Les petits mots d’Etymo

Lambde (V.), Les petits mots d’Étymo. – Paris : Larousse, 2017. – 200 p. – ISBN : 978.2.03.591957.1.

Voici un petit livre, à mi-chemin entre le dictionnaire et l’encyclopédie, qui se propose d’initier les enfants à partir de 7 ans à l’étymologie de la langue française. Les intentions sont louables mais le résultat est décevant, pour trois raisons principales : le parti-pris, le défaut de cohérence, le manque de clarté.

Le parti-pris tout d’abord. Le titre, « Les petits mots d’Étymo », ainsi que le résumé sur la quatrième de couverture auraient pu laisser penser que toutes les origines allaient être, sinon détaillées, du moins évoquées. L’iconographie et l’introduction ont vite fait de détromper le lecteur. Il sera question, dans l’immense majorité des cas, du latin, et un peu du grec, à partir de la page 92. Et c’est bien dommage car l’impression d’ensemble laissée par cette lecture est que la langue française, et par extension sa culture, n’est que latine – et un peu grecque. Par conséquent, quand il s’agit d’évoquer les prénoms, on ne parle que des Julia, Nestor, Clara et Léo. C’est heureux que l’auteur remarque, mais en annexe seulement, que d’autres origines sont à l’œuvre dans les prénoms français, je cite, dans l’ordre : « grecque, celtique, germanique, slave, sémitique, basque, etc. » (p. 114).

Cette vision simplificatrice est également sensible dans le choix des douze rubriques, dont on a du mal à saisir la cohérence : les jours de la semaine, les mois, les doigts de la main, les nuages, les notes de musique, les os, les prénoms, les dinosaures, les jours fériés, les hobbies, les phobies, les cultures. Pour initier les élèves au latin – puisque tel semble être in fine l’objectif de ce livre –, certaines de ces rubriques s’imposent en effet, les jours et les mois en particulier. Il est en effet facile de faire comprendre le passage d’une langue à l’autre grâce à ces mots du quotidien. Le chapitre consacré aux mois est toutefois bien mieux conçu que celui des jours : les rapprochements entre plusieurs langues européennes sont plus nombreux et plus efficaces, avec cependant des manques flagrants (août est ainsi rapproché du nom d’Auguste mais sans explication supplémentaire sur l’orthographe française et il n’est pas question des langues européennes, ce qui faciliterait la compréhension). Toutefois, d’autres rubriques nous laissent perplexes. On alterne entre lexique commun (index, lundi, tibia…) et vocabulaire spécialisé et inadapté au public visé (du calcanéum à la fabophilie). Mais la rubrique la plus incompréhensible reste celle des jours fériés, qui apparait plus comme une leçon d’éducation civique puisque plusieurs notices ne font mention d’aucune étymologie (8 mai, 14 juillet) tandis que d’autres l’évoquent à peine (Toussaint, la fête de « tous les saints », p. 145, « Pâques c’est Pascha en latin ecclésiastique », p. 134). Il aurait été tellement plus intéressant, si l’on voulait à tout prix garder cette rubrique, de montrer le syncrétisme culturel à l’œuvre (comme c’est un peu le cas dans la notice consacrée à Noël). Cette impression moralisatrice se retrouve dans la conclusion de ce chapitre (« Ah ! Comme c’est agréable de comprendre l’origine de nos fêtes », p. 150) et se trouve renforcée dans la conclusion générale (« Oui, cultivons-nous, éduquons-nous, élevons-nous ! », p. 196).

Enfin, dernier défaut patent, la qualité très inégale des explications et le manque de pédagogie. L’introduction sous-entend dès la première phrase que tout lecteur (dès 7 ans, rappelons-le) sait ce que sont que le latin et le grec. D’autre part, l’auteur renvoie souvent à une liste de mots dérivés de la même racine, mais sans les expliciter (« oléagineux, oléoduc » par exemple, p. 190). Les raccourcis (à propos de l’origine de la note do par exemple, p. 84) et les explications confuses sont nombreux (« Quant à dimanche, il a lui aussi deux noms en latin. 1). Le dimanche français vient du latin Dies dominica… Dies (Do)MINica… C’est le « jour du Seigneur » de la religion chrétienne. 2). Le Sunday anglais vient du latin Solis dies… SOL Dies… C’est le jour du soleil, eh oui ! », p. 20). De plus, le ton alterne entre les commentaires abêtissants et enfantins (« C’est vraiment magique ! S + I = SI ! », p. 82) et des cours de morphologie latine (pluriel des deux premières déclinaisons – sans expliquer ce qu’est une déclinaison –, les trois genres, formes de l’accusatif et du génitif). À l’évidence, le livre, qui essaie maladroitement de s’adresser à des enfants, n’est pas accessible à la plupart d’entre eux sans l’aide d’un adulte compétent.

Le livre pèche donc à plusieurs niveaux, bien qu’il soit plein de bons sentiments. En témoignent quelques bons passages, clairs et bien développés (en particulier dans les rubriques consacrées aux nuages ou aux os), un effort de comparaison avec d’autres langues (qu’on aurait aimé plus égal dans l’ensemble du livre), des anecdotes piochées dans la culture scientifique (sur les dinosaures par exemple), artistique (Botticelli) ou populaire (Harry Potter) et la volonté d’intégrer dans chaque chapitre des petits jeux et des énigmes. Toutefois, le ton est globalement manqué, le public visé ne s’y retrouvera pas, à moins d’être accompagné, ce qui laissera de côté bon nombre d’enfants, et le parti-pris exclusif, qui pourrait se justifier dans le cadre d’un ouvrage réduit mais qui reste ici implicite et donne une vision déformée de la culture française (les racines françaises semblent n’être que gréco-latines et judéo-chrétiennes), en rebutera plus d’un et ne permet pas d’en recommander l’usage.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)
À lire dans la R.E.A. :

Guiraud (Ch.), « Les mots latins à préfixe Uē- », R.E.A. 77-1/4, 1975, p. 80-87.

 

Crédits image : Les petits mots d’Etymo, pages 26-27. © Larousse.


Citer ce billet
Marion Bellissime (2018, 22 mars). Les petits mots d’Etymo. Actualités des études anciennes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tb9r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search