L’artisanat à l’époque gallo-romaine

Gonzales (A.), Tirologos (G.), L’artisanat à l’époque gallo-romaine. Les ateliers d’Epomanduodurum. DVdrom. – Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2017. – (Institut des sciences et techniques de l’Antiquité ISTA). – ISBN : 978.2.84867.592.3.

Les Presses universitaires de Franche-Comté ont sorti en 2017 un DVD intitulé « L’artisanat à l’époque gallo-romaine, les ateliers d’Epomanduodurum » dans leur collection Institut des sciences et techniques de l’Antiquité (ISTA). Ce DVD, réalisé avec le soutien de la Région Franche-Comté, du Pays de Montbéliard Agglomération et du Département du Jura, a été conçu comme un outil pédagogique et comme un support de valorisation du territoire régional par Antonio Gonzales, professeur d’Histoire romaine à l’Université de Franche-Comté et directeur de l’ISTA, et par Georges Tirologos, Ingénieur d’études à l’ISTA. Il est ainsi adressé à un large public intéressé par l’histoire du monde romain ou par les richesses du patrimoine local. Le DVD se compose d’un film de 32 minutes et d’un livret de sept pages.

Le film est organisé en huit chapitres : les deux premiers, introductifs, sont consacrés à la Gaule et à la Séquanie et à l’artisanat à l’époque romaine, les cinq suivants au savoir-faire des artisans romains qui fabriquent la céramique, travaillent le métal, le verre, font de l’artisanat textile, de la salaison ou de la fumaison, tandis que le dernier chapitre est dédié à l’agglomération d’Epomanduodurum (actuelle Mathay-Mandeure) et à ses ateliers artisanaux.

Le film s’ouvre donc avec un chapitre sur la Gaule et la Séquanie (durée : 2’50) qui aborde la question de l’organisation des Gaules après la conquête césarienne et celle des voies de communication (terrestre et fluviale) sur lesquelles pouvaient être transportées les marchandises. Il est ensuite suivi d’un chapitre sur l’artisanat à l’époque romaine qui s’attache à définir les notions d’artisan et d’artisanat à l’époque antique et aborde la question de l’organisation des artisans (durée : 2’06).

Les cinq chapitres suivants : la céramique (durée : 2’48), la métallurgie (durée : 2’53), la verrerie (durée : 4’13), l’artisanat textile (durée : 3’16), la salaison et la fumaison (durée : 1’32) décrivent les différentes étapes de la chaîne opératoire de ces artisanats ainsi que les différents types objets qui ont été produits. Le discours technique qui explique les différents procédés de fabrication est accompagné d’images virtuelles animées, de vidéos d’artisans au travail, de représentations antiques d’artisans et de photographies d’artefacts archéologiques qui rendent aisément compréhensible les différentes étapes décrites.

Le dernier chapitre, le plus long (durée : 10’46), est dédié à la restitution à un large public des résultats des recherches qui ont été menées depuis une trentaine d’années sur l’agglomération antique de Mathay-Mandeure et sur ses installations artisanales. La topographie de la ville d’Epomanduodurum, son urbanisme, sa parure monumentale et des exemples de plans de ses bâtiments domestiques et artisanaux sont d’abord présentés à l’aide d’un plan topographique des vestiges qui ont été découverts dans l’agglomération séquane, d’une restitution en 3D de la ville antique et illustrés par des photos des vestiges qui y ont été mis au jour. Une fois ce cadre général posé, la question des ateliers d’Epomanduodurum est abordée à travers les exemples de deux quartiers qui ont livré un nombre important de vestiges artisanaux (de potiers ; de métallurgistes ; de verriers, de tabletiers et de fumaison de la viande), celui du Faubourg du Pont et celui de l’Essarté. Le quartier de l’Essarté, le plus excentré par rapport au coeur de la ville, est le premier à être présenté : son organisation est décrite à différentes échelles (celle de l’îlot, celle de la parcelle et celle de la rue) puis une promenade virtuelle dans une rue commerçante du quartier où plusieurs ateliers-boutiques se côtoyaient (un marchand de tissus, un verrier, un boulanger, un forgeron et une taverne) est proposée en interlude au spectateur avant la présentation d’un second quartier qui a livré de nombreux vestiges d’artisanat, le Faubourg du du Pont. Les questions de son organisation et de la répartition topographique de ses artisans sont alors abordés à l’aide de la restitution virtuelle de la ville et les différentes activités artisanales qui y ont eu lieu sont illustrées par des photos des vestiges qui y ont été découverts. La présentation de la parcelle fouillée au lieu-dit Champs des Isles qui a accueilli un potier au Ier siècle puis un boucher au IIe siècle est ensuite l’occasion d’aborder l’organisation d’un atelier à l’aide d’un plan des vestiges découverts et de leur restitution virtuelle en 3 dimensions. La présentation concomitante d’un plan, de photos des structures artisanales qui ont été découvertes et de leur restitution virtuelle permet au public de se faire une bonne idée des éléments qui ont permis d’élaborer cette restitution graphique.

Le film s’achève ensuite sur une série de photos de vestiges découverts à Epomanduodurum.

Le livret qui accompagne le DVD fournit des repères chronologiques sur des événements qui ont concerné les Gaules entre le milieu du Ier siècle avant J. -C. et le IIe s. siècle J. -C. ; ainsi qu’un sommaire du DVD ; un petit texte sur les activités économiques des Séquanes et sur le rôle de Mandeure dans leur économie ; des exemples de recettes romaines du livre d’Apicius à base de porc dont l’élevage était une spécialité séquane ; un lexique et une présentation de l’Institut des Sciences et Technique de l’Antiquité. D’un usage simple, le livret constitue un bon complément au film pour qui souhaite approfondir quelques points historiques, de vocabulaire, un peu mieux connaître l’activité économique des Séquanes ou s’essayer à la cuisine antique.

Ce DVD s’attache ainsi à restituer à un large public les résultats des recherches menées ses trente dernières années sur l’artisanat antique et sur l’agglomération d’Epomanduodurum. Il fournit un bon aperçu des connaissances que les fouilles et les prospections ont permis d’acquérir sur l’agglomération antique de Mandeure et son artisanat. Le discours clair, synthétique et de qualité du film et du livret le rend adapté au large public auquel il s’adresse. La riche illustration qui l’accompagne associe, à propos, des représentations antiques, des objets antiques, des vestiges archéologiques et des restitutions virtuelles. Ce film de valorisation pédagogique, classique dans sa forme, permet au spectateur d’appréhender l’urbanisation de l’agglomération d’Epomanduodurum grâce à la présentation d’une restitution virtuelle en 3D de la ville, de mieux connaître ses ateliers artisanaux et le savoir-faire des artisans romains et vient compléter sur ces questions le fascicule d’Archéologie en Franche-Comté qui avait été consacré en 2011 à la ville antique de Mathay-Mandeure.

Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie à l’université Lyon 2, IRAA, MOM

À lire dans la R.E.A. :

Hoët-Van Cauwenberghe (Chr.), Jacques (A.) « Artisanat et commerce : l’apport, Artisanat et commerce : l’apport des étiquettes de plomb inscrites découvertes à Arras (Nemetacum) », R.E.A. 112-2, 2010, p. 295-317.

Citer cet article comme : Emmanuelle Dumas, L’artisanat à l’époque gallo-romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/03/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11131.
Crédits image : première de couverture. © Presses universitaires de Franche-Comté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.