50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies

Jul, Pépin (C.), 50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies, Tome 1. – Paris : Dargaud, 2017. – 88 p. – ISBN : 978.2.2050.7607.3.

Avec cette nouvelle collection intitulée “50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies“ le tandem Jul et Charles Pépin n’en est pas à son premier coup d’essai. Cette collaboration a déjà connu un franc succès avec notamment les deux tomes de “La planète des sages. Encyclopédie mondiale des philosophes et des philosophies” parus en 2011 et 2015 aux éditions Dargaud. Gardant ce même humour décalé et ce goût pour la vulgarisation des savoirs sous forme encyclopédique, les deux compères se sont attaqués en 2017 à la mythologie grecque. Le titre donne immédiatement le ton de cette parodie, clairement expliquée en quatrième de couverture : “Le défi de cette encyclopédie : redonner vie à la mythologie en la projetant dans notre quotidien moderne !”. Ce premier tome propose ainsi de rendre accessible à un large public la mythologie grecque, nous faisant voyager à travers de délicieux anachronismes.

L’ensemble est d’une lecture très plaisante, alternant bande dessinée et texte. Les dessins sont un clin d’œil à l’actualité, mettant en avant les vices et les dérives de la société moderne, à travers le quotidien des dieux et des héros grecs dont les préoccupations personnelles semblent ici bien similaires à celles d’aujourd’hui. Ainsi, Thésée a un problème de wifi qui l’empêche de sortir du labyrinthe de Cnossos, Orphée est juré dans l’émission The Voice, Zeus croule sous les pensions alimentaires qu’il doit à ses innombrables bâtards… L’allure enfantine des personnages et leur attitude totalement décomplexée favorisent la sympathie du lecteur. Quelques erreurs sont toutefois à noter : les sirènes n’étaient jamais représentées comme des femmes-poissons dans l’Antiquité mais comme des femmes-oiseaux, et Œdipe est confronté à l’énigme d’une Sphinge et non d’un Sphinx[1]. Le texte, présenté dans un langage accessible, parfois familier, rappelle les grandes lignes des principaux mythes que parodient les dessins et permet une compréhension claire et immédiate du récit. Charles Pépin propose une analyse philosophique des mythes qu’il conclut systématiquement par une brève morale, souvent pertinente. Il est toutefois regrettable que l’interprétation philosophique domine, ne laissant que rarement la place à l’aspect historique des mythes.

Le choix du traitement des mythes ne semble faire l’objet d’aucune cohérence particulière ; dieux et héros se côtoient ainsi probablement au gré de leurs similitudes avec l’actualité, comme l’annonce déjà le dessin de couverture. Si à première vue des grandes divinités du panthéon grec manquent à l’appel, tels que Hadès, Hestia, Apollon, Artémis, Aphrodite ou Arès, on peut espérer qu’ils seront présentés dans le tome 2 déjà annoncé. Les analogies avec d’autres mythologies, des références littéraires ou des personnages de bande dessinée enrichissent la lecture du mythe. On regrette cependant certaines comparaisons récurrentes avec la Bible, ou plus généralement le christianisme, qui sont parfois mal venues et qui éclairent rarement la compréhension du récit. Certaines remarques de l’auteur laissent ainsi transparaître un jugement de valeur sur la civilisation grecque qu’il ne faut pourtant pas confondre avec la mythologie grecque.

Le pari de cette encyclopédie est donc tenu. La confrontation de deux mondes a priori opposés mais qui ont finalement beaucoup en commun fonctionne et nous rappelle ce que nous devons aux Grecs. Le mélange des genres est irrésistible et remet au goût du jour la mythologie grecque. La vulgarisation de ces récits, qui semblent parfois inaccessibles à un public non érudit, suscitera un plaisir certain au lecteur et peut-être, on l’espère, un intérêt plus poussé pour les civilisations antiques.

Joy Rivault

Docteure en Histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

[1] La Sphinge est en effet une créature hybride possédant la tête d’une femme, le corps d’un lion et les ailes d’un oiseau de proie (Pierre Grimal, « Sphinx », dans Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1990, p.  428).

Citer cet article comme : Joy Rivault, 50 nuances de Grecs. Encyclopédie des mythes et des mythologies, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/05/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11404.
Crédits image : première de couverture. © Dargaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *