux activités artisanales ou commerciales. Il s’intéressa ensuite à la manière dont ils ont été construits, à celle dont ils ont été décorés et aux mobiliers qui les meublaient et que le hasard des découvertes récentes à Lyon et à Vienne a permis de bien documenter. La présentation des résultats de ces fouilles permit ainsi de mieux appréhender ce type de maisons et le mode de vie de ses habitants.

L’après-midi s’ouvrit par une communication sur la gestion des déchets issus du fonctionnement d’une maison que ce soit celle des déchets alimentaires, celle des objets hors d’usage ou celle des eaux usées. Tony Silvino (Evéha, UMR 5138 ArAr) partit de l’exemple de deux habitats urbains du Haut-Empire qu’il fouilla dans l’emprise de l’hôpital de Fourvière et présenta les ordures ménagères qui y ont été découverts ainsi que le lieu de leurs dépôts (des fosses creusées dans les maisons, sous leurs portiques et dans la rue) ; le réseau de canalisations destinées à évacuer les eaux usées et les dépôts de déchets issus de la production artisanale et des activités de boucherie. L’étude du mobilier découvert lui permit ainsi d’appréhender l’approvisionnement des habitants du quartier, leurs habitudes de consommation, ainsi que la question de la gestion individuelle ou collective des déchets domestiques, artisanaux et de boucherie à l’échelle du quartier.

L’intervention suivante aborda la question du mobilier lapidaire des maisons antiques lyonnaises. Maria-Pia Dardable-Audoin présenta les éléments de statuaires et de mobilier en pierre qui ont été découverts en contexte d’habitat à Lyon. Leur répertoire comportait des scènes de genre avec des personnages de la vie quotidienne (pêcheur, jeune fille assise) ; des séries de sculptures animalières qui décoraient les maisons et leurs jardins et qui se caractérisent à Lyon par leur petite taille ; des portraits de personnage dont une tête impériale découverte récemment lors des fouilles de l’Antiquaille ; des décors dionysiaques sur des oscilla ainsi qu’un exemple de sculpture religieuse qui prenait place dans un laraire domestique. Elle mit ainsi en avant la proximité des thèmes iconographiques choisis pour orner les maisons lyonnaises avec ceux répertoriés par ailleurs dans des maisons de Gaules ou d’Italie ainsi qu’une tendance identique au réalisme héritée de l’art hellénistique et micrasiatique.

Marjorie Leperlier (Service archéologique de la ville de Lyon) s’intéressa ensuite aux décors peints des maisons de Lugdunum. Elle présenta les ensembles qui ont été mis au jour ces cinq dernières années dans des maisons urbaines de la colline de Fourvière ou de la Presqu’île avant de proposer un aperçu de l’évolution des décors des maisons lyonnaises au cours du Haut-Empire et de s’interroger sur une éventuelle différentiation de leur décor en fonction de l’emplacement de la maison à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville et sur les influences iconographiques de la peinture lyonnaise.

La journée s’acheva par la communication de Laudine Robin (Evéha, UMR 5138 ArAr) sur le vaisselier en verre des habitats lyonnais. Elle présenta des lots de vaisselles découverts en contexte d’habitat, compara leur qualité, leur quantité ainsi que les pièces en verre présentes dans différents vaisseliers domestiques contemporains. Leur mise en série avec les formes produites à la même période dans les ateliers de verrier lyonnais lui permit d’aborder la question des productions locales et des pièces importées au sein des différents vaisseliers domestiques mis au jour à Lyon.

Emmanuelle Dumas

Doctorante à l’université Lyon 2, USR 3155 IRAA)

À lire dans la R.E.A. :

Bruhl (A.), « Lyon, Vienne et l’Espagne  », R.E.A. 64-1/2, 1962, p. 54-58.

Citer cet article comme : Emmanuelle Dumas, Habiter Lugdunum, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/03/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11129.
Crédits image : affiche de l’évènement, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.