Ulysse, son identité à travers les femmes

Papavassilopoulou (E.), Ulysse, son identité à travers les femmes. – Paris : Éditions du Panthéon, 2018. – 74 p. – (Essai). ISBN : 978.2.7547.3964.1.

Le petit essai de Mme Papavassilopoulou relève-t-il de la philologie ? Il semble bien que la réponse soit carrément négative. L’auteure se présente comme psychiatre des hôpitaux et psychanalyste ; elle se réfère à Freud, à Lacan, et à des philosophes, Aristote et Platon, mais aussi Heidegger. Quel est son propos ? « Ulysse se réalise par les femmes et pour les femmes dans sa légende du voyageur. Hélène, Pénélope, Nausicaa, Calypso, Circé forment son identité. (…) Le désir d’Ithaque n’est que l’alibi, c’est le voyage qui donne du sens à son existence. » (p. 11). Ces idées ne sont pas vraiment nouvelles, ni révolutionnaires. L’importance des personnages féminins dans l’Odyssée est si remarquable qu’elle a suscité une théorie fameuse : l’auteur(e) – ou autrice ? – de l’Odyssée serait une femme, peut-être Nausikaa[1] !

Ce n’est pas le chemin de notre auteure. Il s’agit pour elle de trouver à l’épopée un sens « second » ou métaphorique – là encore, c’est une conception largement partagée dans l’Antiquité. Bien que ce ne soit pas explicité, on comprend qu’ici le sens métaphorique serait une expression de l’inconscient. De qui ? D’ailleurs, sur quoi fonder l’analyse ? La « géographie » de l’Odyssée a toutes chances de comporter une dimension symbolique ; mais Mme Papavassilopoulou tient aux localisations chères à Victor Bérard, dont quelques-unes remontent d’ailleurs à l’Antiquité (Corfou, Circé…), mais qui n’aident en rien à saisir la signification symbolique du périple, et même l’obscurcissent. Ainsi, l’île de Nausicaa « le Corfou actuel, est proche d’Ithaque » (p. 29), alors que la Phéacie est dans l’Odyssée une terre lointaine, au bout du monde.

Il faut, pour espérer apercevoir la signification seconde d’un texte, considérer l’ensemble de ce texte dans sa structure et l’analyser dans ses détails significatifs.

Ce qui apparaît au premier coup d’œil, c’est l’absence de référence précise au texte homérique. Sans que la distinction soit faite, c’est la légende odysséenne au sens large qui est mise à contribution. Les versions non-homériques les plus mal attestées sont souvent préférées sans explication ni justification, sans que soit mentionnée leur rareté ni la référence des textes ; ainsi, pour prendre seulement trois exemples : Circé est sœur de Calypso (p. 25-26). « Ulysse a eu des enfants avec Calypso, Nausinoos et Nausithoos » (p. 27) : il s’agit en fait d’une version hésiodique (Théogonie, 1017-1018) qui contredit évidemment notre Odyssée, où Nausithoos est le premier roi des Phéaciens. Télémaque époux de Nausikaa (p. 29, 43) est une version isolée, attestée chez Hellanikos (4F156)[2], alors que dans le Catalogue des Femmes hésiodique il épouse la fille de Nestor, et que dans la Télégonie, il épouse Circé. Ce choix arbitraire parmi les versions non-homériques n’est qu’un des aspects d’une méthode d’affirmation, qui relève davantage de l’autorité d’un maître de vérité que d’une réflexion critique. Le texte même du Poème est commenté de façon hâtive, voire inexacte. « (Nausicaa) reste et aide Ulysse, qui la prend pour une divinité » (p. 29). C’est pour le coup prendre naïvement pour une vraie question le discours d’Ulysse « à la douceur de miel » :

« Reine, je suis ton suppliant ! Es-tu déesse ou mortelle ?

Si tu comptes parmi les dieux, qui possèdent l’immensité du ciel,

c’est à Artémis, fille du grand Zeus, que moi

je te compare, pour la beauté, la taille et la prestance. »

(Od. , VI, 149-152, trad. pers.)

