Selon Saint Marc

Veronesi (S.), Selon Saint Marc. – F. Rosso trad. – Paris : Grasset, 2017. – 194 p. – ISBN : 978.2.246.86085.3.

En 1996, le pape Jean-Paul II fait distribuer un million d’exemplaires de l’Évangile de Marc[1] aux habitants de Rome. C’est ainsi que Sandro Veronesi, un romancier « pas très croyant », ainsi qu’il le dit lui-même dans un entretien accordé le 27 avril 2017 au Figaro, fait connaissance avec le texte de Marc. « J’ai découvert, dit-il, que c’était un pur chef d’œuvre. » Il va donc d’abord le raconter ensuite le commenter. Après tant d’autres certes, mais avec d’autres mots.

« C’est une machine de guerre narrative écrite dans le but de convertir les Romains » Soit. Mais Matthieu, Luc, et ensuite Jean n’avaient pas d’autre but. « Avec son évangile, Marc prenait d’assaut la civilisation romaine. » Peut-être, du moins si cet Évangile a été écrit à Rome. Avec l’ardeur du néophyte, SV va de découverte en découverte, mais ses comparaisons avec le monde contemporain l’amènent à des approximations : «  De nos jours, dit-il, le fondamentalisme menace, il est très important que l’Évangile raconte l’histoire d’un homme qui lutte contre le fondamentaliste. Ce sont les fondamentalistes qui ont tué Jésus, parce qu’il les remettait en question. » C’est là une erreur historique et un contre-sens total : ce sont les Romains qui ont tué Jésus, lequel s’en prenait justement à ceux qui, en privilégiant les apparences, avaient oublié les fondements de la religion juive…

SV, dont un roman, Chaos Calme, 2006, qui a été adapté au cinéma, voit, emporté par sa sympathique ardeur cinéphilique, en l’Évangile de Marc, je le cite, « une sorte de western, une histoire d’hommes, de mâle. Il inspire Sergio Leone lorsque Clint Eastwood entre dans un village ». Comparaison n’est pas ici raison, tant s’en faut. Tout comme voir dans les Apôtres  « une bande de guérilleros doux et anti-fondamentalistes qui vivent dans la clandestinité » relève d’un romantisme naïf. Jésus n’est pas le Che.

Voir le texte de Marc comme « les téléfilms du lieutenant Colombo » (p. 25), le comparer aux films de Tarentino (cf. note 60, p. 151), puis de Leone (p.94), ajouter que « Matrix est très fortement calqué sur l’Évangile de Marc (p. 35 et p. 138), comparer Jésus (p. 29) à Obi-Wan-Kenobi, évoquer Batman et le Joker (note 61, p. 151), voir dans l’épisode du garçon (peut-être est-ce Marc lui- même ?) qui s’enfuit nu lors de l’arrestation de Jésus un coup de théâtre comparable à la fin de The Big Lebowski (note 100, p.175), tout cela donne certes une note piquante, terriblement moderne mais n’ajoute rien – on le craint bien– à la compréhension du texte.

Si la première partie raconte, résume le texte de Marc, la seconde est composée de notes explicatives où l’on voit l’ardeur – généreuse certes – du néophyte et la rapidité de ses conclusions. Sur la date du texte, les thèses s’affrontent, celle que choisit VS, « antérieure à 68, peut-être même à l’an 50 » (p .121), est loin d’être assurée. Déclarer de façon péremptoire « À mon avis il n’a jamais existé de source Q » (p. 124), relève au mieux de la naïveté au pire de l’ignorance des problèmes posés par le sujet et fait fi des années de patientes recherches qui lui ont été consacrées.

Sur le délicat problème de l’antijudaïsme des Évangiles, la note 10 (pp. 125-127) dénote une totale confusion. Les historiens des religions n’emploient jamais le terme d’antisémitisme en ce qui concerne l’Antiquité mais d’antijudaïsme. Par ailleurs, l’Évangile de Jean est reconnu comme le plus antijudaïque, bien plus que celui de Marc qui ne l’est pas plus (mais pas moins) que ceux de Matthieu et de Luc.

Que reste-t-il alors du livre de VS ? Un désir – sympathique – de faire partager son enthousiasme, une tentative – maladroite – de recourir à des comparaisons excitantes pour le lecteur, lequel aura oublié d’ici peu, si ce n’est déjà fait, les films cités ici, des affirmations à l’emporte-pièce (voir les pp. 106-107 avec une erreur sur le renvoi de la p. 107, c’est la note 105 et non 195).

Restent des passages intéressants sur le travail d’écriture, sur le rythme de la narration, sur la composition du texte, on sent qu’ici l’auteur, romancier rappelons-le, est à son aise. Peut-être aurait-il dû en rester là.

Claude Aziza

Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne Nouvelle (Paris III)

[1] Bible, Nouveau testament, Évangile selon Saint-Marc.

À lire dans la R.E.A. :

Aziza (C.), «  L’image de Rome dans la bande dessinée (1946-2016) », R.E.A. 119/1, 2017, p. 181-195.

Crédits image : première de couverture. © Grasset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.