Antigone

Bruneau (C.), Baiguera (G.), Antigone. – Paris : Glénat, 2017. – 56 p. – (La sagesse des mythes). – ISBN : 978.2.3440.1259.8.

Après les mythes (Persée, Héraclès, Jason) et les deux œuvres majeures de la civilisation grecque, L’Iliade et L’Odyssée, la série de Luc Ferry, la « Sagesse des Mythes », a choisi de s’attaquer au théâtre antique, et plus spécifiquement à la tragédie. Là encore, il s’agit bien d’un mythe qui est présenté, mais c’est spécifiquement avec la vision de Sophocle, grand tragique grec, qu’il nous est présenté. Cela constitue une difficulté supplémentaire, car adapter une pièce tragique nécessite de retranscrire cet aspect tragique.

Antigone est une jeune femme à l’héritage bien lourd : elle est l’une des filles d’Œdipe[1], ce héros thébain[2] qui assassina son père Laïos sur un chemin et épousa sa mère, alors reine de Thèbes, en remerciement de son acte héroïque – il avait débarrassé les Thébains de la célèbre sphinge mangeuse d’hommes en répondant à son énigme. Il eut deux fils – Étéocle et Polynice – et deux filles – Antigone et Ismène – avant de découvrir l’effroyable vérité et de se crever les yeux et s’exiler, tandis que Jocaste, sa mère et épouse, se pendait.

Mais la malédiction – qui avait été prédit par l’oracle de Delphes et avait conduit à l’exposition d’Œdipe[3] – s’abat sur les enfants consanguins : les deux frères s’entretuent pour le trône[4]. Créon, l’oncle des héritiers et nouveau souverain, décide alors de refuser une sépulture à Polynice, qui a trahi sa patrie en attaquant la cité avec des alliés. C’est le pire châtiment qui puisse être infligé à un Grec : refuser des funérailles à quelqu’un, c’est l’empêcher d’accéder au monde des morts et donc le condamner à errer pour l’éternité, sans identité et sans gloire.

C’en est trop pour Antigone, qui ne peut laisser le corps de son frère se décomposer au soleil. Elle décide de braver l’interdit, quitte à se condamner elle-même à mort, pour recouvrir le cadavre de terre et ainsi lui permettre l’accès aux Enfers.

Sans une bonne connaissance de l’histoire complète des Labdacides, la dynastie d’Œdipe, il est difficile de saisir tous les enjeux et surtout de prendre la mesure de la malédiction. La BD commence en effet avec le retour d’Antigone à Thèbes après avoir accompagné son père vers sa dernière demeure. Œdipe est à peine évoqué, laissant ainsi de côté tout un pan du ressort dramatique et compliquant la compréhension pour ceux qui ne connaissent pas ce mythe, aussi célèbre soit-il.

Quant à la lutte d’Etéocle et Polynice, elle est également très brièvement et rapidement traitée. Ce début, trop expéditif, aurait mérité une BD à lui tout seul, permettant ainsi d’accentuer la tension dramatique et l’attachement au personnage d’Antigone, cette héroïne prête à sacrifier sa vie pour sauver l’âme de son frère.

Antigone arrive donc trop tôt et aurait mérité d’attendre que la vie d’Œdipe et de ses fils soit racontée. La tragédie de Sophocle en perd de sa substance et la pauvre Antigone paraît bien plus fade qu’elle ne l’est en réalité.

Comme pour chaque BD de la série, la dernière partie comporte un dossier permettant « d’aller plus loin » dans la compréhension du mythe. Ici, Luc Ferry propose d’étudier la source de la tragédie dans cette œuvre, c’est-à-dire la confrontation entre deux visions opposées mais parfaitement légitimes (satisfaire les dieux en offrant au défunt une sépulture décente ou s’affirmer en tant que roi et protéger son peuple, quitte à ce que les moyens soient radicaux), qui conduit inévitablement à une fin dramatique mais inéluctable. Pour cela, il s’appuie sur Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831), un philosophe allemand. Bien que très intéressante, l’interprétation d’Hegel paraîtra opaque à bien des lecteurs. Ce dossier paraît bien trop complexe pour un non-initié et est donc inabordable pour la majorité des lecteurs.

Concernant le graphisme, il n’y a aucun reproche à faire, le dessin suit la lignée des précédents et le respect de l’environnement est toujours bien présent. Cela reste un plaisir de se plonger dans cet univers.

On l’aura compris, pour le traitement de l’histoire, cette BD n’est pas la meilleure du lot et c’est bien dommage, car le personnage d’Antigone est l’une des plus belles représentations grecques : une femme droite, courageuse, prête à se sacrifier pour l’honneur, les dieux et sa famille. C’est cette détermination et l’issue fatale qui en découle qui fit de ce mythe l’un des plus célèbres de la civilisation grecque[5].

Marietta Dromain

[1] Deux œuvres de Sophocle racontent l’histoire d’Œdipe : Œdipe-Roi et Œdipe à Colone (cette œuvre concerne son exil et ses raisons, notamment la peste qui ravage Thèbes).

[2] Thèbes est en Grèce, dans la région de Béotie, au nord de la région d’Athènes.

[3] Exposition = abandon. La tradition veuille que l’on expose l’enfant aux éléments et non qu’on le tue. Dans les mythes, la conséquence en est souvent, comme ici, l’adoption de l’enfant par un paysan. C’est le cas notamment de Pâris, l’amant d’Hélène. Œdipe eut en plus ses chevilles liées par une corde (pour certains celles-ci furent même percées). Son nom, Oidipous, signifie « pied enflé ».

[4] Dans le théâtre grec, voir Les Sept contre Thèbes d’Eschyle.

[5] Ce mythe fut même adapté dans le théâtre moderne, comme l’Antigone de Jean Anouilh (1944).

À lire dans la R.E.A. :

Leclerc (M.-Chr..), « Antigone, l’introspection tragique », R.E.A. 98-3/4, 1996, p. 281-293.

Citer cet article comme : Marietta Dromain, Antigone, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/04/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11308.

Crédits image : image en en-tête de la série « La sagesse des mythes ». © Glénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.