L’auteure s’appuie sur la langue grecque, surtout sur le sens des noms propres. Malheureusement les étymologies sont presque toutes inexplicablement fausses. Dès la page 13, Euryloque est « Celui qui observe ». En fait Eurulokhos est un composé à premier terme euru– « large » d’un type bien attesté en mycénien et fréquent en grec ; le deuxième terme –lokhos évoque une « embuscade », une « troupe militaire » ; ainsi Antilokhos, Hippolokhos etc. Arētē (Ἀρήτη) serait l’« Indicible » (p. 30), par confusion avec ἄρρητος ; en fait, ce nom « plein de sens » signifie « demandée par des prières », peut-être « qui est priée ». D’autres « étymologies » sont étrangement tronquées : « Nausinoos et Nausithoos (navire) ». En un sens, l’auteure pratique l’étymologie à la manière des philologues anciens ou byzantins. Pourquoi pas, si cela peut rejoindre les conceptions lacaniennes de la suprématie du signifiant, des mots-ponts et des jeux de mots ? Encore faudrait-il le dire clairement et distinguer cette pratique de l’étymologie diachronique.

Certes, l’ouvrage ne prétend pas se situer sur le plan de la linguistique, mais l’analyse (ou la psychanalyse) se fonde sur ces étymologies fantaisistes sans ancrage dans le texte homérique, ce qui lui ôte toute crédibilité. L’aboutissement est, comme on pouvait le craindre, flou et obscur. Les problèmes sont aggravés par une maîtrise insuffisante de la langue française, maîtrise qui, pour le coup, eût été bien nécessaire. « Le mot ‘personne’ est à la fois aucun homme et par le biais d’arbitrage un prénom… » (p. 72).

Mes compétences dans les domaines de la psychanalyse lacanienne et de la philosophie de Heidegger sont trop limitées pour me permettre de dégager clairement la signification de certaines formules que je me contenterai de citer : « La perception est corrélative et déterminante de son raisonnement. La forme de l’intelligence d’Ulysse est corrélative et solidaire de son objet. » (p. 51) « « Ulysse est continuellement en deuil des îles parce qu’il a un rapport narcissique avec elles. Il est ‘leur manque’ comme dirait Lacan, jusqu’au moment où, en arrivant à Ithaque, il devient mélancolique. Le manque lui manque. (…) Il n’est pas reconnu : il est rejeté, ignoré, il n’y a que des déceptions. Il rêve de repartir. » (p. 58) On voit comment le commentaire, appuyé sur Lacan, finit par fausser le texte et la signification du Poème : si Ulysse n’est pas reconnu, c’est parce qu’il est transformé et déguisé, et son combat contre les Prétendants n’a rien de mélancolique. Il est vrai cependant que la légende odysséenne a quelque chose d’une « histoire sans fin », même dans la version plutôt optimiste de notre Odyssée.

On est heureux de voir à quel point la tradition de l’épopée homérique reste un domaine vivant qui appelle les interprétations les plus variées. L’intuition de l’auteure lui permettrait peut-être d’apercevoir des significations intéressantes. Mais on ne peut pas admettre comme un essai sérieux et scientifiquement fondé un travail qui néglige toute précaution de méthode, refuse de s’appuyer sur la philologie contemporaine, et, au bout du compte, fausse le sens du Poème, que ce soit volontairement ou par naïveté.

Pierre Sauzeau

Professeur émérite, Université Paul Valéry

[1] Butler S., The Authoress of the Odyssey, London, 1897 (réed. 1922) ; trad. française : L’auteure de l’Odyssée, Viry-Châtillon, 2009. Voir aussi Ruyer R., Homère au féminin, Paris, 1977.

[2] On trouve un écho de cette version dans la Constitution d’Ithaque aristotélicienne et dans la version latine de Dictys de Crète (VI, 6). Chez Homère, Alcinoos souhaiterait marier Nausicaa à Ulysse (Od., VII, 313).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search