Public Spending in Democratic Athens: 200 Years after August Böckh

La Revue des Études Anciennes invite David Pritchard (chercheur- Institut d’études avancées de Strasbourg) pour une conférence en anglais, mercredi 21 mars 2018 à 18h (salle des thèses de la Maison de la recherche – Université Bordeaux Montaigne).

Cette conférence présente le calcul des dépenses publiques de l’Athènes antique. Les festivals, la politique et la guerre constituaient l’essentiel des activités publiques de cette démocratie directe, et le débat fait rage au sujet des sommes exactes qui y étaient engagées. Les historiens ne parviennent pas à s’accorder sur le poste budgétaire principal voté par le dēmos (« peuple ») : les festivals ou la guerre ? Ils s’interrogent sur la manière dont les Athéniens classiques finançaient leur démocratie, un débat qui remonte au premier ouvrage sur les finances publiques d’Athènes.

En effet, en 1817, August Böckh publie sa célèbre critique, dans laquelle il accuse les Athéniens de gaspiller leurs fonds dans des festivals au lieu de renforcer leur armée. Un calcul des dépenses publiques réelles permettrait de régler la question. Böckh ne possédait pas ces données il y a deux siècles, mais aujourd’hui elles nous sont enfin accessibles. Toutefois, cette recherche apporte plus qu’une réponse à un débat vieux de 200 ans : en effet, dans l’Athènes classique, le dēmos contrôlait entièrement les dépenses publiques. C’est l’Assemblée qui donnait son accord à toutes les activités de l’État, et les participants étaient conscients des conséquences financières de leurs décisions. Ils étaient informés du coût des projets qui leur étaient présentés, et avaient une bonne connaissance générale des dépenses de l’État pour ses activités principales. Par conséquent, ils étaient à même de juger si le budget d’un projet déviait ou non des sommes habituelles. Ce fonctionnement a permis aux Athéniens de changer leurs habitudes de dépenses et par conséquent de favoriser les catégories de leur choix. Par le biais du vote, le dēmos a pu accroître les dépenses dans les domaines perçus comme prioritaires, et les réduire ailleurs.

Ainsi, les sommes allouées aux différentes activités publiques ont fini par refléter les priorités fixées par les Athéniens pour leur État. En calculant ces montants cette conférence permet d’identifier la priorité absolue du dēmos : religion, démocratie ou guerre ?

Bibliographie sélective

Böckh, A. 1817. Die Staatshaushaltung der Athener. Berlin.
Flament, C. 2007. Une économie monétarisée : Athènes à l’époque classique (440-338) : Contribution à l’étude du phénomène monétaire en Grèce ancienne. Louvain.
Kallet, L. 1998. ‘Accounting for culture in fifth-century Athens’, in Democracy, Empire, and the Arts in Fifth-Century Athens, eds. D. Boedeker and K. A. Raaflaub. Cambridge, MA, and London: 43-58.
Ober, J. 2015. ‘Classical Athens’, in Fiscal Regimes and the Political Economy of Premodern States, eds. A. Monson and W. Scheidel. Cambridge: 492-522.
Pébarthe, C. 2008. Monnaie et marché à Athènes à l’époque classique. Paris.
Pritchard, D. M. 2015. Public Spending and Democracy in Classical Athens. Austin, TX.
Rhodes, P. J. 2013. ‘The organisation of Athenian public finance’, G&R 40: 203-31.
Wilson, P. 2008. ‘Costing the Dionysia’, in Performance, Reception, Iconography: Studies in Honour of Oliver Taplin, eds. M. Revermann and P. Wilson. Oxford: 88-127.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.