Le procès des Dieux

Corbillet (D.), Le procès des Dieux. – Paris, Les Éditions du Panthéon, 2017. – 71 pages. – ISBN : 978.2.7547.3758.6.

 

Sous une forme versifiée, Dominique Corbillet met en scène les dieux de l’antiquité romaine jugés pour leur responsabilité dans l’état du monde actuel, pollué, menacé par le libéralisme et la dictature des media. Bien que les dieux ne soient plus que l’ombre d’eux-mêmes, ils méritent un procès sans avocat, situation qui aboutit à une incompréhension mutuelle (Acte I). Condamnés pour avoir refusé une amnistie, les dieux se dispersent. Jupiter est au sommet d’une cime blanche, Bacchus est dans un petit château pourvu d’une bonne cave tandis que Mercure émet des « textos » et que Vénus lance un site « rencontre d’en haut ». Tous suscitent la colère des « grandes religions » et provoquent l’envie chez les êtres « véreux ». Un nouveau procès s’impose qui aboutit au triomphe de la raison (Acte II). Mais les Hommes, d’abord déboussolés sans les dieux, retrouvent peu à peu le goût du bonheur, ce qui inquiète les politiques et les patrons : « La police, les CRS désespèrent ».

Le chaos s’installe (Acte III) :

« Les Dieux nous envoient des émissaires

Mais la terre est un désert sans père

Sans mère, sans un chef qui décide. » (p. 41)

La Terre ralentit sa rotation, l’Homme s’affole et réclame le retour de l’ordre. Le net se réveille et la propagande bat son plein dans une société libérale (Acte IV). L’humanité se divise alors en deux groupes antagonistes : les autonomes et les dépendants. Les premiers prient, les seconds regardent la météo et les infos. Les politiques reviennent avec la planche à billets, la croissance, les lingots. Au peuple qui ne cherche que son plaisir s’opposent les pseudo-élites. La société au drapeau vert qui émerge est observée par les dieux avec étonnement tandis que dans l’ombre menace la dictature (Acte V). Le livre se termine par un texte sur l’enfant-dieu et son frère, qui préfèrent remettre au lendemain leur rêve d’une nouvelle humanité.

L’auteur veut sans doute délivrer un message écologique, mais il est aussi confus dans la forme que dans le propos. Ses 49 sonnets ne gagnent rien à mêler des clichés éculés à des références contemporaines (les « textos », le Net, les réseaux, la société libérale). Ils n’ont ni la force d’un pamphlet, ni l’ironie d’une satire. Sur les relations toujours difficiles entre Mortels et Immortels, il vaut mieux relire les Oiseaux d’Aristophane. C’est moins polluant !

Geneviève Hoffmann

Professeure d’histoire grecque, Université d’Amiens

À lire dans la R.E.A. :

Siebert (G.), « Observations sur l’iconographie de Thésée »R.E.A. 92-2/3, 1990, p. 305-308.

Citer cet article comme : Geneviève Hoffmann, Le procès des Dieux, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/05/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11371.
Crédits image : première de couverture. © Les éditions du Panthéon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *