Exposition « Ça ne manque pas de sel ! »

Depuis 2016, le département du Pas-de-Calais s’est doté d’un bâtiment de plus de 3000 m2 destiné à la recherche et valorisation de l’archéologie. Situé près d’Arras, dans la commune de Dainville, est proposé jusqu’au 17 juin prochain une exposition, « Ça ne manque pas de sel ! » sur l’importance de ce produit dans l’histoire locale. Partons donc à la découverte du sel : extrait, produit et consommé depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours.

L’exposition située dans un espace dédié de plus de 300 m2 est structurée autour de trois grandes thématiques : les origines du sel, les modes de production et ses usages. On apprend tout d’abord comment le sel se constitue (à partir de chlorure de sodium) et sous quelles formes nous pouvons le retrouver sur terre ou en mer. Si des gisements ont été exploités dès le XIVe siècle avant J.-C. à Hallstatt dans les Alpes autrichiens, c’est surtout à partir de l’Âge du Bronze qu’une vraie exploitation se fait jour, notamment dans le nord de la France.

La partie centrale de l’exposition porte alors sur des traces de fourneaux à sel, gaulois, retrouvés sur des sites de fouilles préventives du département, notamment à Gouy-Saint-André. Avec l’archéologie expérimentale, les scientifiques ont tenté de reconstituer les gestes des anciens artisans. Sur une fosse creusée dans le sol, on installait une grille composée d’une armature en noisetier et recouvert de torchis. Des moules remplis de saumure (eau avec une forte concentration de sel) étaient posés sur les grilles et calés grâce à des handbricks (boudins d’argiles). Ils étaient alors chauffés jusqu’à l’obtention de pains de sel. À l’aide d’une vidéo très pédagogique (réalisée par l’INRAP), panneaux, nombreux artefacts et reconstitutions, l’exposition apporte ainsi des connaissances sur les activités des sauniers, ces producteurs de sel gaulois.

Puis on passe plus rapidement sur les évolutions médiévales et modernes pour arriver à la dernière partie consacrée aux usages du sel et à son importance sociale et économique dans la région depuis l’Antiquité. Ce produit était très important pour les Romains. Utilisé pour conserver les aliments, il était à la base d’une sauce, le garum, fabriqué à partir de la décomposition de viscères de poissons. Des auteurs latins comme Pline l’Ancien louaient ses vertus pour rester en bonne santé. Enfin, une déesse était même dédiée à ce produit : Dea Nehalennia, vénérée dans le nord de la Gaule par les commerçants entre le Ier et IIIe siècle après J.-C. Une stèle provenant de Colijnsplaat (Pays-Bas) la représente sur un trône entouré d’un chien et de corbeilles de fruits.

Cette exposition est très riche. Grâce à ses cartels et panneaux courts mais précis, elle permet d’en apprendre beaucoup, sans être assommante sur un sujet pourtant très particulier. Elle est aussi particulièrement ludique à travers trois jeux sur la fin du parcours qui permettent de reconstituer les étapes de fabrication d’un fourneau à sel, de découvrir les objets fabriqués ou pas avec du sel et de compléter des expressions françaises utilisant ce terme. Une bonne façon de découvrir les secrets de cet aliment de tous les jours.

Cyrille Ballaguy

Docteur en muséologie, Université Lille 3

À lire dans la R.E.A. :

André (P.), « Un atelier de salaison chez les Vénètes d’Armorique », R.E.A. 94-1/2, 1992, p. 41-47.

 

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, à propos de Exposition « Ça ne manque pas de sel ! », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/03/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11197.
Crédits image : godet de sel en ébullition.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search